16/05/2016 10:23 GMT+7 Email Print Like 0

La production mécanisée des baguettes d’encens

Dans la commune de Lê Minh Xuân (district de Binh Chanh, Hô Chi Minh – Ville) existe depuis un demi – siècle un village de production de baguettes d’encens. Etant une région peu fertile, les villageois ne peuvent pas y exercer l’agriculture, aussi vivent-ils depuis des générations de cet artisanat. 
Le long de ma rue Mai Ba Huong sèchent un peut partout dans la cour des maisons des bâtonnets d’encens. Le jaune de l’encens et le rouge des bâtonnets composent un étonnant tableau. La production tourne à plein régime.

Nguyên Cat Bui Thuy, patronne d’un atelier dans la commune Lê Minh Xuân, a confié que son atelier compte actuellement 50 ouvriers et 100 saisonniers pour produire un grand volume d’encens, et que ses profits quotidiens atteignaient 10 millions de dongs.


Les matières premières mélangées dans le pétrin…


…composées de substances naturelles.


Le façonneur de baguettes d’encens.


Une baguette d’encens voit le jour.


Un métier pour les femmes, les personnes âgées, voire les enfants.


Des habitants produisent toute l’année pour alimenter des grossistes.


Chaque travailleur produit environ 60 000 – 70 000 bâtonnets  par jour.


La coupe des baguettes, la  dernière opération.


Des baguettes d’encens séchant au soleil dans les cours des foyers.


La production s’anime durant les quelques mois précédant le Têt traditionnel.


Les ateliers de la commune de Lê Minh Xuân utilisent des substances végétales odoriférantes.


La vie des habitants s’améliore grâce à ce métier artisanal.

Une journée de travail normale commence à 5 heures du matin par le façonnage des baguettes. Une fabrication qui ne demande pas de grands efforts, aussi est-elle assurée par les femmes, voire par les vieillards et les enfants. Auparavant, on devait passer plusieurs opérations pour produire des bâtonnets : fendre le bambou, mélange des aromates, façonnage, séchage au soleil.

Cependant, tout a changé. Une coopérative de 170 membres a été fondée en juin 2012 dans la commune de Lê Minh Xuân. Début 2014, elle a été reconnue village de métier artisanal. Cela  a permis aux artisans d’avoir accès à des crédits pour mécaniser le travail. L’investissement dans la chaîne de production industrielle est assez élevé mais la productivité augmente considérablement. Chaque atelier a besoin d’un pétrin et d’un façonneur.

Mai Anh, ouvrière dans l’atelier de Thuy, a confié qu’elle produit chaque jour 60 000 – 70 000 bâtonnets et gagne 200.000 dongs.

Grâce à ce métier, la vie des habitants de la commune s’est améliorée. Les patrons d’atelier s’enrichissent. Les grossistes viennent de nombreuses provinces et villes du pays.

Selon le Docteur Trinh Hông Lân, directeur de la section santé au travail et maladies professionnelles (Institut de l’Hygiène et de la Santé publique de Hô Chi Minh – Ville), la fabrication manuelle des baguettes d’encens entraînait autrefois des maladies respiratoires et oto-rhino-laryngologiques. La production industrielle, elle, permet de préserver la santé des travailleurs./.
 
Texte: Nguyên Vu Thành Dat – Photos: Thông Hai