08/12/2018 16:43 GMT+7 Email Print Like 0

La "Maison Chance" de Tim

Il y a 25 ans qu’une étudiante suisse de 21 ans, Aline Rebeaud, a eu une décision audacieuse d’aller, avec son sac à dos, découvrir le monde, en mettant provisoirement de côté son rêve de “devenir peintre”. Cette jeune fille est venue au Vietnam et s’y est tellement attachée qu'elle s'y est installée définitivement et a créé une structure humanitaire appelée "Maison Chance".
Vivant au Vietnam depuis plus de 30 ans, Aline est surnommée Tim, un prénom affectueux. "Ce prénom est lié à une histoire, un beau souvenir, a raconté Aline. Un jour, j'ai rencontré par hasard à l’hôpital psychiatrique de Thu Duc un petit patient dénommé Tran Van Thanh  en mauvaise santé mentale et touché par une malformation cardiaque. Le pauvre garçon avait peu de mois ou d'années à vivre, j'ai alors cherché par tous les moyens à l’emmener à l’hôpital de cardiologie".


Les enfants de la Maison Chance considèrent Tim comme leur propre mère. Photo: Archives


Hoang Nu Ngoc Tim donnant des cours aux enfants. Photo: Archives


Hoang Nu Ngoc Tim donnant des cours aux enfants. Photo: Archives


Hoang Nu Ngoc Tim aide aussi les personnes âgées esseulées. Photo: Archives 


Tim aide les handicapés à trouver un emploi stable. Photo: Thông Hai


À la Maison Chance, les handicapés sont initiés à la création artistique. Photo: Archives


Tim est un appui solide pour beaucoup d’enfants malchanceux. Photo: Archives


A la "Maison Chance", cette classe maternelle est réservée aux enfants handicapés. Photo: Archives


Tim posant avec des pensionnaires de la "Maison Chance". Photo: Archives

Aline est restée trois mois auprès de Thanh jusqu’à ce qu'il soit guéri. Le jour où elle est sortie de l’hôpital avec lui, les patients, les médecins et les infirmiers lui ont dit au revoir avec émotion, et lui ont donné ce nom de Tim, qui signifie "cœur" en vietnamien.

Une fois  le traitement médical achevé, Tim a décidé de louer une maison dans le quartier de Binh Hung Hoa, arrondissement de Binh Tan (Ho Chi Minh-Ville), pour Thanh et les enfants sans famille. Et c'est ainsi que la "Maison Chance" est né.

Tim a accueilli dans cette maison des orphelins, des enfants SDF et des handicapés souhaitant  un refuge provisoire ou être formés à un métier adapté à leurs capacités limitées. En 1995, âgée de seulement 20 ans, la jeune fille a commencé  une campagne d’éducation de grande envergure pour les pensionnaires de la Maison Chance. Tim leur fournissait non seulement le logement mais aussi des classes d’alphabétisation et de peinture. Un programme de rééducation fonctionnelle pour les handicapés a aussi été déployé.

Au bout de quelques années, Tim a  élargi le volet d’apprentissage de métier pour les pensionnaires en ouvrant des cours d’informatique, de mode et de design pour imprimer sur des étoffes. Les pensionnaires  ont pu gagner un revenu, modeste certes, mais très encourageant qui leur a redonné confiance dans la vie.

Le projet de Tim n’a cessé de se développer. Épaulée par ses collaborateurs, Tim a ensuite mis à pied un centre de formation professionnelle comprenant des ateliers de couture, de peinture, de réparation d'ordinateurs, de travail du bois, d’artisanat etc…

En 2011, un autre centre est né avec le nom de "Village Chance". Les quartiers ont été construis d’une façon spéciale pour faciliter la circulation même lors des fortes pluies, avec des appartements adaptés aux handicapés à des prix inférieurs à ceux du marché.

Ce Village se compose aussi d’une piscine réservée aux handicapés, d’une école primaire aux normes nationales, d’une crèche et d’un restaurant dirigé par les pensionnaires eux-mêmes.

Quelques produits réalisés par des handicapés de la "Maison Chance".










Tim nous a parlé des près de 70 "pères" et "mères" bénévoles pour les 200 handicapés. Pour ses grandes contributions, Aline Rebeaud s’est vu attribuer la nationalité vietnamienne au nom de Hoang Nu Ngoc Tim./.
 
La province de Dak Nong a donné à Tim 27.000 m2 de terrain face aux chutes d'eau de Drây Sap et de Gia Long pour un projet de construction d'un "Village Chance". Une fois que ce projet sera opérationnel, fin 2018, Tim compte y recevoir 250 personnes, essentiellement des handicapés et des orphelins.

Texte: Thông Hai- Photo: Thông Hai; Archives
Articles Déjà publiés