24/01/2019 15:09 GMT+7 Email Print Like 0

Le Grand Maître Phi Long, un "Dragon au refuge"

Le Grand Maître des arts martiaux Phi Long, qui fut un invincible pratiquant d’arts martiaux dans les années 1960, a choisi le col d’An Khê, province de Binh Dinh (Centre), pour y construire un temple où il enseigne son art aux jeunes générations.
Dans les années 1960,  le Grand Maître Phi Long, dont le nom signifie en vietnamien « dragon », était réputé comme un adversaire imbattable et la liste de ses exploits était longue: 87 combats dont 86 victoires par knock-out, champion d’arts martiaux du Vietnam en 1966  et champion de l’Indochine en 1968.

Le Grand Maître Phi Long, de son vrai nom Trân Quoc Long, est né en 1944 dans une famille de pratiquants d’arts martiaux à Dong Pho, district de Tay Son, province de Binh Dinh (Sud).  Son grand-père, son père et son oncle furent de célèbres pratiquants d’arts martiaux de la région. Long apprit sa première leçon à l’âge de 6 ans avec son oncle ; et à 10 ans, il fut envoyé au séminaire La San Kim Phuoc à Kon Tum. Il abonna à mi-chemin ses études pour poursuivre sa passion des arts martiaux. 

 

Le Grand Maître Phi Long, âgé de 75 ans, chef de l’école  Phi Long, réputé comme étant un adversaire invincible.
Photo : Thanh Hoa



Le Grand Maître Phi Long exécute la position « Le roi des singes  s’empare des fruits », une technique typique de l’école
Phi Long qui permet aux faibles de battre les forts. Photo: Thanh Hoa



Le Grand Maître Phi Long pratique la position « La vipère quitte son refuge », caractérisée par des mouvements flexibles.
Photo: Thanh Hoa



Le Grand Maître Phi Long en position « Le roi des singes ». Photo: Thanh Hoa


Malgré son grand âge, le Grand Maître Phi Long reste en forme

Conquis par son talent, son père, Trân Nghia Sy, invita les meilleurs maîtres d’arts martiaux chez lui pour apprendre à son fils, tels que les maîtres Nguyên Thai Son ou Trinh Thieu Anh. Phi Long quitta sa maison pour le district de Phu Cat et y étudia avec le maître Huynh Lieu pendant cinq ans. Phi Long commença à participer aux compétitions de la province de Binh Duong et put battre de grands adversaires, y compris  Minh Tinh, Thanh Cong, Tran Can, plus grands que lui particulièrement Thai Binh (82 kg tandis que Phi Long ne pesait que 62 kg).

Long partit également sur les Hauts Plateaux du Centre, à Sai Gon (actuelle Hô Chi Minh-Ville), pratiquer sous différents noms tels que Ly Quoc Long, Huynh Long, Minh Long et Phi Long. Et sa carrière professionnelle atteignit son sommet en 1960, lorsqu’il devint champion du Vietnam en battant Tran Cuong, de la province de Biên Hoa. En 1968, il obtient le titre de champion de l’Indochine en battant un "boxeur" du Cambodge, pays hôte du championnat.

Sa vie de combattant d’art martiaux connut des hauts et des bas. En 1967, lors d'une compétition dans la province de Bien Hoa, il survécut à une tentative d’assassinat par des gens qui avaient perdu un pari sur un combat où il était engagé. Un an après, un combattant d’originaire cambodgienne échoua contre lui à Kon Tum. Fâchés par cette défaite, les amis du Cambodgien tentèrent de tirer sur Phi Long.



Le Grand Maître Phi Long (4e à gauche),  est membre du Comité de recherche, de préservation et de développement
des arts martiaux nationaux de Binh Dinh. Photo : archives



Le Grand Maître Phi Long et ses disciples se réunissent pour faire un voyage caritatif dans  la province de
Binh Dinh, son pays natal. Photo : archives



Phi Long et de jeunes disciples à son pays natal de Binh Dinh. Photo : archives


Phi Long et des deux jeunes filles pratiquantes d’arts martiaux. Photo : archives


Le Grand Maître Phi Long et l’un de ses disciples, le maître Thanh Binh, au temple des arts martiaux sur le col d’An Khe,
province de Binh Dinh. Photo : archives



Deux disciples australiens lui rendent visite au temple des arts martiaux sur le col d’An Khe, province de Binh Dinh.
Photo : archives

Après 1975, le maître Phi Long devient président de l’association des arts martiaux du district de Son Tay, province de Binh Dinh. En 1980, il fut invité par le Département des Sports et de l’Education physique de la province de Nghia Binh à être entraîneur de l’équipe d’arts martiaux de la province, puis entraîneur au musée de Quang Trung et membre du Comité de recherche, de préservation et de développement des arts martiaux traditionnels de Binh Dinh.

Phi Long choisit le col d’An Khê pour bâtir un temple d'arts martiaux car selon lui, ce lieu se trouve entre Tay Son Thuong et Tay Son Ha, des régions importantes dans l’émergence des arts martiaux de  Binh Dinh, sa province natale.  Comme il a choisi Binh Dinh comme refuge, le monde des arts martiaux l’a surnommé  le « Dragon noir au refuge ».

Bien qu’il n’exerce plus le métier d’entraîneur d’arts martiaux, il reste rattaché à ces arts traditionnels et à ses disciplines, qui s’élèvent à des milliers. Certains ont même créé des clubs au Vietnam, en Australie et aux Etats-Unis. Ils gardent toujours des contacts avec lui, lui rendent visite et apprennent de nouvelles techniques d’arts martiaux.
A l’âge de 75 ans, le maître d’arts martiaux Phi Long est toujours en forme et dévoué à sa carrière d’artiste martial./.

Texte : Thanh Hoa – Photos : Thanh Hoa et archives
Articles Déjà publiés