28/06/2019 14:16 GMT+7 Email Print Like 0

La quintessence des arts martiaux traditionnels du Vietnam

Le Vietnam possède un immense trésor d’arts martiaux traditionnels avec plus d’une centaine d’écoles différentes, dont beaucoup sont connues dans le monde entier. Il s'agit notamment des écoles Binh Dinh, Nhat Nam,  Tan Khanh-Ba Tra,  Bach Ho,  Binh Dinh Sa Long Cuong et Vovinam.
Un patrimoine séculaire

Ces arts martiaux traditionnels, un patrimoine culturel du peuple vietnamien, réunissent des écoles d’arts martiaux créées par des Vietnamiens ou introduits au Vietnam, mais adaptés par les Vietnamiens selon  leur culture,  leur morphologie et leur philosophie des arts martiaux. Ces arts martiaux ont été transmis de génération en génération.

Les Vietnamiens développèrent  pendant des milliers d'années  les arts martiaux traditionnels sous tous leurs aspects : principes, conduite, éthique,  techniques de combat,  musique et costumes. Il existe des arts martiaux destinés aux gardes royaux, des règles pour les compétitions d'arts martiaux royaux et une médecine des arts martiaux (médecine traditionnelle basée sur les techniques d'arts martiaux pour le traitement médical).

Techniquement, les arts martiaux traditionnels vietnamiens ne considèrent ni la beauté des positions comme le facteur clé, ni la force comme très importante, à la différence des autres arts martiaux ailleurs dans le monde.

 

Nhât Nam, l’école des arts martiaux traditionnels vietnamiens, attire un grand nombre de pratiquants étrangers. Photo :  archives de la VI


Les techniques de coude et de genou sont des techniques fondamentales et dangereuses  des arts martiaux vietnamiens. Photo: Thanh Giang


Les exercices avec un bâton qui furent obligatoires lors des examens d’arts martiaux d’autrefois, sont encore préservées et développées dans la ville  de Hôi An, province de Quang Nam. Photo :  archives de la VI


Les arts martiaux avec jarres, une particularité de la région de Thu Dau Mot, qui abrite des villages célèbres pour leur production de jarres. Photo : Nguyên Luân


Song thiet, qui est une paire de chaînes à cinq maillons, chacune avec une poignée à une extrémité et un fer de lance en acier tranchant à l'autre extrémité,
est une arme dangereuse créée par le regretté Maître Le Van Kien, responsable des arts martiaux Nam Tong à Ho Chi Minh-Ville.  Photo : archives de la VI



Les arts martiaux traditionnels vietnamiens présentent encore des exercices du Qi Gong permettent aux pratiquant d’avoir une force physique extraodinaire. Photo : Thanh Giang


Les arts martiaux traditionnels vietnamiens réunissent une centaine d’écoles différentes . Photo : archives de la VI 

Un combat à deux lors du 13e Festival national 2019. Photo : AVI 

Les arts martiaux traditionnels vietnamiens adoptent des positions pratiques et souples, adaptées aux pratiquants et à leur force physique. La philosophie de base est d’utiliser la faiblesse pour contraindre la force; la minorité à battre la majorité; et se défendre au moyen d’attaques. Ils considèrent également l'attaque comme une légitime défense avec une utilisation flexible de la fermeté et de la douceur. Les positions  sont simples mais efficaces.

L’utilisation d’armes est également créative et flexible. En plus des arcs et des flèches, des lances, des bâtons, des couteaux et des épées, les Vietnamiens ont transformé des équipements d’usage quotidien tels que houes,  pelles,  rames,  piquets,  bocaux,  pots, foulards et  pagnes, en armes dangereuses.


Les arts martiaux traditionnels ont été développés pendant l’époque féodale. Au 13ème siècle, sous la dynastie des Tran, une école d'arts martiaux fut ouverte aux membres de la famille royale. Sous celles des Le au 18ème siècle et des Nguyen au 19ème siècle, des compétitions d'arts martiaux furent organisées afin de trouver des talents pour le pays. Un temple d'arts martiaux fut construit pour honorer les artistes martiaux talentueux.

«La Fédération vietnamienne des arts martiaux traditionnels (VTMAF) met en œuvre des programmes à long terme visant à restaurer, préserver, développer et promouvoir les arts martiaux nationaux dans le monde», a déclaré Hoang Vinh Gang, président de la VTMAF et président de la VTMAF. 

Les programmes comprennent un plan de préservation et  développement des arts martiaux traditionnels du Vietnam jusqu'en 2020, un institut des arts martiaux traditionnels vietnamiens et un conseil des artistes martiaux traditionnels vietnamiens, composés de célèbres pratiquants, chargé d’étudier les anciens exercices  et techniques  des principales écoles . Un système de compétitions et de représentations d’arts martiaux traditionnels vietnamiens, y compris des compétitions régionales et mondiales, sera également développé.

Avec leurs valeurs originales, on peut dire que les arts martiaux traditionnels vietnamiens sont au même niveau que tous les autres dans le monde, tels que karaté,  kendo et  sumo du Japon;  taekwondo de Corée ;  Shaolin, Emei et Wudang de Chine ; pencak silat d’Indonésie et de Malaisie.


Le pays compte 700 écoles et clubs d'arts martiaux, avec plus de 100 styles et 60 000 pratiquants. Il y a 600 maîtres d'arts martiaux de 18e  niveau (niveau le plus élevé), 500 entraîneurs de 17e  niveau et 550 entraîneurs de 16e  et 15e niveaux.

Plan «Préservation et développement des arts martiaux traditionnels du Vietnam jusqu’en 2020 » du département général des sports et de la formation physique du ministètre des Sports, de la Culture et du Tourisme 

Les arts martiaux vietnamiens  essaiment  dans le monde entier
 
Environ 400 centres de formation aux arts martiaux vietnamiens opèrent dans près de 50 pays et territoires, et accueillent des centaines de milliers de pratiquants réguliers, dont près de 1 000 maîtres et entraîneurs. Cela montre la popularité des arts martiaux vietnamiens dans le monde.

Après la réunification du pays en 1975, la formation et la pratique des arts martiaux vietnamiens à l'étranger se sont rapidement développées, en particulier après la création de la Fédération vietnamiennedes arts martiaux  en 1991 et de la Fédération internationale des arts martiaux vietnamiens en 2015. De nombreux maîtres vietnamiens ont été envoyés à l’étranger  pour enseigner leur  art. Des artistes martiaux étrangers sont également venus au Vietnam pour apprendre la quintessence des arts martiaux vietnamiens.



La pratiquante  Nguyên Mai Trinh (avec l’arme song to à la main), épouse du maître Stephane Lesoil, est membre de la Fédération des arts martiaux traditionnels de Hô Chi Minh-Ville. Photo : Son Nghia 


Le maître Stephane Lesoil fait une démonstration d’une technique de clé de bras. Photo : Son Nghia 


L’école des arts martiaux Nhât Nam attire de nombreusx pratiquants des pays de l’ex-URSS. Photo : archives de la VI


L’école des arts martiaux Tieu Long duong est basée sur des techniques d’arts martiaux traditionnels vietnamiens et de ses propres exercices. Photo : Son Nghia


La Fédération internationale des arts martiaux traditionnels vietnamiens a été créée en 2015.   Photo: Thanh Giang

Les maîtres Le Kim Hoa, chef de l’école  Thanh Long, Ngo Xuan Binh, chef de l’école  Nhat Nam, Lam Thanh Khanh, chef de Hong Gia Quyen et Le Dinh Long, chef de Kim Ke Tay Son Nhan, ont joué un rôle de premier plan dans ce processus.

Thomas Bach, président du Comité international olympique et ancien escrimeur olympique, a rendu visite à l'école d'arts martiaux Bach Ho Lam du maître Ho Van Giao à Da Nang, lors de sa participation aux Jeux asiatiques de plage à Da Nang en 2016.

Impressionné par la passion des Vietnamiens  pour les arts martiaux, quels que soient leur âge et leur profession, il a dit que c'était un modèle pour les autres pays désireux de préserver et développer leurs  arts martiaux traditionnels.

Le Vietnam a organisé des festivals et des compétitions internationaux d'arts martiaux vietnamiens, notamment un championnat du monde en 2016 et 2018 et une coupe du monde à Marseille, en France, en mai 2019. Ces événements ont attiré des milliers de pratiquants, de compétiteurs et de spécialistes des cinq continents.


Le Vovinam a été un sport officiel des Jeux d’Asie du Sud-Est  2011 et 2013, et des Jeux asiatiques de plage 2015 et  il également être présenté aux  Jeux d’Asie du Sud-Est 2019 aux Philippines. Le pays œuvre pour que  le Vovinam et certains  autres arts martiaux traditionnels soient introduits en tant que sports officiels non seulement aux Jeux d’Asie du Sud-Est , mais également lors d'événements sportifs régionaux et internationaux./.


Outre la Fédération internationale des arts martiaux traditionnels vietnamiens, il existe des organisations régionales et nationales, notamment la Fédération asiatique des arts martiaux vietnamiens, la Fédération d’Asie du Sud-Estdes arts martiaux vietnamiens , la Fédération d’Asie du Sud des arts martiaux vietnamiens, la Fédération africaine des arts martiaux vietnamiens, les Fédérations des arts martiaux vietnamiens en France, en Italie et en Russie. Les arts martiaux traditionnels vietnamiens devraient être pratiqués dans 60 pays et territoires d’ici 2020 et 100 d’ici 2030.
Texte : Thanh Hoa, Son Nghia

Photos : Thang Giang, Son Nghia,  Nguyên Luân, archives de la VI et de l’AVI

Articles Déjà publiés