21/01/2015 10:52 GMT+7 Email Print Like 0

La cithariste Hai Phuong

En plus de 20 ans, la cithariste Nguyên Thi Hai Phuong a conquis le cœur de milliers d'amateurs de musique traditionnelle à la fois dans le pays et à l'étranger, et a apporté une grande contribution à la préservation de la musique traditionnelle.
Hai Phuong est la fille aînée de l’éminente enseignante Pham Thuy Hoan qui était chargée des cours de Dàn tranh (cithare à 16 cordes) au Conservatoire de Hô Chi Minh-Ville. Par conséquent, elle a commencé dès l'âge de cinq ans à se familiariser avec les instruments de musique traditionnels, notamment le Dan tranh de sa mère. Deux ans plus tard, elle a assisté à son premier cours de cithare.

Après 15 ans de pratique du Dàn tranh, elle a participé au premier «Concours national de jeunes talents citharistes» tenu au Palais de la Culture de Hô Chi Minh-Ville en 1992, et a remporté le premier prix pour son interprétation de nouvelles compositions.
 

            Hai Phuong se consacre au Dàn tranh depuis plus de 20 ans.
 

            Hai Phuong exécutant un solo au concert du  3e «Festival de citharistes»


            Hai Phuong exécutant (au milieu) au concert du  3e «Festival de citharistes» en 2001.


            Hai Phuong reçoit un satisfecit pour sa participation au concert du  3e «Festival de citharistes», en 2012.


            Hai Phuong et des apprenantes de cithare au Conservatoire de Hô Chi Minh-Ville.

En 1993, Hai Phuong est allée en France et a enregistré son premier DVD avec le professeur Trân Van Khê, marquant un jalon dans sa carrière. De retour au pays, elle a participé à un programme postuniversitaire et est devenue l'un des deux premiers docteurs en musique traditionnelle du Conservatoire de Hô Chi Minh-Ville. En dehors de son travail au conservatoire, Hai Phuong a joué dans de nombreux concerts et festivals internationaux de musique, dont la Journée vietnamienne de Musique de l’ASEAN, Festival de musique en 2000, Expo 93 en République de Corée du Sud et au festival Vietnam au Japon en 2001.

En 1981, Hai Phuong, sa mère et sa sœur cadette Hai Yên ont fondé le Club «Tiêng Hat Quê Huong» (le chant du pays natal) au Palais de la culture « Lao dông », 1er arrondissement de Hô Chi Minh-Ville, dans le but d'enseigner et de promouvoir la musique traditionnelle. Le club a un programme régulier chaque week-end et le nombre de personnes qui veulent apprendre à jouer du Dàn tranh a considérablement augmenté. Cela montre que si la musique traditionnelle est largement promue et popularisée, le nombre de pratiquants ne cessera de croître.

Selon Hai Phuong, pour jouer du Dàn tranh, il faut pratiquer dur pendant une longue période. Les joueurs professionnels ont besoin d'environ un mois pour jouer un simple morceau de musique et cinq mois avec 8 heures de pratique quotidienne pour un morceau difficile. Pour les débutants, il faut beaucoup plus de temps et très important, ils doivent être patients et, surtout, passionnés.

Récemment, Hai Phuong et le Big Band Saigon, fondé par le saxophoniste Trân Manh Tuân, ont combiné à titre d’essai les sons de la cithare et du jazz. Un grand succès salué par le public. Elle travaille maintenant en tant que conférencière à la Faculté de musique du Conservatoire de Hô Chi Minh-Ville et est vice-directrice du Club «Tiêng Hat Quê Huong» (le chant du pays natal). Elle a également mené beaucoup de recherches et composé de nombreux airs de cithare.
 
Dévouée à la musique traditionnelle depuis plus de 20 années, Hai Phuong a joué dans plus de 20 pays à travers le monde et participé à de nombreux festivals internationaux. Elle a produit de nombreux albums de cithare, à savoir Tinh ca Quê Huong, Bên Xuân, Tiêng xua, Làn diêu côi nguôn, Tiêng dàn Hai Phuong...
 
Texte: Dô Van - Photos: Lê Minh
Articles Déjà publiés