13/03/2015 00:52 GMT+7 Email Print Like 0

La maisons longue, centre névralgique de la culture Edé

A Buôn Ma Thuôt, ville de la province de Dak Lak (Hauts plateaux du Centre),  le touriste est invité  à visiter les maisons longues sur pilotis (nhà dài) et à découvrir la culture locale.
 
Auparavant, le village de Ko Sian, quartier Tân Lâp, était l’un des quatre anciens villages formant la ville de Buôn Ma Thuôt où vit l’ethnie Edé dans ses  maisons longues. Du fait de l’urbanisation, l’arrondissement de Tân Lâp a perdu pas à pas ses caractéristiques culturelles. Il y a plus de 10 ans, pour préserver la culture des gongs, un trésor culturel des Edé, le patriarche du village de Ko Sia, Ma Len, a réuni les personnes âgées  du village et a créé une troupe de gongs

« Les habitants Edé ont soif des roulements de gongs  comme les ruisseaux du Tây Nguyên qui attendent de l’eau à la saison sèche. Depuis l’ouverture de cours de gong aux jeunes, on peut entendre de nouveau  chaque soir les roulements de gongs dans chaque habitation. Notre souhait d’écouter et jouer du gong a été assouvi », a confié le patriarche du village de Ko Sia, Ma Len.


Le mât pour conjurer les démons et porter chance aux visiteurs, planté dans la maison longue.


Des épopées Edé interprétées dans la maison longue


La troupe de gongs du village de Ko Sia se produit dans la maison longue


Un artiste  de la troupe de gongs


La maison longue sur pilotis du village de Ko Sia est le lieu où se produit l’une
des plus célèbres troupes de gongs du Tây Nguyên

« La “Nhà dài”  ou la maison longue sur pilotis est une habitation traditionnelle de l’ethnie Edé. L’habitation abrite toute la famille et s’allonge lorsqu’une femme, membre de la famille, se marie. La maison longue est construite en bois, en bambou et couverte de chaume. Là  se tiennent des représentations de gongs en l’honneur des visiteurs venus de loin et bien d’autres fêtes villageoises » .
Les cours de gong qui avaient lieu, à l’origine chez le patriarche du village Ma Len, ont d’abord suscité l’intérêt des habitants puis des touristes. Grâce à la troupe, des jeunes du village peuvent participer aux festivals culturels  du Tây Nguyên, ce qui fait que le village de Ko Sia est un lieu réputé pour cet art. Le service de la Culture et du Tourisme de la province de Dak Lak et des voyagistes ont invité la troupe à se produire devant les touristes.

« Notre village cherche à développer le tourisme. Les femmes préparent des plats traditionnels pour les touristes,  les jeunes interprètent des épopées et nous, les personnes âgées, nous jouons du gong dans la maison longue», a dit avec enthousiasme M. Aê Yon. Chaque semaine, le village reçoit des dizaines de groupes de visiteurs.








Touristes écoutant des chants et danses traditionnelles Edé


Des plats typiques de l’ethnie Edé pour les visiteurs


Dégustation d’alcool de riz au chalumeau (ruou cân)…


… et chants avec les artistes locaux.
 
A la maison longue sur pilotis de Ma Len, des étudiants du Département d’études orientales de l’Ecole supérieure des Etudes sociales et humaines écoutent avec plaisir des épopées. « Je fais une étude sur la culture des ethnies du Tây Nguyên. Dans cette maison longue, les artistes jouent du gong et chantent des épopées, bref c’est un lieu de rêve pour moi», a confié l’étudiant Nguyên Tuân Hung.

«  La visite de la maison longue du village de Ko Sia est un produit touristique original de notre localité. Ce circuit touristique donne aux habitants Edé l’occasion de dévoiler leur culture aux étrangers et, le plus important, en reliant la préservation de  la culture au développement économique », a affirmé Nguyên Minh Duc, vice-président du Comité populaire du quartier de Tân Lâp./.
 
Texte: Thông Thiên – Photos: Tât Son