15/09/2019 08:10 GMT+7 Email Print Like 0

Lutte contre les déchets plastiques marins

Le Vietnam rejette chaque année  dans la mer de 0,28 à 0,73 millions de tonnes de déchets plastiques, soit 6% du total mondial, se classant après la Chine, l’Indonésie et les Philippines… Des chiffres alarmants.  Le Vietnam a appelé à sa population et s’est engagé à prendre des mesures draconiennes afin qu’en 2025 les objets plastiques jetables soient bannis.
Des plages souillées par les déchets plastiques
 
L’histoire des communes côtières de Da Lôc, Ngu Lôc, et Minh Lôc, district de Hâu Loc, province de Thanh Hoa, constitue un exemple typique de la pollution par les déchets plastiques. A chaque montée de la mer,  des milliers voire  des dizaines de milliers de sacs plastiques, bouteilles, morceaux  de 
La pollution de déchets plastiques devient un problème mondial et le 2e  défi environnemental, après le changement climatique
plastique ou filets de pêche déchirés… viennent s’échouer sur les plages ou  s’accrochent aux arbres des mangroves,  créant des scènes tragiques.

La pollution plastique n’épargne pas non plus Da Nang, célèbre ville touristique réputée dans le monde. Les déchets rejetés par les vagues envahissent le port de pêche de Tho Quang, l’île de Son Tra et les plages paradisiaques  de My Khe, Non Nuoc, Nguyên Tât Thanh.



Des membres du Comité de gestion de la Réserve marine  deCu Lao Cham, province de Quang Nam, font une plongée pour collecter des déchets et faire des recherches sur l’environnement marin. Photo: Tât Son


Des dizaines de milliers de sacs ou emballages plastiques sont rejetés dans les mangroves dans la commune côtière de Da Lôc, district de Hau Loc, province de Thanh Hoa.Photo: Tât Son


Le port de pêche de Tho Quang, ville de Da Nang est couvert de déchets plastiques. Photo: Tât Son


Les déchets plastiques envahissent le hameau de pêche de Man Quang, ville de Da Nang. Photo: Thanh Hoa


Le port de pêche de Tho Quang, ville de Da Nang est couvert de déchets plastiques. Photo: Tât Son

Déchets plastiques en baie de Man Quang, île de Son Tra, ville de Da Nang. Photo: Tât Son

La magnifique  plage de Da Den aux roches toutes noires est aussi couverte de déchets, notamment de plastiques, qui se cachent aussi dans les interstices des roches.

Le 22 juin, lors du 34e  Sommet  de l’ASEAN, le Vietnam et les pays membres de l’ASEAN ont ratifié la Déclaration de Bangkok  portant sur la lutte contre les déchets marins dans la région. L’association  a approuvé le Cadre d'action de l'ASEAN sur les débris marins. 
La Réserve  biosphère  mondiale de Cu Lao Cham, à Hoi An, province de Quang Nam, fait face aussi à la pollution. Les déchets marins détruisent en masse les récifs de corail, les tapis d’herbes sous-marins et même les tortures marines, qui bénéficient d’une protection spéciale.

Le Vietnam, avec ses plus de 3.200 km de côte, a des atouts pour développer l’économie marine. Cependant   devient une  souci lorsque 80% des déchets marins viennent de la terre ferme.


Le Vietnam résolu à vaincre la pollution plastique

Les Vietnamiens  diminuent l’usage des  plastiques jetables,  la société dit non aux déchets plastiques. En  2021, toutes les boutiques, marchés et supermarchés des grandes villes n’utiliseront  plus  de produits plastiques jetables ;  et en 2025, tout le pays sera concerné. Tel est  l’appel du  Premier ministre Nguyên Xuân  Phuc prononcé lors de la cérémonie de déploiement de la « Campagne contre les déchets plastiques », organisée  le 9 juin  à Hanoi.

L’appel du chef du gouvernement a reçu un écho chaleureux parmi toute la société.  Le ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement  se dépêche de rédiger un projet global de gestion des déchets plastiques à soumettre cette année au Premier ministre. 



Les jeunes volontaires du groupe “ Don Rac Son Tra” netttoient la plage de Da Den, à Da Nang. Photo: Tât Son


 
Environ 500 volontaires  collectent des déchets sur la plage longeant l’île de Son Tra (Da Nang).  Photo: Thanh Hoa


Touristes étrangers participant au ramassage  des déchets sur la plage de Nguyên Tat Thanh, à Da Nang, Photo: Tât Son


Le Sud-Africain Callan Meyer participe au ramassage des déchets plastiques sur la plage de Da Den, à Da Nang.Photo: Tât Son


Les jeunes de Da Nang déposent des sacs de déchets de la presqu’île de Son Tra dans un bateau. Photo: Thanh Hoa

D’autres  ministères compétents revoient leurs politiques et règlementations en vue de stopper  l’importation et la production de sacs plastiques difficiles à se dégrader.

Plusieurs sociétés et groupes de premier plan  du Vietnam se sont réunis pour créer l’Union des sociétés contre les déchets plastiques et l’Union de recyclage d’emballages du Vietnam (PRO Vietnam), ce pour boycotter les produits plastiques dangereux à l’environnement et fabriquer de produits écologiques.

Certains sociétés par exemple le groupe An Phát Holdings  et la société internationale par actions Thinh Dat  fabriquent des emballages, sacs, bouteilles, verres, pailles… voire des filets de pêche capables de se dégrader rapidement.

 







 
Des pailles, emballages, sacs, bouteilles, verres… d’origine naturelle, faciles à  dégrader et respectueux de l’environnement, fabriqués par le Vietnam. Photo: Tât Son


Les spectacles sensibilisant aux dangers des déchets plastiques sont organisés dans l’ensemble du pays contribuent à   la prise de conscience des Vietnamiens envers ce problème. Photo: Tât Son

Le 29 juin 2019 dans le cadre du Sommet du G20, à Osaka au Japon, le Premier ministre Nguyen Xuan Phuc a lancé l'initiative visant à promouvoir la création d'un réseau mondial pour le partage de données sur les mers et  océans et à s'orienter vers un cadre mondial de prévention des déchets plastiques.
Le mouvement contre la pollution plastique est déployé dans les régions et villes côtières. A Da Nang, le groupe de jeunes volontaires “ Don rac Son Tra (Collecter  les ordures à Son Tra)  a ouvert une page web  appelant à se réunir pour collecter les déchets plastiques  sur la plage de Da Den, rendre propre l’île de Son Tra, considérée comme le “poumon de la ville”.

A Cu Lao Cham, province de Quang Nam, un groupe de jeunes femmes responsables du Comité de gestion de la Réserve marine a réalisé des centaines de plongées pour repêcher des déchets au fond de la mer.

C’est son amour pour les océans qui a encouragé Nguyên Nguyêt Linh, élève de 5e  classe au collège Marie Curie de Hanoi d’envoyer au recteur de son école une lettre émouvante dans laquelle elle a écrit “ lâcher des ballons de baudruche en air pour que les rêves des élèves se réalisent, c’est aussi provoquer la mort d’oiseaux et de tortues de mer”. Elle a souhaité de dire à son recteur de ne pas lâcher de ballons de baudruche lors de la rentrée scolaire, ce pour prévenir l’environnement et les océans de  la pollution plastique./. 
 
Texte. Thanh Hoa – Photos. Tât Son – Thanh Hoa