06/09/2018 11:56 GMT+7 Email Print Like 0

Adorables peluches fabriquées à la main

Les animaux tricotés au crochet par des femmes hanoïennes et fortement imprégnés de la culture traditionnelle de la capitale fascinent tous les gens dès le premier regard. 
Passionnée par l’art du tricot au crochet dès son enfance via les gilets et gants en laine faits par sa mère, Mai Khanh Linh, jeune femme fondatrice de l’association NoLi đan móc (NoLi Tricotage de la laine et tricotage au crochet), a partagé : « Avant, je ne faisait que du tricotage de la laine. Mais après la naissance de mon bébé, j’ai commencé à fabriquer pour lui des peluches en laine ; et en avril 2014, j’ai créé ma propre page web, Noli Handmade, et un site web à l’adresse noli.vn. J’ai été surprise par le nombre croissant de visiteurs. Je crois que c’était un moyen de faire revivre dans la société moderne actuelle cet art ancien du tricotage de la laine et du tricotage au crochet ». 
 

Echange d’expériences avec les membres de l’association NoLi đan móc.


Bien que récemment créée, l’association dénombre déjà 29.800 membres 


Nguyen Binh, une femme expérimentée dans le tricotage au crochet, a adhéré récemment à l’association


Nguyên Thi Minh Chau apprend aux membres les techniques de fabrication des peluches 


Outillage: aiguilles à laine, aiguilles à tricoter, ciseau, centimètre


Rembourrer de coton une peluche est une étape importante qui décide de sa forme 


Les retouches d'une peluche  prennent de 2h à 4 h

              L’artisan accroche des nœuds, foulards, chapeaux … sur la peluche pour l’embellir 

Bien que récemment créée, l’association compte déjà 29.800 membres d’âges divers, de l’ensemble du pays. Ils partagent chaque jour des techniques de fabrication et leurs efforts ont été récompensés. Ils ont pu présenter sur leur page Facebook de nouveaux produits et modèles.    

Nguyên Thi Binh, âgée de 66 ans, membre de l’association NoLi  đan móc depuis un an, a confié : « C’est intéressant d’être membre de l’association, car la plupart des membres sont jeunes, et plus créatifs pour concevoir des jolis modèles de peluches. Nous, les gens de la précédente génération, ne savons que tricoter des gilets et chapeaux. Grâce à l’association, je peux fabriquer moi-même des jouets pour mes petits-enfants et échanger avec des jeunes » ./.


Peluches fabriquées par  l’association 




















Texte : Ngân Ha – Photos : Khanh Long 

Articles Déjà publiés