27/01/2017 18:32 GMT+7 Email Print Like 0

Quand les jeunes calligraphes descendent dans la rue

De nos jours, de jeunes calligraphes en Ao dài, comme leurs prédécesseurs, continuent de perpétuer dans les rues de Hô Chi Minh-Ville la noble tradition de tracer et d’offrir des calligraphies, une coutume vietnamienne pour accueillir la nouvelle année.
Le Club de Calligraphie Net Viêt compte  plus de 30 membres. Pour accueillir la nouvelle année lunaire du Coq (Dinh Dâu) 2017, le club a lancé une exposition de calligraphies intitulée «Net Viet - Écriture vietnamien - Esprit vietnamien», avec 80 œuvres exposées.
Autrefois, pendant le Têt, les Vietnamiens appréciaient accrocher sur les murs de leur maison  des idéogrammes écrits par des lettrés. «Donner des calligraphies» est une coutume ancestrale. Désormais, la calligraphie vietnamienne ne s’exécute plus seulement en  caractères chinois et Nôm, mais aussi en caractères latins («Quôc Ngu»).

Le jeune calligraphe Nguyên Hiêu Tin, 36 ans, chef de la section de Vietnamologie à l'Université Tôn Duc Thang, est fondateur du Club de Calligraphie Net Viêt à Hô Chi Minh-Ville, établi il y a dix ans. Il a commencé en 2006 l'activité «Ông dô xuông phô» («Les lettrés descendent dans la rue»), afin de relancer une coutume qui s’était quelque peu perdue. Il considère la calligraphie vietnamienne comme un élément essentiel de la culture nationale. Selon lui, les Vietnamiens ont été les premiers à exécuter des calligraphies en caractères latins. Interférence de différentes cultures, la calligraphie vietnamienne a comme caractéristique un style cursif, bien distincte du côté strict de l'écriture occidentale et des idéogrammes chinois avec des «traits horizontaux» et «crochets».


L’exposition de Calligraphie vietnamienne pour célébrer le 10e anniversaire de l'établissement du Club
de Calligraphie Net Viêt à la Maison culturelle de la Jeunesse à Hô Chi Minh-Ville. 



L’exposition de Calligraphie vietnamienne a attiré beaucoup de jeunes qui aiment l'art calligraphique.


Un coin de l'exposition.


L’exposition de Calligraphie vietnamienne présente aux spectateurs plus de 80 œuvres
calligraphiques uniques sur divers matériaux.



Les membres du Club de Calligraphie Net Viêt descendent dans la rue pour écrire des lettres à l’approche du Têt.


Hoa Nghiêm trace des calligraphies à l’occasion du Nouvel an lunaire. Photo: Archives.
 

Parmi les jeunes calligraphes de Hô Chi Minh-Ville, Hoa Nghiêm, 32 ans, est une figure bien connue. Il est en effet président du Club Net Viêt. Orphelin, il a appris la calligraphie auprès des moines bouddhistes supérieurs de la pagode où il avait été recueilli. Ces moines lui  ont également enseigné les préceptes bouddhiques, dont la piété filiale. Ainsi, ses œuvres expriment-elles souvent ses idées sur les sentiments entre mère et enfant.
Ces dernières années, la calligraphie vietnamienne s'est fortement développée et est devenue de plus en plus professionnelle. Elle se réalise sur différents supports comme bois, poteries, papiers ou même peintures à l'huile.

 
Bùi Hiên, 60 ans, est respecté par Nguyên Hiêu Tin, Hoa Nghiêm et les autres jeunes calligraphes pour son talent et son dévouement à la calligraphie. Quand il a commencé à tracer des calligraphies en caractères romains, Bùi Hiên a mis beaucoup de soins et d'efforts dans chaque œuvre, jusqu’à en perdre le sommeil. Peu à peu, il a maîtrisé la technique et peut maintenant exprimer ses sentiments et son expérience à travers ses œuvres. La calligraphie est pour lui une méthode où il peut exprimer sa fierté envers sa langue qui a subi des hauts et des bas au cours de l’histoire.

Avec leur passion, les jeunes calligraphes comme Bùi Hiên, Hoa Nghiêm et Hiêu Tin contribuent à préserver cette belle tradition d’offrir des calligraphies pendant le Têt. Qu’on se le dise: la relève est assurée !/.



Certaines œuvres impressionnantes du Club de Calligraphie Net Viêt :






























Texte: Nguyên Vu Thành Dat - Photos: Nguyên Luân