21/06/2014 16:10 GMT+7 Email Print Like 0

La montagne sacrée de Yên Tu

En plus de 2000 ans de Bouddhisme au Vietnam, le célèbre nom de la montagne Yên Tu a été associé au nom du roi bouddhiste Trân Nhân Tông, qui a fondé la secte Zen Truc Lâm. Cette terre sacrée est la capitale du bouddhisme du Dai Viêt (ancien nom du Vietnam). L’ensemble du site de Yên Tu a été reconnu patrimoine national spécial et un dossier est en cours de préparation pour une reconnaissance par l'UNESCO en tant que patrimoine mondial.
La Mecque du Bouddhisme vietnamien
Une journée ensoleillée de début mai, nous avons fait un pèlerinage au sanctuaire bouddhiste de Yên Tu, dans la province de Quang Ninh, où il y a plus de 700 ans, le roi Trân Nhân Tông quitta le palais royal pour mener une vie religieuse ascétique et fonda la secte Zen Truc Lâm.

Selon les annales historiques, un jour de fin 1299, le roi Trân Nhân Tông quitta son palais royal pour la montagne Yên Tu afin d’y mener une vie religieuse. Ce fut un événement sans précédent dans l'histoire du bouddhisme au Vietnam. Il fonda la secte Zen Truc Lâm et prit le nom de Truc Lâm Daï Dâu Dà. Plus tard, les gens l'appelaient respectueusement « le Roi bouddhiste Trân Nhân Tông».

Chaque année, à partir du 10e jour du premier mois lunaire et les trois mois suivants, des milliers de pèlerins affluent de partout vers la montagne Yên Tu pour assister au Festival de Yên Tu, commémorer le roi bouddhiste Trân Nhân Tông, rendre le culte à Bouddha et sentir l’atmosphère du printemps après le long hiver.
 

La statue du roi bouddhiste Trân Nhân Tông en posture de méditation. Photo: Trong Chinh


A partir du 10e jour du 1er mois lunaire et durant les 3 mois du printemps, des milliers de pèlerins
viennent au Festival de Yên Tu pour honorer le roi bouddhiste Trân Nhân Tông, rendre culte au
Bouddha et profiter du paysage. Photo: Trang Linh


La pagode Hoa Yên, construite sous le règne des Ly (XIe siècle), est la pagode principale de Yên Tu.
Photo: Trong Chinh


Vestiges d'une pagode ancienne de la secte Zen Truc Lâm - Yên Tu. Photo: Trong Chinh


Un des trois arbres de plus de 700 ans de la pagode Hoa Yên. Photo: Trong Chinh


La pagode Môt mai (pagode à toit unique) est nichée sur le flanc de la montagne.
Une moitié se cache dans une grotte et ne dispose que d'un seul toit, d’où son nom.
Photo: Trong Chinh


Toutes les statues ainsi que d'autres objets de culte dans la pagode Môt mai (pagode à toit unique)
ont été faits à partir de marbre blanc, à la fin de la dynastie des Lê-début de celle des Nguyên.
Photo: Hoàng Hà


La pagode Vân Tiêu (c-à-d « dans les nuages ») se trouve à la moitié du chemin menant au sommet.
Photo: Trong Chinh


De nombreux temples, pagodes et stupas sont à découvrir sur les pentes du Mont Yên Tu.
Photo: Trong Chinh






Briques en forme de fleur de lotus et motifs portant l’empreinte de la secte Zen Truc Lâm - Yên Tu
sur le stupa Thiên Dinh. Photo: Hoàng Hà
 
«
         
 Yên Tu se compose de trois groupes:
- Site des vestiges historiques de Yên Tu (ville de Uông Bi, province de Quang Ninh)
- Zone des vestiges historiques de la dynastie des Trân à Dông Triêu (district de Dông Triêu, province de Quang Ninh)
- Site de Yên Tu (Yên Dung, Luc Nam, Luc Ngan et Son Dông, province de Bac Giang)

                                              »
Selon le Vénérable Thich Thanh Quyêt, chef du Conseil d'administration bouddhiste de la province de Quang Ninh et responsable de la pagode Dông (pagode en bronze) sur la montagne de Yên Tu, les premiers années de sa vie religieuse, en dehors de l'étude du Dharma, le roi bouddhiste Trân Nhân Tông a également a fait construire pagodes, temples et stupa d’une valeur architecturale et artistique particulière, tels que les pagodes Dông, Bi Thuong, Suôi tam (Ruisseau de baignade), Câm Thuc, Lân, Giai Oan (Purgatoire), Hoa Yên, Môt Mai (A toit unique), Bao Sai et Vân Tiêu, et le jardin des stupas Huê Quang...

Yên Tu est la Mecque du bouddhisme vietnamien avec ses dizaines de pagodes, ses centaines de temples et ses milliers de reliques précieuses de la secte Zen Truc Lâm et de la culture du Dai Viêt (13e - 15e siècles).

La première destination de notre pèlerinage a été le ruisseau Giai Oan où la légende veut que de nombreuses concubines et des beautés impériales se sont suicidées parce qu'elles ne pouvaient pas persuader le roi Trân Nhân Tông d’abandonner sa vie religieuse et de retourner au palais. Par compassion pour elles, le roi a fait construire une pagode.

Nous sommes montés 500m plus haut et avons atteint le jardin des stupas Huê Quang où se trouve une tour avec la statue du roi bouddhiste Trân Nhân Tông à l'intérieur. La statue, de 62 cm de haut, représente un moine en méditation.

Près du jardin des stupas Huê Quang trône la pagode Hoa Yên, construite pendant la dynastie des Ly (11e siècle). Au-dessus et des deux côtés rugissent les cascades de Bac (argentée) et Vang (dorée). Nous avons visité diverses pagodes le long du sentier menant au sommet.

Enfin, nous avons atteint le sommet de la montagne Yên Tu, à 1068 m au dessus du niveau de la mer, où trône la fameuse pagode Dông, reconnue «Pagode en bronze la plus grande d’Asie au sommet d’une montagne» par l'Organisation des Records d’Asie.

La pagode Dông a été construite sous la dynastie des Lê postérieure (15e siècle). En cuivre pur, elle fait 3m de haut, 12m de large et pèse 60 tonnes. Il faut 5-6 heures de marche le long d’un sentier raide et rocailleux pour atteindre la pagode.

Sur le chemin, nous avons rencontré le moine Danh DaRa, responsable de la pagode Sareyvonsa au chef-lieu de Dông Xoài, province de Binh Phuoc, qui venait de visiter la pagode Dông. Il a confié: «En allant au sommet de la haute montagne et voir de mes propres yeux l'endroit où le roi bouddhiste a mené une vie religieuse, j’ai pu percevoir combien étaient noble et grande sa vertu, sa volonté et son esprit».

Le coucher du soleil est tombé sur la montagne Yên Tu. Il ressemblait à un halo brillant sur la statue imposante du roi bouddhiste Trân Nhân Tông en méditation dans l'espace grandiose des montagnes. La scène avec la brise soufflant à travers les forêts, le son d'une cloche en bois et l'odeur de l'encens plongeaient les visiteurs dans un monde sans égoïsme, inquiétude ni tristesse. Quiétude et plénitude, c’est ce que ressentent tous ceux qui grimpent la montagne de Yên Tu...

Au sommet du Phù Vân
Le long du sentier menant au sommet de Yên, nous et les autres pèlerins étions fascinés par la beauté des paysages naturels.

Au sommet, à 1068 m, nous avons vu une grande zone au Nord-est formée de montagnes et de vastes forêts, qui semblaient flotter au milieu des nuages.

Jadis, Yên Tu était connue sous le nom de Bach Vân Son (« montagne aux nuages blancs ») parce que le sommet de la montagne était toujours dans les nuages toute l'année. C’est aussi la raison pour laquelle certains l’ont appelé Phù Vân (« nuage flottant »).

Le chemin menant au sommet fait environ 6000 km et nécessite 6 heures de marche. Il traverse de vastes forêts de bambous d’ivoire, une espèce végétale que l’on trouve uniquement à Yên Tu. Avec son tronc droit, le bambou d’ivoire symbolise la vitalité et la beauté élégante. Ce pourrait être la raison pour laquelle le roi Trân Nhân Tông a choisi cet endroit pour mener une vie religieuse et a dénommé sa secte Zen Truc Lâm qui signifie «forêt des bambous d’ivoire».
 

La construction de la pagode Dông a débuté à la dynastie des Lê postérieur (XVe siècle).
Entièrement en cuivre, elle est haute de 3 m et pèse 60 tonnes. Photo: Hoàng Hà


La pagode Dông trône au sommet de Yên Tu, à 1.068 m d’altitude. Elle a été reconnue par l’Organisation des
Records d’Asie comme la «Pagode en bronze la plus grande d’Asie au sommet d’une montagne».
Photo: Archives de la Revue VIETNAM ILLUSTRÉ


Le vénérable Thich Khai Thiên, bonze responsable de la pagode Dông. Photo: Hoàng Hà


Le Vénérable Thich Vân Phong présidant une cérémonie dans la pagode Dông. Photo: Hoàng Hà


Forêts de bambous d’ivoire le long du sentier. Jadis, le roi bouddhiste Trân Nhân Tông a donné
le nom de Truc Lâm, c'est-à-dire « forêt de bambous », à sa secte Zen. Photo: Trong Chinh


Le célèbre chemin des pins avec des arbres séculaires de 700 ans , selon la légende,
ils ont été plantés lorsque le roi Trân Nhân Tông est allé mener une vie religieuse à Yên Tu.
Photo : Trong Chinh


Grâce au téléphérique, les visiteurs peuvent admirer d’en haut les pentes verdoyantes du
Mont Yên Tu et surtout gravir la montagne sans trop d’efforts. Photo: Trong Chinh

«
         
Les forêts de Yên Tu possèdent une flore et une faune riches avec 981 espèces recensées, dont 38 espèces de plantes et 23 d'animaux rares, par exemple Vatica tonkinensis, Erythrophleum fordii, Chukrasia velutina, Podocarpus, cinnamomum balansae, Acanthopanacis cortex, Morinda officinalis, langur à nez retroussé, les écureuils volants…
                                        »
En plus des bambous, le chemin traverse des pinèdes. Le long du sentier, sur un tronçon de 200 m à partir du petit temple de Lo Rèn, on compte plus de 200 pins vieux de près de 700 ans. La légende veut que ces arbres aient été plantés lorsque le roi Trân Nhân Tông est allé dans la montagne pour mener une vie religieuse.

Yên Tu est une chaîne de montagne du Nord-Est du Vietnam. Sa topographie et géologie complexes ont créé de nombreux paysages naturels magnifiques, comme les cascades Ngu Dôi, Vàng et Bac, la Porte du Ciel, la route des pins, des forêts de bambous…

En 2011, le Premier ministre a rendu une décision pour établir la Forêt nationale de Yên Tu. D’une superficie de près de 2800 ha, la Forêt nationale de Yên Tu n'est pas grande, mais elle est associée au site national spécial de Yên Tu. Elle conserve de nombreuses plantes rares et précieuses telle que Shimpaku juniper (bois vert), pin rouge, bambou d’ivoire et de nombreuses plantes médicinales telles que Morinda officinal, Codonopsis, bois d'aloès ou bois d’aigle, Fibraurea recisa, Codonopsis pilosula, Cibotium barometz…

Nguyên Trung Hai, chef du Conseil d'administration de la forêt nationale de Yên Tu, a informé de la mise en œuvre d’un projet de protection des forêts, des espèces animales et végétales rares.
Durant la dernière décennie, près de 1.000 milliards de dôngs ont été investis dans la restauration des ouvrages architecturaux et la construction de diverses infrastructures à Yên Tu, dont un téléphérique qui permet au moins courageux d’accéder aussi au sommet.
Article: Thanh Hoà - Photos: Trong Chinh - Hoàng Hà &Trang Linh