13/01/2017 15:13 GMT+7 Email Print Like 0

Boire du thé, un plaisir esthétique des Hanoïens

Les jours d’hiver, lorsque le vent froid souffle, un des plaisirs de la vie est de déguster une tasse de thé avec un cher ami ou le petit ami. Un trait original de la culture hanoïenne.
 
Tout au long de leur histoire de 4.000 ans, les Vietnamiens ont toujours été habiles pour parfumer le thé avec des lotus, jasmins, aglalas, chrysanthèmes….. pour rendre plus succulente cette boisson traditionnelle. Sous le règne du roi Tu Duc (1829-1883), ils aromatisèrent le thé par une méthode très tarabiscotée : du thé placé dans de petits sacs de papier était laissé à l’intérieur d’une fleur de lotus, et la nuit les pétales se fermaient et aromatisaient le thé.

Le Japon consomme du thé depuis le XIIe siècle. La cérémonie de thé (Chanoyu), aussi connue sous le nom de Voie du thé (Chadô). C’est un rituel important dans la culture traditionnelle nippone. L’art du thé japonais s’est implanté au Vietnam ces dernières années. Beaucoup de buvetttes de thé ont ouvert à Hanoi, qui savent associer harmonieusement la cérémonie du thé japonaise à l’art du thé vietnamien.
 
Et pour aromatiser une grande quantité de thé, on retira les anthères des fleurs puis les mêla avec du thé.

L’art du thé des Vietnamiens repose sur le proverbe : «Primo, c’est l’eau, secundo, le thé, tertio, les tasses, quarto, la théière et quinto, les invités» Quand le thé est servi, on doit le boire tout de suite,  à petites gorgée  pour sentir suffisamment le goût par ses cinq sens. Le plaisir est à la fois esthétique, intellectuel et physique.

Les Hanoiens préfèrent déguster le thé en sérénité, dans un lieu calme, autour d’une table de bois avec quatre invités au plus, loin de la vie urbaine trépidante.

«Par expérience, je préfère le thé Oolong dont les plantations se concentrent dans le district de Bao Lôc, province de Lâm Dông. Lorsque le théier est attaqué par des vers, les bourgeons se développent fortement et produisent un goût particulier qui donne la fragrance particulière au thé Oolong.», a confié Nguyên Viêt Bac, propriétaire d’une buvette de thé à Hanoi et  passionné par l’art du thé./.



Des thés spéciaux vietnamiens préparés à partir des bourgeons du thé Oolong.


L’art du thé des Vietnamiens repose sur le proverbe «Primo, c’est l’eau, secundo, le thé, tertio, les tasses, quarto,
la théière et quinto, les invités».



Des théières des Hanoïens.


Récipients contenant l’eau pour préparer le thé


Les petites tasses d’un service à thé.


Les petites et grandes tasses d’un service à thé.


L’outil qui sert à verser les bourgeons de thé dans une théière est aussi spécial.


Le thé utilisé dépend de la dimension de la théière.


L’eau doit être suffisamment bouillie. Si elle est trop chaude, le thé est trop cuit et moins bon.


Un espace de dégustation des Hanoïens.


Le « maître du thé » verse le thé dans la théière, puis dans une grande tasse et enfin le réparti dans de petites tasses.


La dégustation du thé se fait souvent entre 3 ou 4  personnes, dans un espace calme.


Une jeune fille déguste du thé


Avec un espace nostalgique, calme, la cérémonie de dégustation du thé est progressivement
devenue une nouvelle tendance chez les jeunes à Hanoi.



Les jours d’hiver, lorsque le vent froid souffle, un des plaisirs des Hanoïens est de déguster une tasse de thé. 
 
Réalisé par Công Dat