27/03/2020 17:17 GMT+7 Email Print Like 0

Le village des forgeurs de trésors nationaux à Huê

Les chefs-d’œuvre  géants de cuivre de l’ancienne ville impériale de Huê ((province de Thua Thiên-Huê, Centre), qui pèsent des tonnes voire des dizaines de tonnes,  tels que l’ensemble de  chaudron en cuivre, la cloche géante de la pagode de  Thiên Mu, les cuu dinh (urnes dynastiques), les canons génies, stupéfient toujours les visiteurs.
Ces trésors nationaux furent forgés dans un lieu modeste de Huê dénommé Phuong Duc, un village de  métier traditionnel niché au Sud de la rivière Huong (rivière des Parfums), à trois km du centre de l’ancienne capitale impériale.

Ce village ou quartier de Phuong Duc est réputé pour ses 400 ans d'histoire. Phuong Duc fut créé lorsque vers 1569, les premiers habitants décidèrent de suivre le seigneur Nguyên Hoàng (1524-1613), qui avait pour désir d'étendre le territoire national vers le Centre.

Autrefois, Phuong Duc était composé de cinq hameaux : Truong Dông, Kinh Nhon, Bôn Bô, Giang Dinh et Giang Tiên parmi lesquels Kinh Nhon et Bôn Bô étaient les deux plus prestigieux. Selon le registre généalogique de la famille Nguyên à Kinh Nhon, le fondateur du fameux métier de fondeur fut Nguyên Van Luong, originaire du Kinh Bac (Nord). Ce métier est transmis depuis 14 générations.



L’intérieur d’un atelier de fonderie à Huê.


La température du four s’élève à des milliers de degrés. Photo : Nguyên Luân


Cuire pur pour forger des objets. Photo : Thanh Hoa


Des motifs de décoration sur le moule. Photo : Thanh Hoa


Nguyên Van Quy, un artisan expérimenté de l’atelier Nguyên Van Niem, du quartier Phuong Duc. Photo : Thanh Hoa


L’année de création est gravée sur l’objet. Photo : Thanh Hoa


Ce moule d’un grand tambour de bronze a été créé en argile et autres matériaux.  Photo : Thanh Hoa


Les coques de moule sont exposées au soleil avant d’être utilisées. Photo : Thanh Hoa


Le cuivre liquide  entre dans le moule. Photo : Nguyên Luân


Techniques de soudage du cuivre. Photo : Nguyên Luân

Des cloches de bronze, produits traditionnels du quartier de Phuong Duc. Photo : Nguyên Luân

À la création du village, les fondeurs fabriquaient des armes telles qu’épieux, épées, arcs et flèches... à la demande de la défense nationale. Puis, pour renforcer l'arsenal de l'armée, les seigneurs Nguyên firent fabriquer canons et artillerie lourde. Les neuf canons encore installés aujourd'hui devant la porte Sud du Palais royal de Huê sont une preuve vivante du talent des artisans de Phuong Duc. Les fondeurs sont aussi réputés pour la fabrication de cloches et gongs, qui sont devenus des objets cultuels de nombreuses pagodes du Centre.

Du 17e au 19e siècles, les rois de la dynastie des Nguyên rassemblèrent à Huê des maîtres-fondeurs de l’ensemble du pays pour bâtir des palais, des armes, des pièces de monnaie et des objets à usage courant de la Cour.

Phuong Duc compte plusieurs maîtres   attachés au métier comme Nguyên Van Sinh, Nguyên Van Viên, Nguyên Van Dê, Nguyên Van Trai, Nguyên Truong Son...

Ces maîtres font tout ce qui est en leur pouvoir pour transmettre aux jeunes leur passion et leur savoir-faire. Nguyên Van Sinh (11e  génération de la famille Nguyên à Kinh Nhon) a formé une centaine d'apprentis.

Les chaudrons en cuivre furent forgés sous la dynastie des Nguyen, de 1659 à 1684 ; la cloche géante de la pagode Thiên Mu, de 2,5 m de haut, en 1710, sous le règne du seigneur Nguyên Phuc Chu (1691-1725) ; les neuf urnes dynastiques installées devant la porte Thê Miêu, de 1835 à 1837 ; les neuf canons génies, installées devant la porte  Ngo Môn, de 1803 à 1804.

Les fondeurs de Phuong Duc, de leurs mains habiles , ont créé  des objets d’une grande valeur artistique et économique, par exemple la statue du général Trân Hung Dao (1228-1300), de 10,2 mètre de haut, de 21,6 tonnes, installée au parc de Vi Hoang, ville de Nam Dinh, province éponyme. Ou  la statue du Bouddha Nhu Lai (Vairocana), de 4,3 mètres de haut, installée à la pagode de Kim Thanh, ville de Pleiku, province de Gia Lai (Centre).  Ou encore un tambour de bronze exposé au musée de Quang Trung, province de Binh Dinh. 



Les cuu dinh (urnes dynastiques) sises devant la porte Thê Miêu (Huê), classés trésors nationaux, pèsent chacune plus de 2 tonnes. Photo : Thanh Hoa


Anse d’une urne dynastique géante à Huê. Photo : Thanh Hoa




Un encensoir de  bronze. Photo : Nguyên Luân


Statuette en bronze d’un animal sacré.  Photo : Nguyên Luân


Un calice de bronze. Photo : Nguyên Luân

Particulièrement,  en l’honneur du Millénaire de Thang Long – Hanoi, l’artisan Nguyen Van Sinh a établi un record en forgeant une cloche  géante de 36 tonnes, de 5,5 mètres de haut et de 3,7 mètres de diamètre, pour la pagode Bai Dinh, province de Ninh Binh (Nord). Cette cloche est censée être la plus grande d’Asie du Sud-est.

Le tombeau et la maison de culte dédiée au fondateur du métier à Phuong Duc ont été classés sites culturels nationaux. Le quartier comptait une soixantaine d’ateliers  de fonderie, attirant environ 300 travailleurs.  Leurs articles se sont forgés une position stable sur le marché domestique et sont même expédiés vers plusieurs pays étrangers dont les Etats-Unis, la France, le Japon, la Chine, l’Inde, le Népal… rapportant chaque année près de 10 milliards de dongs ( près de 400.000 d’USD) à cette localité. ./

 
Texte: Thanh Hoa – Photos: Thanh Hoa- Nguyên Luân