10/10/2018 15:14 GMT+7 Email Print Like 0

Do Muoi, un combattant révolutionnaire, un enfant du fleuve Rouge

« Le fleuve Rouge vaste et immense

Fait des vagues au village … »


C’est au bord du fleuve Rouge, dans le village  de Dong Phu Liet, actuel village de Dong My, district de Thanh Tri, en banlieue de Hanoi, qu’est né l’un des dirigeants les plus célèbres du Parti et de l’Etat de la fin du 20e siècle: Do Muoi, ancien président du Conseil des ministres de 1988 à 1991, ancien Secrétaire général du PCV de 1991 à 1997. Il est décédé le 1er octobre 2018. Sa mort a suscité de profonds regrets et une vive tristesse au sein de la opulation vietnamienne. 

Do Muoi est né le 2 février 1917, fils aîné de la famille des Nguyên Duy. Ses parents étaient paysans et leurs quatre enfants ont dû, lorsqu’ils étaient petits, pratiquer les travaux champêtres tout en faisant leurs études.

En 1936,  Do Muoi était laqueur et menait en même temps des activités révolutionnaires. En 1939, il a rejoint le Parti communiste indochinois et, de concert, avec d’autres membres du Comité du Parti, dirigeait les habitants locaux et communes avoisinantes pour réclamer leurs droits civiques, réduire les taxes. Il se rendait dans les villages riverains du fleuve Rouge pour appeler les habitants à participer aux forces révolutionnaires, à fonder des organisations révolutionnaires.

L’armée française menait une lutte acharnée contre les résistants. Do Muoi fut arrêté et condamné à 10 ans de réclusion à la prison de Hoa Lo (Hanoi). Après 3 ans, profitant du coup d’Etat  japonais contre l’administration française au Vietnam (9 mars 1964), lui et ses camarades prisonniers s’évadèrent pour continuer leurs activités révolutionnaires.  Il se cacha dans des pagodes dont celle de Tram Long où il a acquis des connaissances profondes sur le bouddhisme et la révolution.

Après la réussite de la Révolution d’Août en 1945, le Vietnam mena une guerre acharnée contre le colonialisme français au cours de laquelle Do Muoi sillonna le Nord et dirigea des activités en qualité du Secrétaire du Comité du Parti des provinces du Nord - telles que Ha Nam, Nam Dinh, Ninh Binh, Hoa Binh -, Secrétaire adjoint de l’interzone No 3, vice-président du Comité révolutionnaire administratif de l’interzone No 3, commissaire politique, commandant de l’interzone No 3.

M.Ngan fut son surnom lorsqu’il fut nommé Secrétaire du Comité du personnel du Parti, commissaire politique, président du Comité révolutionnaire administratif et secrétaire du Comité de circonscription de la rive gauche du fleuve Rouge de 1951 à 1954.  Do Muoi contribua, par ses activités efficaces et son ardeur, aux succès de la révolution de 9 ans contre le colonialisme français. 

 

Do Muoi,  président du Conseil des ministres rencontre des adolescents de Hanoi et de la province de Thai Binh le 19 mai 1990. Photo : Minh Dao/AVI 


Do Muoi, président du Conseil des ministres en visite dans la province de Quang Tri, le 1er mai 1990.
Photo : Minh Dao/AVI 



Do Muoi, président du Conseil des ministres en visite dans la cimenterie de Hai Phong, le 25  mars 1991. Photo : Minh Dao/AVI 


Do Muoi et des délégués participants au 7e   Congrès national du  PCV en juin 1991. Photo/ Xuân Lâm/AVI 


Do Muoi et des délégués participants à la 7e session (6e mandat) du Comité exécutif de l’Association des femmes du Vietnam du 14 au 17 octobre  1991 à Hanoi. Photo : Xuân Lâm/AVI 


Do Muoi et des habitants de la commune de Le Loi, district de Thuong Tin (Hanoi), le 1er novembre 1992.  Photo: Xuân Lâm/AVI 
 

Do Muoi en visite au lycée des ethnies minoritaires de la province de Tuyên Quang, en février 1992. Photo: Xuân Lâm/AVI


Do Muoi vient déposer une gerbe de fleurs en mémoire des héros et morts pour la Patrie au cimetière des morts pour la Patrie de Truong Son, province de Quang Tri, en mai 1993. Photo: Xuân Lâm/AVI


Do Muoi en visite dans un foyer brillant dans le développement économique au bourg de Chu, district de Luc Ngan, province de Bac Giang, en septembre 1994. Photo: Xuân Lâm/AVI

Do Muoi et des adolescents du lycée d'An Thach,  district de Ben Luc, province de Long An, le 28 septembre 1996. Photo: Xuân Lâm/AVI


Do Muoi en visite au port de Quy Nhon, province de Binh Dinh, le 7 février 1996. Photo: Xuân Lâm/AVI


Le Secrétaire général du PCV, Do Muoi en visite à l’Institut militaire en décembre 1997. Photo: Xuân Lâm/AVI

Les soldats et habitants de la rive gauche du fleuve Rouge se souviennent encore de l’image de Do Muoi,  secrétaire du Comité régional du Parti, qui dirigeait, avec ses camarades,  la lutte contre le colonialisme français, tendant des embuscades, souffrant de la faim, affrontant les raids des soldats français.

Le pays n’oubliera jamais  les exploits des soldats et habitants de la rive gauche du fleuve Rouge, conduite par  le Comité régional du Parti, par exemple  l’assaut de l’aéroport de Cat Bi le 7 mai 1954 qui détruisit 59 avions français, l’offensive générale sur la Nationale 5 qui détruisit 4 bataillons, des routes et trains, endommagea des unités logistiques du corps expéditionnaire français. Cela  contribua  à  la chute du camp retranché français de Dien Bien Phu, et donc au succès de la conférence de Genève et au rétablissement de la paix en Indochine.

En avril 1955, Do Muoi se chargea d’une nouvelle tâche: Secrétaire du Comité du Parti de Hai Phong,  président du Comité militaire et administratif municipal de Hai Phong.

Entamant l’œuvre d’édification du Nord, il assuma, à partir de 1956, plusieurs postes à haute responsabilité: vice-ministre de l’Industrie et du Commerce, ministre de l’Industrie et du Commerce, président du Comité des Prix d’Etat, chef de la délégation d’investigateurs du gouvernement.

En 1969, il fut désigné vice-Premier ministre, président du Comité de construction d’infrastructures d’Etat, ministre de la Construction. L’image du vice-Premier ministre Do Muoi à côté des soldats et ouvriers détruisant bombes, mines et mines sous-marines est gravée dans la mémoire des cadres, ouvriers et habitants de Hai Phong.

Le 23 juin 1988, à la 3e session de l’Assemblée nationale (8e législature), Do Muoi fut élu président du Conseil des ministres de la République socialiste du Vietnam. En six mois, de concert avec les dirigeants du Parti et de l’Etat, il rédigea de nouvelles politiques économiques,  jugula la forte inflation, facilita et développa la production nationale e,t d'une manière générale, stabilisa la vie des Vietnamiens. 


Portrait de Do Muoi à l’occasion de son 85e  anniversaire. Photo : Nguyên Thang 
 
M. Do Muoi et ses petits-enfants. Photo : Nguyên Thang
 
A l’âge de 85 ans, Do Muoi lisait chaque jour. Photo : Nguyên Thang
 
Le grand-père et sa petite-fille. Photo: Vinh Quang 

Do Muoi et les journalistes Vinh Quang et Nguyên Thang de la revue Vietnam Illustré. Photo : archives de la Revue Vietnam Illustré

Lors du 6e Congrès national du Parti, en juin 1991, marqué par une évolution complexe de la situation  au Vietnam et dans le monde, Do Muoi fut élu Secrétaire général du Parti, avec pour tâche de diriger l’œuvre de Renouveau national. Il réussit à diriger le pays pour surmonter les difficultés, obtenir de grands succès en termes politique, économique, culturel, social et mena résolument l’œuvre d’industrialisation et de modernisation du pays. 
 
Le portrait de Do Muoi publié dans la revue Vietnam Illustré No 518 du février 2002, à l’occasion de son 85e anniversaire
 




Do Muoi était travailleur et généreux dans la vie quotidienne. Il n’était jamais découragé par les difficultés ou le manque de confort, et partageait toujours les difficultés  et les souhaits de ses concitoyens.

Son loisir préféré était la lecture et il  passait tout ses temps  libres plongés dans les livres. En famille, il était un mari, un père et un grand-père exemplaires et dévoués.

Do Muoi a consacré toute sa vie à la Patrie. Les grands mérites apporté à sa famille, au peuple et à la Patrie sont inscrits à tous jamais dans l’histoire vietnamienne./.


Texte: Réalisateur et Artiste du Peuple Dao Trong Khanh
Photos : Vinh Quang, Nguyên Thang et archives de l’AVI 

(Texte et photos publiés sur la revue Vietnam Illustré No 518 du février 2002, à l’occasion du 85e anniversaire de Do Muoi). 

Articles Déjà publiés