Vietnam et ses amis

David Devin, un Américain dévoué envers le Vietnam

Il y a peu d'hommes américains aussi attachés au Vietnam que David Devin. Résidant au Vietnam depuis 19 ans, David Devin, 78 ans, y enseigne  l'anglais. Il écrit également des livres et participe à de nombreuses activités communautaires, notamment en faveur des femmes.

David Devin a grandi à Seattle, dans l'État de Washington. La ville où il a vécu dans sa jeunesse compte un café Trung Nguyen et plus de 60 000 Vietnamiens. Cet endroit dispose également d’une zone dénommée « Little Saigon » où les visiteurs peuvent parler vietnamien avec les commerçants, acheter des livres, des CD, des journaux vietnamiens pour les tenir au courant de ce qui se passe au Vietnam, et déguster des spécialités de toutes les régions du Vietnam. C'est là que la culture vietnamienne a commencé à imprégner David Devin.

David Devin est arrivé au Vietnam pour la première fois en juin 1967 alors qu'il était étudiant à l'Université de Washington. La deuxième fois, alors qu'il était responsable des finances de l'ambassade des États-Unis à Saigon d'octobre 1968 au 21 avril 1975. David Devin a travaillé pendant un an à Buon Ma Thuot et un an à Gia Lai pour aider ceux qui ont perdu leur maison à cause de la guerre. Il a également vécu   deux ans à Nha Trang. Il  a voyagé dans le centre du Vietnam pour acheter des rizières aux propriétaires terriens et les redistribuer gratuitement aux agriculteurs pauvres dans le cadre du projet « Les laboureurs ont des champs ». David Devin a passé trois mois à Chau Doc pour participer au programme « Aider les Vietnamiens de l'étranger à se rapatrier » et a travaillé pendant 15 mois à Saigon dans le parc industriel de Bien Hoa.

Ses passionnantes années de travail au Vietnam sont toujours de bons souvenirs pour David Devin. Plus tard, il est retourné aux États-Unis pour travailler au Département d'État américain. Il a voyagé dans 25 pays à travers le monde. Après avoir pris sa retraite en 1990, il est retourné aux États-Unis pour créer une société spécialisée dans la construction et la gestion des HLM. En raison d'un incident commercial majeur, il était au bord de la faillite.

David Devin, auteur du livre “Les femmes dirigent avec amour” qui a été réimprimé 8 fois au Vietnam. Photo: Viêt Cuong


David Devin rencontre des femmes et filles au bord du lac de l’Épée au premiers jours de l’an 2022. Photo: Viêt Cuong


Présentation de son livre à de jeunes vietnamiennes. Photo: Viêt Cuong

Selon lui, les femmes qui réussissent sont celles qui ont de l’amour. Photo: Viêt Cuong


David Devin et ses étudiantes lors d’une discussion au sujet de la réussite au féminin.

En 2009, il a décidé d'aller à Ho Chi Minh-Ville pour réfléchir aux défis et aux hauts et aux bas qu'il a connus dans la vie. Il a commencé par l'apprentissage du vietnamien et a obtenu un certificat. Puis, il a déménagé à Hanoï. Il a décidé de devenir professeur d'anglais. Lorsqu'il est venu enseigner à l'Université de Bac Ha, à l'Université des Mines et de Géologie et à l'Université Nguyen Trai, il a été surpris par le fait que la plupart des étudiants étaient de jeunes femmes, dont quelques-unes qui rêvaient de devenir PDG d'une entreprise ou présidente d’une banque, ou même président du pays. Mais l'université ne leur apprend pas à être des PDG. Elles sont juste formées à être des comptables ou des économistes. Il a également constaté que les femmes vietnamiennes sont très intelligentes et peuvent faire de grandes choses, mais qu'elles ont de nombreux obstacles sociaux ou familiaux. Cela l'a inspiré pour écrire le livre “Les femmes dirigent avec amour”. Ce livre est la clé pour aider les femmes à réussir dans leur carrière et leur vie de famille. En peu de temps, ce livre est devenu un phénomène au Vietnam. Il a été réimprimé 5 fois en 2015 et 8 fois jusqu'à présent. Khuc Hoa Phuong, directrice de la Maison d'édition Phụ Nữ (Femmes) à l'époque, a déclaré qu'elle considérait le livre de David comme   le plus intéressant et le plus utile pour les femmes de ces 10 dernières années. La Maison d'édition Phụ Nữ (Femmes) a décerné à David Devin le prix de "l'auteur le plus inspirant 2015".

Après avoir publié ce livre, David a organisé 30 séminaires pour les femmes sur le thème du "leadership avec amour" qui ont attiré un grand nombre de femmes vietnamiennes. 

En plus d'écrire des livres, depuis 2009, David passe également tout son temps à enseigner l'anglais. David Devin a aidé de jeunes vietnamiens à améliorer la prononciation et la grammaire anglaises. Il a aidé plus de 10 anciens étudiants vietnamiens à se rendre aux États-Unis pour fréquenter les meilleures universités afin d'obtenir un diplôme MBA ou Master. David a enseigné à temps partiel pendant neuf ans dans 8 universités et 10 centres d'anglais différents avec environ 6000 étudiants. Certains centres d'anglais lui ont également demandé d'enseigner non seulement l'anglais, mais aussi les mathématiques et les sciences en anglais. 

Actuellement, David Devin promeut la création de l'Institut d’Ève - la plus grande organisation d'éducation, de formation, de fitness et de charité pour femmes au Vietnam et sera entièrement gérée et exploitée par des femmes. David et son équipe souhaitent aider des milliers de femmes à améliorer leur vie et à réaliser leurs rêves. David Devin partage: «Nous apportons une aide significative aux femmes victimes de violence domestique, aux femmes handicapées, aux femmes qui luttent pour gagner leur vie à la campagne. Nous allons également rechercher et aider les femmes sans abri et les victimes de la traite des êtres humains Nous avons encore beaucoup de travail à faire mais je suis convaincue que si les gens travaillent ensemble, nous pouvons faire une grande différence dans le mode de vie des femmes vietnamiennes." 

Malgré son âge, David Devin est toujours plein d'énergie au travail. Il fait lui-même un grand effort pour transmettre de l'énergie au peuple vietnamien. Il s'est formé pour vaincre l'hypertension artérielle et il partage ses connaissances avec les personnes âgées vietnamiennes pour rester en bonne santé et continuer à travailler et contribuer à la société./

Texte: Bich Vân - Photos: Viêt Cuong et Archives – Traduction : Hà Vu

Michael Harder, un PDG au coeur dor

Michael Harder, un PDG au coeur d’or

Le Canadien Michael Harder, directeur général de la chaîne Joma Bakery Café spécialisée dans la fabrication et la commercialisation de café et de pâtisserie de qualité, fait de succulents gâteaux satisfaisant les clients vietnamiens. En plus de cela, il a recruté pour travailler dans ses cafés de nombreux  jeunes handicapés vietnamiens: sourds, muets, ou non-voyants, leur donnant des cours d’apprentissage, leur permettant d’apporter leur part à la communauté.

Top