22/04/2005 00:00 GMT+7 Email Print Like 0

Pham Dô Dông, le peintre combattant

Diplômé de l’Ecole supérieure des Beaux Arts de Hanoi en 1968, Pham Dô Dông a choisi d’exercer son art dans les champs de bataille du Sud Vietnam et le long de la piste Hô Chi Minh. Cette option lui a permis de se réaliser.


Hamac du Truong Son.


Femme Khmère.


Des actrices nbsp;ennbsp; marche.

Diplômé de l’Ecole supérieure des Beaux Arts de Hanoi en 1968, Pham Dô Dông a choisi d’exercer son art dans les champs de bataille du Sud Vietnam et le long de la piste Hô Chi Minh. Cette option lui a permis de se réaliser.

Dans les oeuvres de Pham Dô Dông, le hamac est omni- présent. Le hamac, avec le bâton, la chapeau de toile en forme d’oreille de chat, ne constitue-t-il pas la panoplie du guérillero du Sud? Le hamac, pour ce dernier, c’est le lit, le siège, le brancard pour transporter les blessés, mais aussi parfois le linceul pour un camarade tombé. Le hamac est beau, poétique. Il épouse la forme d’un cerf-volant ou du croissant de lune, il met parfois une touche de douceur sur la steppe en feu, il permet de se relaxer après une journée de marche harassante, il offre au combattant un coin de ciel bleu à travers les feuilles de la forêt avant qu’il ne plonge dans un sommeil réparateur.

Peintre de guerre, Pham Dô Dông n’a pas seulement dessiné des fusils et des tanks. Souvent, il s’est intéressé à un coin de steppe à l’aube, une piste dans la jungle, un poste médical militaire perdu, la case d’un gardien de canard, un débarcadère paisible. Tout combattant rêve de paix. L’artiste traduit cette aspiration dans des scènes attachantes de la vie ordinaire.

Pham Dô Dông a soixante ans. Dans sa maison, ses oeuvres menbsp;replonge dans la forêt profonde de la cordillère de Truong Son, ou de Tây Ninh où les feuilles deviennent rouges en automne, ou parmi

les baraques des commandos de la zone militaire de Rung Sac-Can Gio.

nbsp;

Thinh Phat-Kim Son

nbsp;

Articles Déjà publiés