09/01/2020 12:59 GMT+7 Email Print Like 0

Hàng Bac, la rue des orfèvres à Hanoï

La rue Hàng Bac, arrondissement de Hoan Kiêm (Hanoï),  est l’un des 36 vieilles rues et corporations de  Thang Long (ancien nom de la capitale). Elle est connue  depuis longtemps pour son métier artisanal d’orfèvrerie et plus précisément, d’argenterie.
La rue Hàng Bac se trouve au cœur du Vieux quartier de Hanoï.  Malgré les vicissitudes du temps, elle a su garder ses traits architecturaux et surtout le style de vie d’un vieux village d’artisanat. Ses maisons de style traditionnel aux toits de tuiles rouges en côtoient d’autres à l’architecture occidentale, vestige de l’époque coloniale, où la rue Hàng Bac s’appelait "rue des changeurs", un autre métier ancestral de la rue.

C’est au XVe siècle, sous la dynastie des Lê postérieurs, que l’on retrouve les premières traces d’une activité. De cette époque reste la maison communale Kim Ngân, érigée par des artisans venus de la campagne pour fonder une corporation d’orfèvres.  









Les étapes du travail d’orfèvre de la rue Hàng Bac. Photo : Thanh Giang  - Phong Thu


Bagues polies à la machine. Photo : Thanh Giang


Les touristes étrangers sont attirés par les produits méticuleux de la rue Hàng Bac. Photo : Phong Thu

La maison communale Kim Ngân fut édifiée au début du 16e siècle par le ministre de l’Intérieur du roi Le Thanh Tông, Luu Xuân Tin. Celui-ci était originaire de la province de Hai Duong (Nord), connue pour sa spécialité dans la fonte de lingots d’or. Il fit venir à Hanoï un grand nombre de gens de son village pour travailler en tant qu’orfèvres pour le compte du roi. Ces derniers construisirent ensuite la maison communale Kim Ngân, dédiée à Hien Vien, ancêtre de centaines de métiers, selon la culture méridionale.   

Mesurant environ cinq cents mètres de long, Hang Bac a un bout donnant sur les rues Hang Ngang, Hang Dao et Hang Bo, le reste sur la rue Hang Mam. Elle abrite des centaines de boutiques et d’ateliers d’orfèvrerie. La plupart des artisans sont maintenant équipés de machines modernes, mais certains d’entre eux préservent leur savoir-faire artisanal, comme Nguyên Chi Thanh, de l’atelier Hông Châu.

Dans l’atelier d’orfèvrerie de M. Bon, au  N° 27,  bien qu’il n’y ait que 6-7 ouvriers, chacun se charge d’une étape du cycle de  production manuelle : fonderie, laminage, découpe, soudure, sertissage,  polissage, et même délivrance des produits aux clients.

Outre son métier traditionnel, la rue Hàng Bac est connue aussi pour ses jeunes filles, belles et parfaites pour être maîtresse du foyer, bonne mère. Les  « Jeunes filles de Hang Bac », réputées dans tout  le pays, sont une belle image de cette vieille rue de métiers ancestraux.

Aujourd’hui, la rue Hàng Bac compte non seulement des boutiques et des ateliers d’orfèvrerie, mais aussi des hôtels et des agences de voyage. De nombreux touristes, notamment des routards, choisissent de se loger dans cette rue située à deux pas du lac Hoàn Kiếm, certainement pour le côté pratique, mais aussi pour son ambiance conviviale et ses vieilles maisons charmantes. La rue est donc très fréquentée par les étrangers, ce qui ne l’empêche pas de conserver son caractère de quartier commercial traditionnel. /.













Produits en argent  en vente dans la rue Hàng Bac. Photo : Thanh Giang 
 
Texte et photos:  Thanh Giang et Phong Thu