31/03/2015 09:27 GMT+7 Email Print Like 0

Dô Minh Tâm, au destin peu commun

Quiconque rend visite au centre Chắp Cánh (« Prendre son envol ») de Hô Chi Minh-Ville aura l’occasion de contempler les tableaux de Dô Minh Tâm et aussi de voir la façon originale avec laquelle il peint : non avec ses mains mais avec la bouche !
 
Assis dans un fauteuil roulant, entouré de tableaux et de tubes de peintures, Dô Minh Tâm serre entre ses dents un pinceau et se donne tout entier à son travail. De temps en temps, il se penche pour prendre de la peinture.


Dô Minh Tâm a pu dépasser son destin pour vivre de sa passion : la peinture


Avec un pinceau serré entre les dents, le peintre dépose sur la toile ses états d’âme


Le centre Chắp Cánh dispense des cours de peinture


« Le profond écho », un tableau dont la signification est expliquée par l’auteur au journaliste du Vietnam Illustré


Des œuvres de Dô Minh Tâm exposées au centre Chắp Cánh

Né en 1973 à Thanh Hoa, une province du Centre du Vietnam, le peintre a servi dans la Marine. Une fois démobilisé, il s’est installé à Hô Chi Minh- Ville et y a exercé plusieurs métiers dans l’espoir de pouvoir s’acheter un logement et se marier. En 2001 un accident de voiture met fin à ses rêves. Il en ressort tétraplégique.

Soigné pendant un an à l’hôpital de Rééducation motrice de Hô Chi Minh-Ville, il est ensuite traité au centre Chắp Cánh avec d’autres handicapés. Il retrouve un peu de ses capacités dans sa main droite et peut se servir d’un fauteuil roulant offert par une organisation humanitaire.  La joie de vivre lui revient et il se prend de passion pour la peinture, une discipline enseignée au centre.

C’est là une épreuve très dure pour Tam car ne pouvant peindre avec ses mains, il doit serrer entre ses dents le pinceau. Ses mâchoires brûlent à force d’être contractées. Après un an, il commence à maîtriser les techniques de base de la peintre, à faire des reproductions, Puis ses premières œuvres voient le jour. « Il me faut de 1 à 6 mois pour réaliser une copie et de 1 à 3 ans pour achever un tableau de ma propre création », confie-t-il.

En septembre 2008, sa toile « L’environnement et les ressources naturelles » a été choisie pour l’exposition internationale de peinture des handicapés, organisé au Japon. En octobre 2010, son tableau « Le tournant »  a reçu le 1er prix à un concours de peinture organisé par le gouvernement allemand et le ministère vietnamien du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales.

En bas de ces tableaux figure toujours le mot «orally », ce qui veut dire « peindre avec la bouche ». Les peintures de Dô Minh Tâm sont recherchées par les collectionneurs étrangers et certains, de France, des Etats-Unis, du Japon…, sont même venus au centre Chắp Cánh pour le voir peindre.

Quelques tableaux de Dô Minh Tâm


« Souvenir » : une toile sur l’archipel de Truong Sa, qu’il a connu lorsqu’il était soldat de la Marine


« Le printemps »


« Les rues de la vieille ville »


« Crépuscule sur  les hauts plateaux »


« Nostalgie de la mer »

Ce dont il a le plus à cœur, c’est d’envoyer des messages à travers ses œuvres. Citons le tableau « Le profond écho », une de ses œuvres préférées réalisées en 3 ans, qui représente une forêt, un cœur en flamme formé par la moitié d’une guitare et celle d’une mandoline. « Dans le monde actuel règnent les guerres, l’ignorance, la faim, la pollution... Pour édifier une vie  meilleure, nous devons avoir un cœur enflammé », tel est le message de Dô Minh Tâm.

Après des années de création, Dô Minh Tâm possède une collection de 40 tableaux, tous de facture impressionniste. Son rêve ? Organiser une exposition. L’argent récolté sera offert à des personnes infortunées, pour qu’elles puissent reprendre leur envol, comme lui à si bien réussi à le faire./.

Texte : Nguyên Vu Thành Dat - Photo : Dang Kim Phuong
Articles Déjà publiés