04/09/2015 09:47 GMT+7 Email Print Like 0

La passion des Saïgonnais pour les mobylettes

La mobylette, qui ressemble en apparence à un vélo, est apparu au Vietnam dans les années 60 et 70 du 20e siècle, et reste recherchée par les passionnés d’anciens deux-roues.
Créé par Motobécane, la vélomoteur est apparu en 1949 et a suscité une vague de passion en France comme dans le monde entier.

Ancienne colonie française, le Vietnam était un marché naturel pour les mobylettes, notamment Sai Gon (actuelle Hô Chi Minh-Ville). Et on peut d’ailleurs constater dans les photos d’archives de Sai Gon d’avant 1975 que les habitants de diverses couches sociales circulent en mobylette. 

 

Des mobylettes

Compteur de vitesse

Logos sur le réservoir d’essence

Pédales

Le moteur d’une mobylette.

Le réservoir d’essence, le moteur et les pédales sont conçus selon un style élégant et harmonieux

Guidon et phares d’une mobylette

Le vélomoteur - mobylette a un moteur deux temps et fonctionne à l’essence et au lubrifiant. Il se  démarre en pédalant. La vitesse est au maximum de 48 km/h et on peut le conduire en pédalant une fois le réservoir vide. Les années 1970 ont été l’âge d’or du vélomoteur dont la production a dépassé 14 millions d’unités. En 1997, Motobécane a stoppé la production.

Le vélomoteur se divise en trois modèles. Celui de première génération  est noir, le cadre est pareil à celui d’un vélo et sans fourche, le réservoir d’essence est caché sous le guidon. Celui de deuxième génération est gris, le cadre est plus grand et plus solide, avec une fourche et un réservoir d’essence caché sous la selle. Enfin celui de 3e génération est bleu et le réservoir est en haut du cadre, juste sous le guidon.

Hô Chi Minh-Ville a actuellement de nombreux amoureux de vélomoteurs - mobylettes qui doivent acheter la moindre pièce détachée à l’étranger.
                                       

Dang Thanh Tri et des mobylettes restaurées par lui-même

 Danq Thanh Tri en train de restaurer une mobylette

Danq Thanh Tri refait le système électrique

Un ouvrier de l’atelier Nam Tri

Nettoyer avec soin la plus moindre pièce détachée

Pièces détachées à l’atelier Nam Tri
 
L’atelier Nam Tri, sur l’avenue Truong Chinh, 12e arrondissement de Hô Chi Minh-Ville, est un lieu renommé pour tous ceux qui souhaitent restaurer une mobylette. Son propriétaire, Dang Thanh Tri, 47 ans, est un amoureux de cet engin au look désuet depuis tout petit. Depuis une vingtaine d’années, il les répare, les restaure, c’est même devenu un métier.  Sous ses mains expertes, de nombreuses mobylettes bonnes pour la décharge ont retrouvé une nouvelle jeunesse. Les éléments comme garde-boue, pédales, lampes… restent fidèles à ceux de la mobylette d’origine./.
 
Texte: Nguyên Vu Thành Dat – Photos: Lê Minh