Découverte

Le village de tisseurs de lin de Lung Tam

Le village des tisseurs de lin de Lung Tam, commune de Lung Tam, district de Quan Ba, province de Ha Giang (Nord) est un lieu touristique très appréciés de touristes visitant  Ha Giang car il offre les caractéristiques typiques d’un village de tissage traditionnel des H’mong vivant sur le plateau calcaire de Dong Van.
Le touriste peut y admirer des femmes assises devant un métier à tisser, le faisant fonctionner avec leurs mains habiles et  fabricant de magnifiques tissus de brocart. Pour elles, tisser un beau tissu de lin est une grande fierté.

La première étape est le teillage c'est-à-dire l'extraction des fibres, qui sont ensuite  broyées et battues pour éliminer les résidus tels que le bois et l’épiderme des tiges. Les fibres sont ensuite divisées en minces fils et les femmes H’mong les exposent à la chaleur  pour les assouplir. Ensuite elles sont teintées par des méthodes ancestrales à base de feuilles de plantes sauvages, et non avec substances chimiques. Puis ils sont accrochés au métier à tisser et  les femmes commencent le tissage.


La matière première à confectionner des brocarts sont les fibres de lin.


Le tissage du lin au village de Lung Tam, province de Ha Giang est un métier artisanal ancestral, qui rapporte des revenus aux familles et contribue à préserver la culture H’mong.


Filer du lin.


La fabrication d’un brocart est un travail minutieux.


Les brocarts se distinguent d’une matière première unique de lin et d’une fabrication totalement manuelle ancestrale.


Les H’mong du village de Lung Tam préfèrent le lin au coton car ils croient que spirituellement, le lin servait de point d’union entre l’homme et le monde spirituel.


Les techniques de teinture des H’mong de Lung Tam qui donnent  le bleu sont excellentes et presque uniques.


Les teintures sont tirées de feuilles de plantes sauvages tels que le théier, le goyave, les tubercules de củ nâu.
 

Le costume des H’Mong, confectionné entièrement à partir de lin, est chaud et solide. Lorsque le tissage d’une étoffe est achevé, elle est lavée à plusieurs reprises de sorte qu’elle devint blanche puis, on l’étale sur un tronçon de bois, la  frotte sur la surface à plusieurs reprises avec un morceau de pierre couvert de cire d’abeille de sorte que le tissu de lin soit souple et élastique. Le tissu est immergé dans une solution de feuilles d’indigo qui donne le bleu en une heure, puis exposé au soleil jusqu’à ce qu’il soit sec. On le trempe une nouvelle fois dans ladite liquide puis l’expose au soleil, le processus se répète cinq ou six fois. Comme la teinture se réalise de façon minutieuse, la couleur bleue des tissus de H’mong reste vivante et résistante au temps.

Les motifs de décoration sont une particularité des habits en lin du village de Lung Tam, les motifs faits entièrement à la main, brodés et peints à la cire d'abeille à la main. Les H’mong maîtrisent la technique du batik avec la  cire d'abeille et créent des motifs représentant des carreaux ou des losanges disposés symétriquement les uns contre des autres, une technique qui exige un grand savoir-faire. 


Les articles de lin de Lung Tam sont pour la plupart exportés et sont rarement écoulés sur le marché domestique.








Articles du village de Lung Tam: habits, portefeuilles, serviettes, nappes, coussins,  sacs de brocart, couvertures…
 
Lung Tam propose aux visiteurs un large éventail d’articles de lin dont habillements, sacs, portefeuilles… qui s’inspirent profondément de la culture des ethnies vivant sur le plateau calcaire de Dong Van. Ces magnifiques articles de brocart  sont écoulés non seulement dans l’ensemble du pays mais encore exportés vers une vingtaine de pays dont les Etats-Unis,le Japon, la Suisse… /. 

Texte: Công Dat - Photos: Thanh Giang/VI. Traduction: Diêu Vân

Banh dày, une spécialité du Têt traditionnel des Hmông verts

Banh dày, une spécialité du Têt traditionnel des H’mông verts

Les H’mông verts (clan de l’ethnie minoritaire H’mông) vivent éparpillés au Nord-ouest du Vietnam, dans les provinces de Son La, Diên Biên, Yên Bai. Ils fêtent le Nouvel an un mois avant le Têt traditionnel des Kinh, d'une durée de 15 jours (du 30 novembre au 15 décembre du calendrier lunaire). À cette occasion, chaque foyer prépare des « banh dày » (pain de riz gluant cylindre) comme offrandes aux ancêtres et cadeaux aux invités pendant les jours de Têt.

Top