24/06/2016 10:48 GMT+7 Email Print Like 0

Deux Français ambassadeurs du cacao vietnamien

Bien que présent sur le marché il y a seulement cinq ans, le label vietnamien « chocolat Marou » a gagné le cœur des connaisseurs du monde entier. Dans un article publié dans le New York Times, la journaliste Laurence Obsborne décrit les barres de chocolat fabriquées dans une usine à la périphérie de Hô Chi Minh-Ville comme «le meilleur chocolat que vous n’avez jamais goûté».
La création de la marque Marou est attribuée à la passion et la créativité d'un Franco-japonais nommé Samuel Maruta, venu au Vietnam en mai 2007 pour le compte de la Société générale après un cursus classique, à Sciences Po puis à l'Essec, et Vincent Mourou, un ancien expert de publicité.

Tout s'est joué pendant les vacances de février 2010. Désireux d'explorer le pays en scooter, ils quittent Hô-Chi-Minh-Ville pour un long week-end. ABà Ria, ils tombent sur une petite ferme familiale qui produit du cacao. Ils y achètent quelques kilos de fèves.

Le soir même, les deux complices tentent, en effet, de « faire » du chocolat. Ils torréfient les fèves dans la gazinière de Samuel. Puis, mélangeant du sucre de canne au cacao, ils mixent le tout pendant des heures au point de casser leur robot. «Notre chocolat était encore très grumeleux, mais son arôme… exceptionnel ! » rit encore Samuel Maruta.



Un coin de l’atelier dans le district de Thu Duc-Hô Chi Minh-Ville.


Experts étrangers travaillant à la société « Marou Faiseurs de Chocolat ».


Les fèves sont torréfiées avant d’enlever l’écorce.


Torréfaction du cacao.


Les fèves après séchage.


 Après le séchage, les fèves de cacao atteignant les normes sont emmagasinées pour produire le chocolat Marou.


Des fèves de cacao provenant de différentes régions.


Samuel Maruta examine la qualité des fèves.

Ce premier essai leur donne envie de recommencer. À mesure qu'ils raffineront leur recette, les deux expatriés vont vite imaginer en faire leur métier. Ils démissionnent de leurs métiers respectifs pour créer leur fabrique de chocolat, baptisé «Marou» (contraction de leurs deux patronymes). Ils s'installent au printemps 2011 dans un faubourg de l'ancienne Saïgon, et mettent en production leurs premières tablettes.
Ils se spécialisent dans la fabrication "cru single" (chocolat fabriqué à partir de fèves spécifiques à une région géographique qui donne au chocolat son caractère distinctif).

Leur ambition était de créer une chaîne de production de chocolat autonome, de la transformation des fèves à l'emballage et la vente. Cette forme de production est appelée «bean-to-bar » en anglais.

Après avoir passé des années à expérimenter les fèves de cacao provenant de six provinces du Vietnam, ils ont découvert que les fèves de chaque région ont leur propre saveur distinctive malgré le même pourcentage de cacao. Samuel et Vincent nomment chaque type de chocolat d’après le nom de la localité d’où viennent les fèves.

La société française a créé six types de produits, avec 70 à 78% de cacao. Les fèves sont choisies à Dak Lak, Lâm Dông, Bà Ria-Vung Tàu, Tiên Giang, Dông Naï et BênTre. Chacune a sa propre saveur. Par exemple, le Tiên Giang a une texture douce et soyeuse ; le Bà Ria offre un goût plus fort avec une longue durée en bouche.

Leurs produits faits à la main sont plus chers que ceux des industriels, mais la qualité et la saveur répondent aux besoins des marchés haut de gamme.

Après avoir été nommés «jeunes espoirs» au Salon du chocolat 2012, ils remportent une médaille d'or, d'argent et de bronze à l’Académie de Chocolat London. Au Salon du Chocolat 2013, la plus grande Foire du chocolat  du monde à Paris en 2013, 400kg de chocolat Marou ont été vendus en quatre jours. Ils ciblent les épiceries de luxe et les palaces des quatre continents. Après avoir percé en Europe, ils sont partis à la conquête des États-Unis, puis du Japon. Leurs produits sont aussi présents en Suède, en Angleterre, au Canada, en Australie, en Nouvelle-Zélande eten Thaïlande.

Dans de nombreux pays, notamment en France, les clients sont surpris en découvrant que Marou est fabriqué à partir de matériaux 100% vietnamiens.



Uniquement des fèves récoltées dans les exploitations agricoles du Vietnam sont utilisées
pour produire le chocolat Marou. 



Le chocolat Marou est versé dans des moules de manière artisanale.


Emballage.


Le chocolat Marou de BênTre utilise 78% de fèves récoltées dans la province de BênTre.


Samuel Maruta, co-fondateur de la société Marou Faiseurs de Chocolat avec le label Chocolat Marou.


Le chocolat Marou est emballé dans un joli papier kraft imprimé par les deux Français. 

Le chocolat Marou est effectivement reconnu comme un produit haut de gamme qui affirme sa position sur le marché. La marque est vendue dans des magasins célèbres dans le monde, tels que Harvey Nichols au Royaume-Uni et Whole Foods aux États-Unis.

Le Vietnam est encore peu connu pour sa production de chocolat de qualité. Mais grâce à ces deux expatriés français, les choses risquent de changer./.

 
Texte: Nguyên Vu Thành Dat - Photos: Dang Kim Phuong
Articles Déjà publiés