22/05/2015 09:59 GMT+7 Email Print Like 0

Nguyên Thi Hôi, une ambassadrice audacieuse

Avec 37 ans dans la diplomatie et deux mandats comme ambassadrice en Autriche et représentante du Vietnam au bureau des Nations Unies à Vienne et au Canada, Nguyên Thi Hôi, ancienne chef du Département et secrétaire générale de la Commission nationale pour l'UNESCO au Vietnam, a marqué de son empreinte la diplomatie nationale.
L’ambassadrice Nguyên Thi Hôi a contribué à organiser des visites officielles de haut niveau, d'importance historique, entre les chefs d'État du Vietnam et de l’Autriche, du Vietnam et du Canada. Elle a aussi mobilisé le soutien des amis internationaux pour soutenir les efforts du Vietnam d’adhésion à l’OMC.

Nous l'avons rencontrée à son domicile, d’influence  à la fois orientale et occidentale. Notre conversation a commencé sur l’origine de son étrange surnom vietnamien, « Hôi Hung » (« Hôi l’audacieuse »), qui est étroitement lié à un événement marquant dans les relations vietnamo-canadiennes. C’est l'ancien Premier ministre vietnamien Phan Van Khai qui lui a donné ce surnom au cours de sa visite officielle au Canada en 2005.

A cette époque, le Vietnam recherchait le soutien des pays pour son adhésion à l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Le Vietnam a conclu ses négociations avec le Canada avant les États-Unis, et Hôi a eu une grande contribution à ce succès.


Mme Nguyên Thi Hôi (avril 2015). Photo: Trinh Van Bô


Mme Nguyên Thi Hôi à la Conférence ESCAP 1982 BK. Photo : Archives


Mme Nguyên Thi Hôi à la Conférence ESCAP 1991 BK. Photo : Archives

Hôi connaissait la psychologie des Canadiens, qui n’aiment pas que l’on «assimile» leur pays aux États-Unis. Elle a dit aux négociateurs de la délégation canadienne : «Le Canada n’est pas les États-Unis, mais pourquoi attendez-vous toujours les Etats-Unis. Le Canada est connu par la plupart des Vietnamiens comme ayant participé à deux importantes conventions de cessez-le-feu qui ont conduit à la fin des guerres au Vietnam contre les Français et les Américains».

Reconnaissant le Canada comme un pays qui donne la priorité aux droits humains, elle a avancé ces arguments : « Faites ce cadeau au peuple vietnamien. Pour les femmes et les enfants d'abord parce que l’entrée à l’OMC créera des emplois pour les femmes qui sont les travailleurs majoritaires dans les usines ».

Grâce à ses arguments et avec la coopération et le soutien des responsables gouvernementaux locaux et à un homme d'affaires vietnamien au Canada, le Vietnam a conclu ses négociations avec le Canada avant les États-Unis. Le Canada a ainsi été le premier des pays du G7 à soutenir le Vietnam dans son processus d'adhésion à l'OMC.

Forte de cette négociation réussie, Mme l'ambassadrice a organisé la visite historique au Canada de l'ancien Premier ministre Phan Van Khai. A cette époque, en 2005, il était rare de voir le drapeau vietnamien dans les pays développés. Mais lors de la visite de Phan Van Khai, 2.000 drapeaux vietnamiens flottaient avec ceux du Canada dans les rues ! La visite a eu lieu il y a plus de 10 ans, mais les souvenirs de cette visite sont encore gravés dans son esprit. Elle n’a pu retenir ses larmes en voyant autant de drapeaux vietnamiens. Pendant une réunion, Phan Van Khai a dit: « Quelle audace, l’ambassadrice Hôi !». Depuis, elle est appelée « Hôi Hung ».

Nous avons continué à parler de son mandat en Autriche et de sa photo prise avec le président autrichien Thomas Klestil. Un souvenir inoubliable lors de son séjour dans ce pays (1992-1995). A l'occasion du 60e anniversaire du président autrichien, Hôi a envoyé un portrait de lui au Vietnam et a demandé d’en faire un tapis de laine, qui a ensuite été transmis au bureau présidentiel. Une demi-heure plus tard, elle a reçu une carte de remerciement du bureau présidentiel.


Mme Nguyên Thi Hôi et le président autrichien passant en revue la garde d'honneur
au Palais présidentiel. Photo : Archives


Mme Nguyên Thi Hôi à la cérémonie de présentation des lettres de créance
au Palais présidentiel en Autriche. Photo : Archives


L'ambassadrice Nguyên Thi Hôi est venue saluer le président autrichien Thomas Klestil
lorsque son mandat s'est terminé en 1995. Photo : Archives


Mme Nguyên Thi Hôi rencontrant le maire de Salzbourge en 1992. Photo : Archives

 

Lors d’une réunion avec tous les ambassadeurs en Autriche, le président autrichien a serré la main à chaque participant et quand ce fut son tour, après l’avoir écouté se présenter – l’ambassadrice du Vietnam -, le président la salua d'une manière très spéciale. Il lui dit qu'il avait pris note de ses réalisations et a exprimé sa gratitude, ce qui a surpris les autres. Son sens inné de la diplomatie, son habileté, sa connaissance et son respect de la culture canadienne l'ont aidé à remplir sa mission, à servir de pont entre les deux pays et à faciliter la signature de nombreux accords importants.

Nulle doute que les «briques diplomatiques» que Nguyên Thi Hôi a posées seront une base solide pour que le Vietnam obtienne encore plus de succès sur le front diplomatique./.

Texte: Thao Vy - Photos: Trinh Van Bô & archives
Articles Déjà publiés