31/08/2019 16:01 GMT+7 Email Print Like 0

Un artiste qui insuffle l’esprit vietnamien dans les marqueteries

En plus de 40 années de fabrication des marqueteries, le peintre Nguyên Trung Ky (Ho Chi Minh-Ville) s’est affirmé comme l’un des pionniers dans cet art et l’a développé au Vietnam.
Dans les années 1980, Nguyên Trung Ky s’était engagé dans les peintures plaquées de bois et ses produits  étaient  exportés vers les Etats-Unis. Hautement qualifié, il a pu travailler pour une société américaine, spécialisée dans la conception de produits à usage quotidien.

C’est dans cette société qu’il a pu  connaître la marqueterie, une technique de décoration du mobilier consistant à réaliser une sorte de dessin de bois avec, entre-autres, des morceaux de feuilles de placage finement découpés. Impressionné, il a stoppé son travail à la société américaine et s’est lancé dans la création de tableaux en marqueterie.

    Comme il ne s’agissait pas d’un art traditionnel vietnamien, à ses débuts,  l’artisite Trung Ky a rencontré d’énormes difficultés. Il a dû consulter Internet, des livres et s’instruire par lui-même.  Les matières n’étaient pas disponibles au Vietnam, par exemple les contraplaqués, donc il a dû en importer de l’étranger. Animé par son amour pour ce type de peinture européenne, ses efforts ont été récompensés. Nguyen Trung Ky a pu maîtriser  parfaitement les techniques et est devenu l’un des premiers Vietnamiens à réaliser ce genre de tableaux au Vietnam.

 

Le peintre Nguyên Trung Ky à son atelier de Hô Chi Minh-Ville


Nguyên Trung Ky s’est engagé il y a une quarantaine d’années dans la création de marqueteries


A ses débuts, Nguyên Trung Ky a dû chercher des documents sur Internet ou consulter des documents étrangers


Découpe  de détails d’une marqueterie au moyen d’un couteau


Réalisation du cadre


Une marqueterie aux milliers de détails


Des médailles qui ont récompensé des marqueteries de Nguyên Trung Ky lors de concours vietnamiens

Selon lui,  réaliser une marqueterie nécessite plusieurs étapes ; faire une équisse, choisir des contreplaqués appropriés. On commence en faisant un calque à partir d’un support visuel.  De ce calque, on tire des photocopies. On détourne groissièrement les pièces pour venir les coller sur le placage. Puis on découpe à la scie à chantourner. Ensuite, on ombre certaines pièces plus ou moins fortement pour donner une impression de volume.  Par la suite, on colle ensemble les pièces sur une carte tendue. Puis on vient coller sur un support ; une fois que le support devient sec, on racle la couche de papier et de colle. Il ne reste plus qu’à faire les finitions. Une marqueterie comprend d’inombrables détails et exige une réalisation très minutueuse.

« Il y a des oeuvres que j’ai réalisées en quelques jours, mais pour d’autres  aux  milliers de détails j’ai consacré trois années », a confié Trung Ky.

Les marqueteries n’ont pas trop de couleurs et n’en représentent que deux principales:  veines de bois et bois brûlé.

Avec ses parfaites compétences, Nguyen Trung Ky a pu aborder beaucoup de  thèmes tels que paysages, village natal, Vietnam et hommes.  Ses œuvres sont exposées dans des sites touristiques de l’ensemble du pays et même exportées vers des pays européens, « Je souhaite toujours  faire connaître  le Vietnam et ses hommes à l’étranger via mes marqueteries », a confié Nguyên Trung Ky.

En 1987,  six de ses œuvres furent exposées à une exposition nationale d’économie  et de technique, où elles remportèrent trois médailles d’or,  deux d’argent et une de bronze./.


Les meilleurs tableaux de Nguyên Trung Ky




















Texte et photos : Son Nghia

.
Articles Déjà publiés