04/07/2020 15:01 GMT+7 Email Print Like 0

Da Lat, capitale nationale de la floriculture

Le médecin français Alexandre Yersin  découvrit  Da Lat (Hauts plateaux du Centre) en 1893, lorsque la région était encore déserte,  située sur le plateau de Lang Biang, au climat tropical et noyé dans la  brume. La ville compte devenir un centre d’exportation de fleurs d’Asie du Sud-Est, réaliser un chiffre d’affaires d’exportation qui dépassera l’actuel montant de près de 50 millions d’USD par an et exporter chaque année plus de 3,1 milliards de tiges de fleurs.
Une grande terre de floriculture

En 1893, letalentueux et aventureux  médecin français Alexandre Yersin ne pouvait imaginer un jour  que le grandiose haut plateau de Langbian, d’une altitude de 1500 m par rapport au niveau de la mer qu’il découvrit, allait devenir la ville de Da Lat romantique, considérée comme une jolie « Paris en miniature » d’Indochine tropicale, une « ville aux fleurs » si belle qui touche tous les touristes.

Cette ville devint un lieu de villégiature de rêve des soldats du corps expéditionnaire français, qui leur évoquait des images de leur patrie, la France.  Da  Lat a vu  se multiplier les villas de luxe, les espèces de légumes et de fleurs de climat tempéré qui   soulagèrent leur nostalgie du pays natal.

Bénéficiant de conditions pédoclimatiques  favorables, les espèces végétales poussèrent aussi  fortement que les plantes locales et l’horticulture-floriculture  se forma à Da Lat. La floriculture fut créée en 1938, suite à l’immigration de Hanoi  d’habitants des villages de fleurs célèbres de Ngoc Ha, Nghi Tam. Et c’est ainsi que les villages de floriculture célèbres de Ha Dong, Thai Phiên, Van Thanh apparurent à cette époque.

Les fleurs ont changé la physionomie de cette ville d’altitude, lui donnant une beauté splendide et irrésistible. La ville surprend  les touristes dès le premier regard avec ses villages, champs, allées couverts de fleurs, ses villas aux jardins de  toute beauté tout le long de l’année.  Les fleurs de Da Lat, qu’elles soient importées de pays tempérés ou d’espèces vietnamiennes, sont en floraison toute l’année: lavandes, tulipes, violets, œillets, marguerites, roses, mimosas…



Un concours de décoration avec des fleurs dans les rues de Da Lat. Photo: Thanh Hoa


L’art de décoration avec des fleurs des habitants de Da Lat atteint des sommets. Photo: Thanh Hoa


Hortensia, une fleur des régions tempérées populaire  à Da Lat. Photo: Thanh Hoa


Fleurs et gens de Da Lat. Photo: Thanh Hoa


Visite au village aux fleurs de Van Thanh, à Da Lat. Photo: Thanh Hoa


Fleurs sur  une table d’un restaurant à Da Lat. Photo: Thanh Hoa


Da Lat a plusieurs  villages et fermes de fleurs ouverts aux visiteurs. Photo: Thanh Hoa


Da Lat, avec son un climat sain et ses fleurs toute l’année, était autrefois appelé le “Paris en miniature”. Photo: Thanh Hoa

La floraison a non seulement été un moyen de subsistance pour les habitants, mais a également créé un nouveau look à Da Lat, avec ses villages, champs, rues et villas fleuries toute l'année.

La ville est une charmante symphonie de fleurs locales et de climats tempérés, attirant les visiteurs locaux et étrangers. Les fleurs embellissent Da Lat avec différentes espèces et couleurs : lavande,  tulipes, hortensias à grandes feuilles, œillets, glaïeuls, violettes, bégonias, marguerites blanches, marguerites calimero jaunes, mimosa, roses,  jacinthes du Texas, jacarandas bleues et cerisiers sauvages de l'Himalaya.

La ville a un look unique à certaines périodes de l'année lorsque le rouge radieux des cerisiers sauvages de l'Himalaya explose en janvier ou lorsque les jacinthes du Texas arborent leur violet pourpre en avril. En octobre, la ville est très romantique avec ses mimosa jaunes.

Les fleurs sont l'amour et la vie de Da Lat. Elles ne sont pas seulement vues dans de vastes champs parfumés, dans les rues et par des fenêtres à moitié ouvertes, mais également présentes dans la vie artistique locale -  poésie, littérature, musique, peinture et architecture.

Da Lat est la seule ville d'Asie du Sud-Est qui accueille un festival de fleurs bisannuel pour honorer sa floriculture.


Réaliser le rêve d'une «petite Hollande»

Da Lat compte aujourd'hui environ 9 000 ha de fleurs, produisant annuellement plus de 3,1 milliards de tiges dont seulement 10% sont exportées.

« La faible exportation est due à une production médiocre et à des techniques post-récolte inadaptées », a estimé Nguyen Van Bao, directeur général adjoint de Dalat Hasfarm.  Il a également souligné la violation du droit d'auteur sur les variétés de fleurs qui entravent aussi les exportations. À l'heure actuelle, seulement 20% des variétés produites dans la ville ont un droit d'auteur tandis que les autres sont multipliées illégalement avec une qualité médiocre, donc inéligibles à l'exportation.

Chaque année, Da Lat importe entre 50 et 90 millions de plantes, tiges, graines, bulbes et tubercules. Les dirigeants de la ville espèrent que d'ici 2030, au moins 30% des variétés de fleurs et de légumes répondront aux exigences   pour l'exportation, et 90% des producteurs   appliqueront les hautes technologies.



Multiplication in vitro à la société par actions biologique Rừng Hoa Đà Lạt. Photo: Thanh Hoa


Une zone de floriculture de hautes technologies à Da Lat. Photo: Thanh Hoa


Récolte de roses pour l’exportation de la société de fleurs Đà Lạt Hasfarm. Photo: Thanh Giang


La culture d’orchidées pour l’exportation est en fort développement à Da Lat. Photo: Thanh Giang


Taille des roses pour exportation à Đà Lạt Hasfarm. Photo: Thanh Giang


Des travailleurs dans une ferme de Đà Lạt Hasfarm. Photo: Thanh Giang


Les roses coupées sont soigneusement emballées. Photo: Thanh Hoa

Ligne d'emballage de fleurs de Dalat Hasfarm. Photo: Thanh Hoa


Les travailleurs de Dalat Hasfarm transportent les fleurs fraîchement récoltées à l'atelier d'inspection et d'emballage. Photo: Thanh Hoa


Ligne d'emballage de fleurs. Photo: Thanh Hoa

Les producteurs ont entamé des recherches pour produire des variétés végétales et ont obtenu des résultats encourageants. Ils comprennent Pan-Hulic, société par actions biologique Rừng Hoa Đà Lạt.

La société par actions biologique Rừng Hoa Đà Lạt, considérée comme une importante banque de plantes au Vietnam, possède un laboratoire de recherche   pour la production de variétés en utilisant la méthode in vitro. Le laboratoire de technologie française sur une superficie de 5000 m² peut produire annuellement 24 millions de plantes, permettant à la société d'exporter des dizaines de millions de plantes vers les Pays-Bas,  la Belgique, la Nouvelle-Zélande, le Japon,les États-Unis, le Danemark,  la Chine et la Corée du Sud. .

Dalat Hasfarm, qui détient près de 90% des parts de marché à l'exportation des fleurs à Da Lat, est l'une des rares marques vietnamiennes qualifiées pour l'exportation de fleurs fraîches sur le marché mondial. En plus d'une ferme de fleurs moderne de 320 ha produisant différentes variétés, Dalat Hasfarm a étendu sa production en collaborant avec plus de 200 agriculteurs. Elle approvisionne chaque année le marché avec plus de 450 millions de sommités fleuries, 200 millions de tiges et des millions de pots de fleurs. Dalat Hasfarm, maintenant une marque leader de fleurs fraîches en Asie-Pacifique, exporte dans plus de 10 pays et a été élue premier producteur de fleurs en Asie du Sud-Est par le magazine américain Flower Tech Flowers Tech.

Avec un sol fertile et des conditions climatiques favorables et le rêve de devenir une «petite Hollande», Da Lat promet de devenir prochainement un hub d'exportation de fleurs en Asie du Sud-Est./.

 
Texte: Thanh Hoa - Photos: Thanh Giang & Thanh Hoa