29/06/2014 21:15 GMT+7 Email Print Like 0

Plan de réfection de la ligne ferroviaire Nord-Sud

Hanoi, 29 juin (VNA) - Le ministère des Transports et des Communications a soumis au gouvernement le plan de réfection de la ligne Nord-Sud.

Selon son ministre Dinh La Thang, la pose de voies aux normes internationales, c’est-à-dire de 1,435 mètre de largeur, est programmée.

Ce plan a été lancé en 2009. Lorsqu’elle sera achevée, cette ligne de 1.570 km avec 26 gares supportera une vitesse de circulation maximale de 350 km/h, ce qui ramènera le trajet entre Hanoi et Hô Chi Minh-Ville à 5 heures 40 minutes seulement.

«Depuis la résolution 11 du gouvernement de 2011, nous procédons à la restructuration de l’économie, de l’investissement public et des entreprises publiques. Toutefois, la stratégie ne convient plus à la situation économique du pays, de sorte qu’il est nécessaire d’ajuster ce plan», a expliqué le ministre Dinh La Thang.

Actuellement, le ministre des Transports et des Communications a proposé au gouvernement le projet de construction d’une ligne ferroviaire à grande vitesse à double voie aux normes internationales, permettant une vitesse de circulation maximale de 200 km/h. Le ministre a souligné l’importance de moderniser la ligne Nord-Sud et, pour engager ce processus, la création d’un comité d’étude de faisabilité est nécessaire.

C’est l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) qui soutiendra le Vietnam dans cette tâche. Elle effectuera une étude globale sur le plan national du développement ferroviaire, dont la ligne Nord-Sud. Si le budget le permet, nous pourrons la construire selon le plan fixé. Sinon, la première phase portera sur les tronçons Vinh- Hanoi et Nha Trang-Hô Chi Minh-Ville.

«Avec le développement du Vietnam, la construction de lignes à grande vitesse est inévitable car tout le monde utilise ce moyen de transport. Le ministère a proposé le plan de construction d’une ligne où les rames pourront circuler à 160-200 km/h. Si cet ouvrage est réalisé, les passagers pourraient prendre le petit-déjeuner à Hanoi avant de partir et boire un café le soir à Hô Chi Minh-Ville. Aujourd’hui, cela ne dépend plus que du gouvernement», a indiqué M. Thang.

Ainsi, outre la ligne transvietnamienne actuelle, le pays possédera une seconde à grande vitesse - même si ce n’est pas pour tout de suite - qui permettra de relier beaucoup plus rapidement les deux plus grandes métropoles du pays tout en assurant une meilleure connectivité avec le réseau ferré régional.

Cette ligne transnationale à grande vitesse est très importante pour le développement socioéconomique du pays, de sorte que son étude de faisabilité sera réalisée avec des critères prudentiels élevés. -VNA/VI