19/04/2017 10:06 GMT+7 Email Print Like 0

Le label «Céramique Thanh Hải» fait résonner loin le cachet de la céramique de Bat Tràng

La SARL de production et de commerce Thanh Hai (Céramique Thanh Hải) a embelli par ses céramiques plus d’un millier d’ouvrages de construction au Vietnam, par exemple le complexe touristique de Tràng An, les pagodes de Bai Dinh, Linh Ung- Son Trà….. et de nombreux ouvrages civils. 
Héritier du grand savoir-faire du village potier de Bat Tràng, accordant une attention particulière à la diversification du désign et à l’amélioration continue  de technologies, le label «Céramique Thanh Hải» est devenu une marque prestigieuse sur le marché des matériaux de construction, aussi bien au Vietnam qu’à l’étranger.

«Céramique Thanh Hải » a été créé en 1985 à  Bat Tràng par M. Vu Manh Hai, un artisan du village, qui souhaitait créer un tournant dans la production de poteries. Après des recherches, il a fabriqué à titre d’essai les premières céramiques de bâtiment.  Son premier produit, des balcons en porcelaine fabriqués en 1988, s’est bien vendu. 

     

Un coin de l’atelier de «Céramique Thanh Hải» au hameau de Giang Cao, village de Bat Tràng (Hanoi)


Remplissage des moules avec de l’argile


Des produits façonnés à la main.


Taille d’une céramique à la main.


Les tuiles yin-yang sont séchées et nettoyées avant la cuisson.

Après ce premier succès, Vu Manh Hai a vu les commandes affluer, ce qui l’a encouragé à créer de nouveaux modèles. Il a fait des études de marché  et ouvert en 1993, à Bat Tràng, sa première boutique de vente au détail de céramiques de bâtiment.
     
«Céramique Thanh Hải» accorde de l’importance à la créativité  et à la durabilité de chaque produit car les céramiques de bâtiment exigent à la fois sophistication et  précision.

En 1998, il a transformé son établissement de production familiale en  SARL de production et de commerce Thanh Hai (nom commercial : «Céramique Thanh Hải »).

En 2000,  il a porté la superficie de son atelier à plus 5.000 m², «ce pour standardiser les étapes de production et suivre une production semi-manuelle», a fait savoir Vu Manh Hai. Actuellement, il dispose d’une centaine de distributeurs dans et hors du Vietnam.

La société veille  à  appliquer les avancées scientifiques et technologiques  dans le traitement des matières premières et la cuisson… ce qui permet de doubler le rendement et de répondre aux critères techniques dernier cri et de donner aux articles une beauté associant la modernité et la délicatesse héritée de la céramique traditionnelle de Bat Tràng.



Les tuiles yin-yang, les briques à revêtement ornées de motifs floraux sont appréciées des clients pour leur qualité,
leur durabilité et les modèles sophistiqués.



Les briques perforées décoratives pour ventilation embellissent les ouvrages dans un style
à la fois traditionnel et moderne. 



Les céramiques décoratives en forme de dragon ou de licorne… sont des articles en vogue.


Les céramiques en forme de lionceau, à l’usage géomantique, mettent en relief la beauté des maisons communales
et des pagodes vietnamiennes.



Ces briques rondes aux motifs originaux servent à décorer les portes d’entrée des habitations urbaines.


Les tuiles yin-yang sont un des produits préférés des clients.


Porcelaine décorative pour le toit des temples et pagodes.


Les tuiles yin-yang en céramique émaillée verte de Bat Tràng


Des briques en porcelaine émaillée pour ventilation, de différentes couleurs.


Ces briques en porcelaine pour ventilation  donnent une ambiance élégante aux maisons anciennes


Céramiques décoratives sur la porte d’entrée d’une vieille maison.


Toit couvert de tuiles yin-yang émaillées de marque « Céramique Thanh Hải » à la pagode Tan Viên (Hanoi).
Photo d’archives.

«Céramique Thanh Hải» est une marque prestigieuse de céramiques et porcelaines de bâtiment et de décoration. Son éventail de 35 sortes de produits, par exemple briques de revêtement, briques de ventilation, tuiles, balcons,  objets de décoration extérieure, lampes de jardin, céramiques en forme de lionceau à l’usage géomantique, coin recourbé du toit des pagodes….    rapportent chaque année à la société plus de 20 milliards de dongs./.

Texte : Thuc Hiên – Photos : Tât Son