13/05/2015 09:31 GMT+7 Email Print Like 0

A la découverte du musée de Gia Lai

Au musée de Gia Lai, sis dans le centre-ville de Pleiku, province de Gia Lai (Hauts plateaux du Centre), les visiteurs sont initiés dans les grandes lignes, dans un espace de 1.200 m² décoré de plus de 7.000 objets en toutes sortes, à l’histoire de la province de Gia Lai. Le musée est un joyau architectural qui abrite des patrimoines culturels et historiques de  Gia Lai comme de toute la région du Tây Nguyên.
Situé juste à côté de la place Dai Doan Ket, au centre-ville de Pleiku, le musée de Gia Lai était à l’origine la Chambre de préservation culturelle, créé  après la journée de réunification nationale du pays (30 avril 1975) dans le but de  préserver le patrimoine et la culture de la province. En 1989, le musée de Gia Lai a été fondé, relevant du Service provincial de la Culture et de l’Information.

En 2009, le musée s’est renouvelé dans le cadre du festival international des gongs qui s’est ouvert la même année  dans la province, pour  présenter au public vietnamien  et étranger la culture locale, notamment celle des ethnies minoritaires Gia Rai et Ba Na : croyance, us et coutumes, matériaux de travail, costumes, bijoux, instruments de musique…

Le musée attire les visiteurs dès les premiers regards, par un bas-relief sur la façade inspiré de vie quotidienne des minorités ethniques et une statue du héros Nup,  symbole de la combattivité des habitants du Tây Nguyên contre les agresseurs étrangers.

Le musée de Gia Lai a mené des fouilles dans 6 sites archéologiques se rapportant à la culture de Bien Ho, la première civilisation des Hauts plateaux du Centre, au néolithique, et y trouvé des milliers d’objets : matériaux de travail, objets de la vie quotidienne, bijoux….

Notamment, au site archéologique d’Ia Mor, district de Chu Prong, province de Gia Lai, les archéologues on trouvé la première fois dans l’ensemble du Tây Nguyên des sépultures datant de cette époque.


Ce bas-relief montrant la vie quotidienne des ethnies du Tây Nguyên est installé à l’extérieur du musée


La salle principale où sont exposées deux ensembles de gongs


TUn tambour en bronze d’An Thanh


Une  jarre Tuk


Salle d’exposition des gongs et instruments de musique


La collection d’hottes


Des objets au service de l’activité  révolutionnaire


Des armes utilisées dans la lutte contre les agresseurs étrangers


Des objets trouvés au site archéologique de Biên Hô


Reconstitution d’une scène de représentation artistique


Des élèves font connaissance avec la culture des ethnies minoritaires du Tây Nguyên

Parmi  les près de 7.000 pièces exposées du musée citons une collection de gongs, de tambours de grand diamètre (1 mètre en moyenne) des minorités ethniques Jrai et Bahnar, de rares jarres antiques, des tambours d’An Thanh, des bas-reliefs en pierre de la culture de  Cham Pa, des pirogues monoxyles, des maquettes de maison funéraire (nhà mồ), des maisons sur pilotis (nhà sàn), des images de fêtes culturelles traditionnelles du Tây Nguyên….

Sont aussi exposées des images du mouvement Tây Son, du village révolutionnaire de Stor du héros Nup, des résistances anti-française et anti-américaine, de la libération de la province de Gia Lai, etc.

L’habitation où on a lu la lettre du président Hô Chi Minh adressée au Congrès des ethnies minoritaires du Sud a été reconstituée et installée au musée.
Le musée de Gia Lai a prospecté des lieux culturels ou touristiques de la province et a déposé des documents de demande de reconnaissance comme sites touristiques ou culturels. Gia Lai compte 13 sites reconnus sites nationaux  et 3 autres provinciaux. Trente sont en attente d’une reconnaissance.

En plus des expositions régulières, le musée organise des expositions thématiques  en l’honneur de grands événements de la province et du pays, participe à des expositions nationales à Hô Chi Minh – Ville ou à Hanoi.  En outre, des présentations ou expositions ambulantes sont régulièrement tenues afin de propager la culture de Gia Lai à un large public…/.

Texte: Nguyên Vu Thành Dat – Photos: Nguyên Luân