04/09/2020 16:13 GMT+7 Email Print Like 0

L’amour du Vietnam à travers l’objectif d’un architecte espagnol

À l’âge de 75 ans, l’architecte espagnol Salvador Pérez Arroyo, président du Conseil d’administration de la compagnie S Design, a 11 ans d'attachement au Vietnam à travers de nombreux voyages dans toutes les régions du pays. À travers ses clichés sur les moments authentiques et intenses présentés lors de l’exposition intitulée “Happy Street” (Rues heureuses), il a voulu  décrire la vie quotidienne dans ce pays.
L’architecte Salvador Pérez Arroyo vit  la plupart du temps à Ho Chi Minh-Ville, mais connaît très bien Hanoi, où il aime errer dans les innombrables rues. Tout récemment, il est venu à Hanoi pour organiser l’exposition intitulée « Happy Street », et aussi photographier les Vietnamiens qui doivent faire face à l’épidémie du Covid-19, des coins de rue familiers…
 

L’architecte espagnol Salvador Pérez Arroyo a choisi le Vietnam pour vivre et travailler au cours de ces 11 dernières années.


“Happy Streets” est le livre de photos dans lequel  Salvador Pérez Arroyo souhaite partager ses expériences sociologiques dans des espaces publics urbains du Vietnam.


… et cause avec une femme rencontrée dans une rue de Hanoi.

Salvador Pérez Arroyo dédicace son livre de photos “Happy Streets”…


… et cause avec une femme rencontrée dans une rue de Hanoi.


Des jeunes qui apparaissent dans des photos de  Salvador Pérez Arroyo prennent une photo souvenir avec lui lors de l’exposition “Happy Streets”.

- L’architecte Salvador Pérez Arroyo est né en 1945 à Madrid. Il a enseigné dans des universités en Angleterre, en Italie, en Pologne et aux Pays-Bas.

- Salvador Perez Aroyo est l’un des dix architects de premier rang mondial. Il est réputé pour des ouvrages comme la Tour centrale de Madrid, le Palais des sports John, le Musée scientifique de Rome, la planification de la capitale espagnole Madrid…
Il a partagé qu’en rencontrant les habitants dans tous les coins du « pays en forme de S », il était « imprégné d’énergie vitale ». « Les Vietnamiens sont chaleureux et enthousiastes, et s’orientent vers le bien. D’où l'idée de nommer mon livre photo "Happy Street" », a-t-il dit.

Les 80 photos en noir et blanc sur l’espace urbain du Vietnam présentes dans son livre  sont très vivantes. Salvador Pérez Arroyo a capturé des images joyeuses et émouvantes de personnes rencontrées partout au Vietnam : artistes de rue,  filles qui vont à la pagode,  danses dans la rue, jeunes gens qui bavardent dans des cafétérias, scènes au marché Ben Thanh, jeune couple à l’église de Tam Dao, étudiants qui prennent des photos au grand Théâtre, etc.

Avec ses clichés, il a souhaité transmettre un message positif sur la vie et la culture du Vietnam moderne. « Le Vietnam d’aujourd’hui est un pays moderne qui change rapidement d’une année à l’autre. C’est un pays radieux avec une société en constante évolution et des espaces publics dynamiques et créatifs. Mes photos s’orientent vers la diversité culturelle et les habitudes de l’homme dans la vie moderne », a-t-il partagé.

Expliquant la raison pour laquelle il a choisi le noir et blanc, Salvador Pérez Arroyo a souligné que c’était pour attirer l'attention sur des choses constantes et immuables. Selon l’auteur, le noir et blanc rendra l'image «concentrée à ses qualités essentielles ». Il a nommé son livre « Rues heureuses » car, comme il l’a partagé, dès ses premiers jours au Vietnam, il a été fasciné par le dynamisme du pays.

Les photos ont été prises dans des espaces publics. Les commentaires de chaque cliché sont la vision de l'architecte espagnol sur la réalité de la vie dans le pays. Au Vietnam, il n’est pas difficile de bavarder avec les gens dans les rues et Salvador Pérez Arroyo a capturé les images d’habitants de nombreuses villes et des personnes de différentes tranches d’âges.

Son grand plaisir est de s’installer dans une cafétéria à Hanoi pour écrire et dessiner dans son carnet de poche, tout en appréciant une tasse de café et sentant le temps qui passe. Il se sent attaché à cette culture millénaire.  



Photo « Marché des Hoa » à Ho Chi Minh-Ville.


Le personnage de la photo   rappelle  l’actrice Audrey Hepurn dans le film « Breakfast at Tiffany's » (Petit déjeuner chez Tiffany).


“Danse dans la rue”, photo gravée dans la mémoire de l’auteur, lorsqu’il parle d’une « œuvre d’art réalisée librement, avec enthousiasme et de manière spontanée par des artistes ».


Cette photo a été prise au lac de l’Epée restituée au coucher du soleil lorsque des couples marchent lentement et jettent leurs silhouettes sur la surface du lac.


Photo d’une mariée et d’un marié au nouveau Centre d’exposition de la ville de Ha Long, province de Quang Ninh.


Jeunes filles en tenue traditionnelle dans la ville de Hue, traversant la rue, tout près d’un vieux pont de fer.


Le bonheur des habitants de Hanoï lorsqu'ils passent du temps en famille et profitent ensemble de la joie commune.

Son grand plaisir est de s’installer dans une cafétéria à Hanoi pour écrire et dessiner dans son carnet de poche, tout en appréciant une tasse de café et sentant le temps qui passe. Il se sent attaché à cette culture millénaire. 

Pendant trois années consécutives il est allé partout, a photographié et écrit ce qui s’est passé dans de nombreuses villes vietnamiennes. Salvador Pérez Arroyo a tout exprimé dans son exposition “ Happy Street”. Le public peut admirer des images vibrantes de la vie.

A côté de chaque photo, Salvador Pérez Arroyo précise le lieu, le moment et le contexte. Par exemple, pour une photo de  jeune fille   appuyée contre un vieux mur avec des yeux pensifs, il a écrit: «J'adore les petites rues et les coins cachés de Hanoi. En déambulant dans le vieux quartier de la capitale, je me sens joyeux et serein. Je peux découvrir de nombreux endroits et des gens particuliers, ouverts et amicaux. Ce quartier a de petites rues avec des puits où la lumière brille à travers. Je peux facilement y trouver des sentences parallèles, des calligraphies et des vestiges anciens… ». ./.

 
Au Vietnam, l’architecte Salvador Pérez Arroyo et la compagnie S Design ont conçu de nombreux ouvrages comme le Théâtre de la Police populaire, le parc FLC Sam Son, le pont Thu Thiem, etc.

Avec “Happy Streets" il souhaite partager ses expériences sociologiques dans des espaces publics urbains, et la découverte de la culture du Vietnam moderne.

Texte : Bich Van  -  Photo : Thanh Giang
Articles Déjà publiés