03/08/2015 14:16 GMT+7 Email Print Like 0

L’ancienne pagode Huê Nghiêm

Située rue Dang Van Bi (arrondissement de Thu Duc), la pagode Huê Nghiêm est la plus ancienne de Hô Chi Minh – Ville. Son  histoire est étroitement liée à celles des pionniers qui ont défriché le Sud il y a 400 ans.
Fondée en 1721, la pagode a été construite par le bonze Tô Thiêt Thuy – Tanh Tuong (1681 – 1757),  sur un terrain à 100 m de la pagode actuelle. Après, la bouddhiste Nguyên Thi Hiên a donné un terrain de la famille pour bâtir la grande pagode que l’on peut voir actuellement.

Vieille de presque 400 ans, la pagode Huê Nghiêm est un vestige bouddhique important où ont vécu des bonzes renommés comme le bonze supérieur Tê Giac – Quang Châu, aussi appelé Tiên Giac – Hai Tinh, le bonze supérieur Dat Ly – Huê Luu, les bonzes Thich Tu Van, Thich Tri Duc, Thich Tri Quang,…

Le bonze supérieur Tê Giac – Quang Châu était l’un des plus connus dans le Sud à la fin du 19e siècle. En 1825, le roi Minh Mang (1791 – 1841) lui donna le titre de « Tang Cang » (contrôleur de bonzes) et le nomma bonze gérant de la pagode Thiên Mu (la Mère du Ciel) à Hué. Sous la dynastie de Thiêu Tri (1807 – 1847), il assura la gestion de la pagode Giac Hoàng. Il forma de grands noms du Bouddhisme et devint l’« ancêtre » de trois lignées : Lâm Tê Chanh Tông, Lâm Tê Gia Phô et Tê Thuong Chanh Tông.


Vieille de 400 ans, la pagode Huê Nghiêm a abrité des générations de bonzes renommés.


L’ancienne tour dans la pagode.


D’anciennes tours en forme de lotus.


Des statues de Bouddha au pied d’un aliboufier.


La tour dédiée à Avalokitésvara.


Lieu où sont déposés les restes de défunts.


Toiture d’architecture traditionnelle.


Le sanctuaire principal
.


Un moine sonnant la cloche.


Une pagode tranquille et ombragée.

Une grande rénovation a été menée à la fin du 19e siècle par le bonze supérieur Dat Ly – Huê Luu, et la pagode a peu changé depuis. La façade a une architecture moderne mais les salles à l’intérieur gardent leur architecture traditionnelle. La toiture de la première salle comprend trois couches formées de tuiles tubulaires,  ornées de motifs de lotus et de la roue du Dharma.

A l’intérieur de la pagode, des colonnes en bois sont gravées de stèles en chinois. Dans le sanctuaire principal, on peut trouver des statues de Di Dà Tam Tôn (a mi tuo san zun), d’Amitabha, d’Avalokitésvara et de Mahasthamaprapta. Au milieu se trouve l’autel des Bouddhistes de san zun (statue du Bouddha – l’Eveillé, de Manjusri et de Samantabhadra). Au premier rang, se situent la statue du Bouddha à la naissance et sept statues des Bouddhas de médecine.

Cette pagode, très connue à Hô Chi Minh – Ville, accueille de nombreux pèlerins et touristes, vietnamiens et étrangers. Chaque année, à l’occasion de la cérémonie de la célébration de la mort du fondateur (6e jour du 10e mois lunaire) et de Huê Luu (12ejour du 1er mois lunaire), des milliers de pèlerins venus des quatre  coins du pays viennent y prier.../.
 
Texte : Nguyên Vu Thành Dat – Photos : Dang Kim Phuong