29/01/2016 09:36 GMT+7 Email Print Like 0

Économie nationale en 2016: entre opportunités et défis

L’économie en 2015 est passée par de nombreux défis, mais le Vietnam a obtenu des résultats remarquables, notamment grâce à la conclusion de nombreux accords de libre-échange (ALE). En 2016, le Vietnam fera un pas de plus dans son intégration dans la mondialisation.
De nombreuses difficultés s’annoncent cette année, notamment pour les entreprises. Ci-dessous les avis du ministre de la Planification et de l'Investissement Bùi Quang Vinh, confiés à un correspondant de l’Agence Vietnamienne d’Information (AVI).



Le ministre de la Planification et de l’Investissement Bùi Quang Vinh. Photo: Duc Tam - AVI

Reporter:  2015 a marqué un tournant dans l'intégration économique internationale du Vietnam. Quels sont les défis auxquels le pays devra faire face cette année dans ce processus, Monsieur le ministre?

Le ministre Bùi Quang Vinh:  Le Vietnam a été très actif dans la signature d’accords de libre-échange (ALE) et en 2016, le pays va commencer un niveau cycle d'intégration à la mondialisation, plus accéléré.

Tout d'abord, nous avons participé à la création de la Communauté de l'ASEAN, dont sa Communauté économique créée le 31 décembre 2015. En participant à cette communauté, nous serons confrontés à trois défis: la libre circulation des marchandises, des capitaux et des travailleurs.

D’après moi, si la compétitivité ne s’améliore pas, nous perdrons des emplois "à domicile". Je prends en exemple le recrutement d'agents de bord à la compagnie aérienne Vietnam Airlines. Si auparavant, le choix se faisait dans le pays, maintenant, elle peut les recruter dans toute la région ASEAN.

L’ALE Vietnam-Corée du Sud est en vigueur depuis le 1erjanvier. Un autre ALE, entre le Vietnam et l'Union Economique Asie – Europe, se prépare à être ratifié. Sans parler des autres ALE en attente comme l'ALE Vietnam - UE et le TPP (Accord de partenariat transpacifique)... On peut dire que c’est un tournant de l'intégration économique internationale du Vietnam.

Reporter:  Monsieur le ministre, quel impact l'intégration économique aura-t-elle sur l'économie nationale? Que doivent faire le gouvernement et les entreprises vietnamiennes pour saisir au mieux les opportunités qu’offrent les ALE ?

Le ministre Bùi Quang Vinh:  L’Assemblée nationale (AN) et les économistes, les médias ont beaucoup parlé de cette question. A mon avis, il y a deux points de vue. Selon le premier, nous (le gouvernement et les entreprises) sommes bien préparés. Selon le second, il faut des plans spécifiques à chaque  entreprise, les gens doivent comprendre les tenants et aboutissants de ces accords. Il faut montrer comment tirer profit des opportunités, et dans le même temps souligner les défis, pour chaque secteur.

Les accords ne sont pas pareils. Chaque accord a un terrain d'entente. Par exemple, les défis du textile-habillement ne sont pas ceux de l’électronique ou de l'agriculture. Ainsi, les ministères et branches doivent pointer du doigt les défis de chaque accord commercial.

Je prends un exemple : pour l’ALE Vietnam - Corée du Sud, quels sont les points forts de la Corée du Sud ? Quels seront les impacts de cet accord sur le Vietnam ? Et quelles seront les opportunités pour le Vietnam en termes d’exportations vers la Corée du Sud ? Voici des questions qu’il faut se poser, pour agir en conséquence.

Je pense que nous avons fait quelques avancées dans l'information aux entreprises, aux industriels, mais pas encore suffisamment à mon goût.

À mon avis, nous devrions nous rencontrer à nouveau et discuter ensemble, associations et entreprises, des moyens de bien tirer profit des opportunités qu’apportent les ALE et surmonter les défis.

La responsabilité du gouvernement et des ministères est de faire cela, et nous avons encore le temps. Les plus grands accords auxquels nous sommes confrontés, ce sont l'ALE Vietnam - UE et le TPP (Accord de partenariat transpacifique).
 


Le Vietnam aura une certaine influence sur la libre circulation des travailleurs dans les secteurs high-tech 
de l'ASEAN. Photo: Vu Sinh - AVI


Le secteur automobile national devra faire face à l’accroissement du nombre de véhicules importés. Photo: Trân Viêt-AVI


La formation de la Communauté de l'ASEAN aura un impact sur l'emploi dans l'aviation civile au Vietnam,
en raison de la libre circulation des travailleurs. Photo: Duy Khuong - AVI


Au sein  de la Communauté de l'ASEAN, le Vietnam devra faire face aux défis de la libre circulation
des marchandises. Photo: Doan Manh Duong - AVI

Reporter:  Certains estiment que les entreprises privées, les PME sont moins favorisées que les entreprises d'investissement étranger. Quel est votre avis sur cette question ?

Le ministre Bùi Quang Vinh:  Le gouvernement attache une grande importance à tous les secteurs économiques et il est en train de faire beaucoup de travail pour le secteur privé. Non seulement le gouvernement mais aussi l’AN, y compris le système politique, tous sont impliqués.

Ainsi, une série de lois a été lancée comme la loi sur l'investissement, la loi sur les entreprises modifiée et une série de lois fiscales concernant les PME, les entreprises privées.

Certains disent que les entreprises d'IDE (investissement direct étranger) sont plus favorisées. C’est peut-être vrai dans un sens, mais pas en totalité. Parce que la loi est commune à toutes les composantes économiques. Je prends un exemple : la loi sur les hautes technologies. Elle ne s’applique pas uniquement aux entreprises étrangères mais aussi aux entreprises nationales. La question est de savoir si nos entreprises ont suffisamment de conditions pour en profiter ou non.

Cette loi ne stipule pas qu’elle est réservée aux entreprises étrangères. Mais parce que les entreprises étrangères sont de grandes sociétés internationales, elles ont plus de possibilités d’en profiter.

Reporter:  Qu’est-ce que le ministère de la Planification et de l'Investissement a fait pour bâtir un cadre juridique favorable au développement des entreprises privées, Monsieur le ministre?

Le ministre Bùi Quang Vinh:  Je suis d'accord sur le fait que nous n’avons pas encore de lois efficaces pour faciliter l'entreprise privée, les PME. Voilà ce qui me tourmente.

Malgré les incitations, il faut continuer à faire plus pour consolider les entreprises faibles, pour qu’elles deviennent une force de l'économie nationale.

Le ministère de la Planification et de l'Investissement a élaboré beaucoup de lois en ce sens, dont de nombreuses qui créent des conditions favorables aux entreprises telles que loi sur l'investissement, la loi amendée sur les entreprises. En 2015, le gouvernement a permis au ministère de la Planification et de l'Investissement de créer un Fonds de soutien aux PME. Ce fonds utilise l'argent du budget, puis à travers certaines banques commerciales, prête aux PME. Le ministère en est le propriétaire.

Nous sommes en train de rédiger la loi sur le soutien aux PME. En outre, nous avons soumis au gouvernement la mise en place d’un centre d'incubateur d'entreprises ainsi que d’un soutien à l'innovation.
Et nous avons aussi besoin d'encourager les jeunes intellectuels à apporter de nouvelles idées, car cela encourage le développement des jeunes hommes d’affaires./.

VNA / Vietnam Illustré
Articles Déjà publiés