05/11/2021 14:01 GMT+7 Email Print Like 0

Hue, gardien de la quintessence de l'artisanat d'art vietnamien

À travers les hauts et bas de l'histoire, l’ancienne ville impériale de Huê, province de Thua Thiên- Huê (Centre),  a réussi à préserver un système riche et unique de villages d'artisans et est considérée comme le "gardien de la quintessence de l'artisanat d'art vietnamien".
Empreintes des ateliers royaux sous la dynastie des Nguyen (1802-1945)

Pendant plus de 300 ans (1636-1945), Huê fut la capitale des dynasties féodales vietnamiennes, dont les 13 souverains  des Nguyen, la dernière dynastie féodale du Vietnam. La ville abrite de nombreux métiers traditionnels,dont des métiers folkloriques uniques ou des anciens villages de métiers royaux,  au service de la Cour  et des mandarins.

Aux termes de la résolution 54- NQ/TW du Bureau politique, le développement de  la province de Thua Thiên- Hue  pour la période 2021-2030  et Vision d'ici 2045 sont basés  sur la culture et le patrimoine, et la préservation de l'identité culturelle de Hue. C'est une opportunité et aussi une condition préalable pour que Hue préserve et promeuve constamment ses valeurs patrimoniales, dont celles de ses villages artisanaux.
Hue a conservé ses palais dorés, ses citadelles, ses mausolées, ses temples et d'innombrables trésors nationaux datés  de l'époque féodale, ce qui fait de la ville un patrimoine culturel unique du pays.

Les artisans royaux et les artisans de la dynastie des Nguyen en particulier   créèrent ce complexe patrimonial unique et géant. Les maîtres-artisans de  Huê ainsi que de tout le pays furent convoqués à  Huê par les Seigneurs Nguyen pour servir la royauté. Avec leurs mains habiles et une créativité inépuisable, les artisans créèrent des chefs-d'œuvre   qui firent la fierté de  la famille royale et sont restés des trésors inestimables.

Sous  la dynastie des Nguyen, il y eut  un système de bureaux qui s'occupa de l'artisanat. La tâche principale des bureaux  fut de superviser la construction de palais, la création d'objets royaux  ainsi que la frappe d'argent et d'armes et la construction navale.  Ces bureaux réunirent de talentueux artisans venus de tout le pays, pratiquant  divers métiers tels que la menuiserie, la maçonnerie, le moulage, la céramique, la bijouterie, la broderie, la sculpture, la peinture ...

Selon les annales historiques, du règne du roi Gia Long (1802-1820) au début de celui  du roi Tu Duc (1847-1883),  le nombre d'artisans à Huê fut énorme en raison du besoin croissant de construction dans la capitale. Les travailleurs placés sous la gestion de la Cour  étaient des milliers.



Création de motifs de décoration des fondeurs de cuivre du village de Phuong Duc, à Huê.  Photo : Thanh Hoa/VI
 

Les neuf urnes, trésors nationaux marquant le sommet de l’art de la fonte de cuivre sous la dynastie des Nguyên.  Photo : Thanh Hoa/VI


Le livre d’or et le sceau d’or de la dynastie des Nguyên. Photo : Thanh Giang/VI


« Neuf canons » de cuivre rouge, classés trésors nationaux.  Photo : Thanh Hoa/VI








Les techniques de couture et de broderie des costumes de la Cour sous la dynastie des Nguyên ont atteint un  sommet.  Photo d’archives de la VI


Souliers de brocart cousus avec des fils d’argent, réalisés par des joailliers de Huê. Photo : Thanh Hoa/VI


Des objets émaillés bleus du roi sous la dynastie des Nguyên. Photo : Công Dat/VI


Un  lit doré du roi sous  la dynastie des Nguyên. Photo d’archives de la VI


Un cerf-volant au style de la Cour de Huê en forme de phénix.  Photo : Thanh Giang/VI
 

Des travaux de construction réalisés selon les techniques traditionnelles de Huê. Photo : Trong Chinh/VI

L’architecture des palais de Hue témoignent du talent des artisans de Hue d’antan. Photo : Thanh Hoa/VI

Les artisans royaux de la dynastie des Nguyen furent sélectionnés pour  leur talent exceptionnel.  Certains d’entre eux furent même honorés par les rois avec des titres et des biens, à l 'image des orfèvres  père et fils Cao Dinh Do et Cao Dinh Huong  qui furent considérés comme les pères du métier de la joaillerie de Huê. Ils occupèrent d’importants  postes à la Cour, récompense  pour leur talent et leurs contributions sous le règne de la dynastie des Tay Son. Ils furent   autorisés à conserver leurs postes de responsable sous le règne du roi Gia Long, afin que l'industrie de la joaillerie puisse être préservée et prospérer à Huê.

Un autre exemple est le maître charpentier Nguyen Van Kha, du village d'An Nong, district de Phu Loc, province de Thua Thien-Huê. Il fut autorisé par le roi Khai Dinh (1885-1925) à superviser la construction, la rénovation et la conception des palais et des temples de Huê. Le roi lui accorda ces mots « les mains les plus talentueuses », le privilège de ne pas avoir à se prosterner devant le roi et la liberté de circuler en pousse-pousse dans la Cité interdite.

L'histoire de l'artiste Phan Van  Tanh allongé sur le dos utilisant ses jambes pour peindre le tableau "Neuf dragons cachés dans les nuages" au plafond du palais Thien Dinh de la tombe de Khai Dinh devient également une légende dans l'histoire de la peinture vietnamienne.

Grâce à ces excellents artisans, la dynastie des Nguyen  construisit un ensemble de citadelles, de palais, de mausolées et de temples et  créa d'innombrables objets au service de la vie quotidienne de la Cour,  des statues, des cloches, des écussons, des chaudrons et des canons. Bon nombre d'entre eux sont devenus des trésors nationaux.

Aujourd'hui, Hue étonne toujours les visiteurs avec ses magnifiques palais, ses fins objets royaux dorés,  ses peintures glorieuses et ses nombreux autres trésors précieux. Tous ces éléments témoignent des mains habiles et de l’esprit créatif inépuisable  des artisans royaux.



Célèbres villages d'artisans dans l'ancienne ville impériale  

« C'est la préservation du patrimoine à Hue qui  nourrit  et développe le contingent d’artisans de la province et « invite » les meilleurs artisans du pays à venir dans la ville,  notamment les maîtres  en menuiserie, laque, couture  et  broderie, émail peint sur cuivre ».

(Docteur Phan Thanh Hai, Directeur du Service de la Culture et des Sports de la province de Thua Thiên-Huê)
Selon les recherches, l'expansion territoriale des seigneurs Nguyen, puis l’installation des capitales  des deux dynasties des Tay Son et des Nguyen, amenèrent  des hommes d'affaires et des ouvriers qualifiés de tout le pays à Hué pour chercher des opportunités.

Le processus  progressivement transforma  la ville en la capitale de l'artisanat traditionnel vietnamien.

Par exemple, en 1868, lorsque les Français occupèrent la Cochinchine, le gouverneur de la Cochinchine Pierre-Paul Marie de La Grandière demanda à la Cour  de Hue d'envoyer deux talentueux mosaïstes à Saigon (actuelle Hô Chi Minh-Ville) pour enseigner le métier. En 1877, les tableaux incrustés de coquillages vietnamiens furent envoyés à une foire artisanale en France.


Le règne de la dynastie des Nguyen fut  la période où l'artisanat traditionnel de Hue s'épanouit, avec de nombreux villages d'artisans dont  les noms figurent  dans les livres d'histoire. Par exemple, le village de Phuoc Tich fut célèbre  pour sa poterie sous la règne du roi Minh Mang (1820-1841) et pendant l’époque du roi Khai Dinh (1916-1925), les villageois envoyèrent  chaque mois 30 pièces de poterie à la Cour pour être utilisées dans la cuisine royale. Les produits en céramique non émaillés du village étaient déjà vendus au Japon à l'époque.

Il y a aussi les villageois de Tien Non avec leur métier ancestral de fabrication de la laque. Des artisans du village furent chargés par le roi Khai Dinh de restaurer le revêtement en laque de l’intérieur de la citadelle de Huê. Il faut mentionner  également les villages de fonte de cuivre de Phuong Duc et de bijouterie de Ke Mon. Selon des légendes, ces deux villages de métier créèrent de nombreux chefs-d'œuvre, dont beaucoup sont aujourd'hui classés trésors nationaux. Il s'agit notamment des neuf urnes dynastiques, des neuf canons sacrés, d'une cloche en bronze de la pagode Thien Mu, d'un sceau en or « Sac menh chi bao » et du livre d'or « De he thi ».





Ky Huu Phuoc, artisan d'estampes folkloriques  du village de Sinh, à Huê,  et ses œuvres. Photo : Thanh Hoa/VI


Un touriste japonais apprend à faire des baguettes d’encens de Huê. Photo : Thanh Giang/VI


La gravure sur bois est l’un des métiers traditionnels de Huê. Photo d’archives de la VI




Truc Chi est un nouvel artisanat de Huê. Photo : Thanh Giang/VI
 

Outillage d’un artisan  faisant des fleurs de papier du village de Thanh Tiên, à Huê . Photo : Thanh Giang/VI


L’artisan Thân Van Huy du village de métier de Thanh Tiên transmet son métier à son fils.  Photo : Thanh Giang/VI


Une famille du village de Thanh Tiên, à Huê, dont le métier traditionnel est la confection de fleurs de papier . Photo: Thanh Hoa/VI

Selon les recherches de Vu Thanh Huy, de l'Université de Hue, la province de Thua Thien Hue compte actuellement 110 villages d'artisanat pratiquant  près de 30 métiers traditionnels et groupes de métiers traditionnels.  Plusieurs métiers  ont une longue histoire et certains plus récents ont été importés. De nombreux métiers sont  préservés avec succès et se développent tels que la fonte du bronze, la menuiserie d’art, la fabrication de produits en bambou  et la transformation des produits agricoles.

La province  a mis en œuvre de nombreuses politiques, programmes et projets de recherche dans le but de faire revivre  et  développer l'artisanat traditionnel. Elle considère le développement de l'artisanat et des villages de métiers traditionnels  comme l'un des programmes clés de développement socio-économique afin d'accélérer l'industrialisation et la modernisation de l'agriculture et des zones rurales.

Pour développer l'artisanat traditionnel de Hue, depuis 2005, Thua Thien Hue organise périodiquement les années impaires, le Festival de l'artisanat traditionnel de Hue,  un événement culturel important empreint fortement de la culture de Huê. Selon  Phan Thanh Hai, directeur du Service provincial de la culture et des sports de la province de Thua  Thiên -Hue, ce festival promeut non seulement l'artisanat traditionnel, mais constitue également des rendez-vous entre artisans qualifiés de tout le pays qui  viennent échanger et améliorer leurs compétences professionnelles./ .

 
Texte: Thanh Hoa- Photos: VI. Traduction: Diêu Vân 
Articles Déjà publiés