29/12/2016 09:23 GMT+7 Email Print Like 0

La rentable culture des longaniers ido à Thoi An

La culture des longanes ido à Thoi An, arrondissement d’Ô Môn, s’avère un modèle économique rentable qui rapporte chaque année à  chaque foyer de cultivateurs de la ville de Cân Tho, province éponyme, des centaines de millions de dongs.
Des    longaniers ido chargés de fruits, qui se côtoient les deux côtés des rues de Thoi An, promettent une récolte abondante. Dans la plantation de Nguyên Van Ut, à Thoi Trinh, quartier de Thoi An, la récolte approche. Le paysan a vendu cette année, à la 3e récolte, 20 tonnes de longanes sur le marché domestique, obtenant près de 550 millions de dongs, un bénéficie impressionnant.

Les longaniers ido donnent chaque année de gros fruits parfumés prisés sur le marché. L’arbre donne ses premiers fruits à la 3e année. Le rendement est élevé  et la plante résiste bien  aux épidémies. Le prix du longane ido reste stable, de 20.000 à 30.000 dongs le kilo. Il est  exporté vers la Chine, le Japon, les Etats-Unis. La culture de ce fruit rapporte à un cultivateur, en moyenne, de 80 à 120 millions de dongs de revenu annuel.



Beaucoup de cultivateurs de Thoi An se tournent vers les longaniers ido


Le longanier ido, importé de Thaïlande, s’est bien adapté aux conditions pédologiques de Thoi An


Récolte dans une plantation à Thoi An


La culture des longaniers ido rapporte chaque année aux cultivateurs de 80 à 120 millions de dongs


Après la récolte, les longanes sont triés


Les fruits creux sont retirés


Un travailleur saisonnier est rémunéré de 150.000 à 250.000 dongs par jour à la saison de la  récolte


Le longane ido est gros, a une écorce fine et une chair épaisse, translucide et sucrée


Les longanes ido sont exportés en Chine, au Japon, aux Etats-Unis….

Ces longaniers s’adaptent bien aux conditions pédologiques du quartier de Thoi An. Pour atteindre un haut rendement, le cultivateur pulvérise des insecticides pour prévenir les maladies, et après la récolte, taille l’arbre, coupe les branches maigres ou attaqués par les insectes, et laisse une certaine quantité de fruits sur l’arbre. «A la récolte suivante, l’arbre qui est suffisamment nourri depuis la saison précédente donne  de gros fruits.»,  a révélé le jardinier Nguyên Van Ut. 

En la saison de la récolte, les jardiniers paient chaque travailleur de 150.000 à 250.000 dongs par jour, une rémunération considérable  à la campagne.

Actuellement, nombre de jardiniers de Thoi An et d’autres régions de Can Tho ont changé les variétés de longaniers, en privilégiant la variété ido. «Comme la culture des longaniers ido est très rentable, nous prévoyions d’élargir dans les années qui viennent  les superficies.  L’administration locale assistera les cultivateurs en fonds, et les initiera aux techniques de culture pour leur assurer de hauts rendements.», a affirmé Nguyên Van Chung, président de l’association des paysans de l’arrondissement d’Ô Môn./.

 
Texte: Nguyên Oanh – Photos: Nguyên Luân