26/12/2018 09:30 GMT+7 Email Print Like 0

“Thuy Phap” , une école d'arts martiaux vietnamienne en Belgique

Se basant sur le caractère doux mais parfois violent de l’eau, le Maître Huynh Chieu Duong a fondé en Belgique l’école “Thuy Phap” qui regroupe de nombreux pratiquants internationaux.
De santé fragile, Huynh Chieu Duong a suivi dès son enfance des leçons d’arts martiaux traditionnels du Vietnam ayant le caractère doux, souple et flexible. À partir de  ces leçons et aux côtés de différents maîtres, le pratiquant de Binh Duong a progressivement amassé de solides connaissances  qui l'ont poussé à écrire un manuel.

Trouvant ses leçons d’arts martiaux applicables aux méthodes de physiothérapie et d’exercices avantageux pour la santé, des amis belges travaillant dans le secteur de la médecine ont encouragé le Maître Huynh Chieu Duong, lorsqu'il vint en 2000 en Belgique pour travailler, à ouvrir des classes.

En 2002, le Maître Duong a officiellement fondé l'école “Thuy Phap” à Bruxelles,  et a commencé à accueillir les premiers pratiquants.
 


Relevant des arts martiaux traditionnels du Vietnam, l’école “Thuy Phap” a été fondée par le Maître Huynh Chieu Duong
en 2002, en Belgique



En raison de sa petite taille, le Maître Duong a conçu une méthode douce et souple.


Le Maître Duong donne une leçon avec épée.


Le Maître Duong corrige le mouvement d’un pratiquant.


Le pratiquant belge  Jérémie Brugidou réalise un enchaînement de techniques de base.
 


Basée sur le caractère parfois violent de  l’eau, l’école “Thuy Phap” comprend également des techniques de combat.
 


S’inspirant  de la force de l’eau, les combats à deux se pratiquent en enlaçant l’ennemi, sans le laisser attaquer.
 


Jérémie Brugidou et Boris Marcandella  interprètent  des Song Luyen (combats codifiés) de l’école “Thuy Phap”.
 


Une position d’attaque très efficace


Un blocage des mains redoutable 


Angela Luciana  (à gauche) et Véronique Sens présentent une technique  de combat


Le pratiquant belge Jérémie Brugidou étudie depuis 15 ans avec le Maître Duong.


L’école “Thuy Phap” a conservé de nombreuses techniques de maniement d’armes typiques du peuple vietnamien telles
que bâton, sabre, épée, éventail



Jérémie Brugidou réalise le “Phu dung côn” lors d'un échange d'arts martiaux traditionnels à Ho Chi Minh-Ville en juillet 2018.


En apparence, les techniques de l'école  “Thuy Phap” sont douces et souples.


Les pratiquants de l’école “Thuy Phap” dans un enchaînement collectif.
 


Le Maître Duong échange des expériences avec ses élèves.


Une délégation de pratiquants de l’école “Thuy Phap” s’est produite au Festival international des arts martiaux traditionnels
du Vietnam à Ho Chi Minh-Ville en juillet 2018.



Une délégation de l’école “Thuy Phap” pose avec des pratiquants d’autres écoles au Festival international des arts martiaux traditionnels du Vietnam à Ho Chi Minh-Ville, en juillet 2018.
  
D'apparence doux et souple, les mouvements d’arts martiaux “Thuy Phap” se succèdent comme l’eau courante, parfois invisible, parfois comme des nuages itinérants. Ces exercices conviennent aux personnes âgées, tant pour améliorer leur souplesse que leur santé générale. 
    
À présent, la salle d'arts martiaux “Thuy Phap” dans la capitale belge compte une centaine de pratiquants réguliers ; et il y en a une autre en France qui est guidée par des élèves du Maître Duong. L’école “Thuy Phap” est aussi enseignée depuis peu de temps  dans un certain nombre de lycées et d’universités belges.
L’école “Thuy Phap” possède également des techniques plus vigoureuses, pour le combat. Se basant sur le caractère parfois violent de l’eau, les combats à deux se pratiquent en enlaçant l’ennemi sans le laisser attaquer. Contrairement au “Hiep Khi đao”, le “Thuy Phap” n'envoie pas l'ennemi au sol mais le repousse au loin.

"Le “Thuy Phap” se concentre sur des techniques douces comme le courant d’eau, qui bloquent des attaques de l'adversaire, l’enlacent sans le blesser et le repoussent hors du cercle de sécurité pour se protéger”, a partagé le Maître Duong.

En outre, le “Thuy Phap” a conservé de nombreuses techniques de maniement d’armes typiques du peuple vietnamien telles que bâton, sabre, épée, éventail… à travers une méthode d'entraînement  douce et souple.

"J’apprends les arts martiaux “Thuy Phap” depuis seulement six mois, tandis que mon mari est aux côtés du Maître Duong depuis 15 ans. Nous nous sentons plus forts et plus endurants", a confié Mme Dang Thi Thu Quyen, 31 ans, Vietnamienne vivant en Belgique.

Étant membre de la Fédération des arts martiaux traditionnels du Vietnam, des pratiquants de l’école “Thuy Phap” se sont rendus souvent au Vietnam pour participer à différentes compétitions et  représentations. En particulier, ils ont assisté à tous les festivals d’arts martiaux traditionnels à Binh Dinh et ont participé à trois reprises au Festival international des arts martiaux traditionnels où ils ont remporté des prix../.

 
Texte et photos: Son Nghia
Articles Déjà publiés