06/04/2016 18:04 GMT+7 Email Print Like 0

La lutte contre la sécheresse et l'intrusion saline dans le delta du Mékong

Le delta du Mékong est connu comme le pays des « Gao trang, nuoc trong » (Riz blanc et eaux claires) et le plus grand « grenier à riz, à fruits et à produits aquatiques » du paysMais actuellement, la région connaît sa sécheresse la plus grave depuis près d'un siècle, avec en plus le phénomène d'intrusion saline. L'eau des rivières est devenue salée, les canaux se tarissent et les champs sont stériles. La pénurie d'eau douce provoque non seulement de grosses pertes dans les zones rizicoles et aquacoles, mais aussi d'énormes difficultés pour les habitants locaux. 
Les agriculteurs sont les plus touchés car leur gagne-pain est menacé

Ces dernières années, en mars, les agriculteurs du delta se préparaient pour la récolte de riz printemps-hiver. Cette année, elle est menacée par une sécheresse précoce et l'intrusion saline. La  famille de Truong Quôc Thanh est un exemple.

Il y a six ans, la famille de Thanh, originaire d'An Giang, a loué 20ha de terres pour la culture du riz dans le hameau de Kiên Thanh, commune de Kiên Binh, district de Kiên Luong, province de Kiên Giang. Sa famille avait des récoltes exceptionnelles et réalisait des bénéfices élevés. Cette année, les rizières ne donneront rien et la famille sera sans le sou.

Thanh confit tristement: «Il y a de l'eau dans les canaux, mais je n'ai pas osé pomper parce que l'eau salée fera mourir les plants de riz plus rapidement». Chaque jour qui passe, le riz meurt et ses 20 ha de rizières ne produiront vraisemblablement rien cette année.


À la mi-mars, l'ensemble des 13 provinces du delta du Mékong était gravement touchés par la sécheresse
et l’intrusion d'eau salée, les plus graves depuis un siècle. En image: L'intrusion d’eau salée dans les rizières
de la famille de Nguyên Van Phuong (hameau de Ca Chanh, commune de Phong Dông,
district de Vinh Thuân, province de Kiên Giang). Photo: Nguyên Luân/VNP



La sécheresse et l’intrusion d'eau salée les plus sévères depuis un siècle. Photo: Nguyên Luân/VNP


Fossés à sec dans le hameau de Hoà Phuoc (commune de Thach Lôc, district de Châu Thành,
province de Kiên Giang). Photo: Nguyên Luân/VNP



Trân Thi Châu, une fermière de Rach Gia, province de Kiên Giang, sur son terrain devenu stérile.
Photo: Nguyên Luân/VNP





La sécheresse et les intrusions d'eau salée ont lieu au moment où les plants de riz sont prêts à germer.
Le manque d'eau douce empêche la croissance. Photo: Nguyên Luân/VNP



Nguyên Van Phuong, un fermier du hameau de Ca Chanh, commune de Phong Dông, district de Vinh Thuân,
province de Kiên Giang, recueille des couches de sel sur ses champs. Photo: Nguyên Luân/VNP



Les agriculteurs du district de Mo Cay Nam, (Bên Tre) doivent utiliser l'eau de pluie stockée lors de la saison
des pluies précédente. Photo: Nguyên Luân/VNP



Nguyên Van Tu (hameau de Xeo Quao A, commune de Nam Thai, district d’An Biên, province de Kien Giang) doit
creuser jusqu'à 90m de profondeur pour rechercher de l'eau. Photo: Nguyên Luân/VNP



Les habitants du hameau No. 5,  commune d’An Hiêp, district de Ba Tri, province de Bên Tre,
creusent un grand puits. Photo: Nguyên Luân/VNP



Lê Công Trinh (hameau No. 8, commune d’An Hiêp, district de Ba Tri, province de Bên Tre) pompe
l'eau douce d'un puits qu’il a creusé dans des cannes à utiliser ou vendre à d'autres
personnes. Photo: Nguyên Luân/VNP

Le Mékong prend sa source dans le plateau tibétain à une altitude de 5.000 m. Il traverse la province chinoise du Yunnan, le Myanmar, le Laos, la Thaïlande, le Cambodge et le Vietnam. Selon les scientifiques, le delta du Mékong va perdre 600.000 tonnes de produits aquatiques, 224.000 tonnes de produit agricole/an. La perte totale des secteurs de l'agriculture et de la pêche sera d'environ 5.200 milliards de dongs.
Selon les experts, la saison des pluies de 2015 est venue en retard et a pris fin plus tôt que d’habitude, avec ensuite une saison sèche précoce qui a conduit à une diminution considérable des ressources en eau. Les nombreux ouvrages hydroélectriques sur le haut-Mékong et le phénomène El Nino ont aggravé les choses. Ces «doubles impacts» ont provoqué des «doubles effets».

Cette année, l'eau salée est apparue deux mois plus tôt et s’est répandue plus en amont des grands fleuves, comme Tiên, Hâu, Vàm Co et Cai Lon. Dans certaines régions, l'eau salée a pénétré 70 à 90km à l’intérieur des terres, 20-30km de plus que les années précédentes.

Kiên Giang, Bac Liêu et Cà Mau sont les provinces les plus durement touchées. L'intrusion de la salinité dans la province de Kiên Giang est plus grave et plus difficile à contrer, car cette province borde la mer et la rivière Cai Lon. Les agriculteurs des districts de Kiên Luong, An Biên, An Minh, Vinh Thuân et U Minh Thuong se sont efforcés de sauver leur rizières par tous les moyens, mais ils ont échoué. Malgré le remplacement 3-4 fois de ses plants de riz morts, Nguyên Van Phuong, du hameau de Ca Chanh, commune de Phong Dong, district de Vinh Thuân, n'a pu sauver ses rizières. Devant ses plants en train de dépérir, il n’a pu retenir ses larmes.

La salinisation qui réduit la quantité d'eau douce dans de nombreuses régions et la sécheresse prolongée tarit les sources souterraines, affectant gravement la vie de la population locale. Les habitants des districts d’An Biên, An Minh et Kiên Luong (province Kiên Giang) sont confrontés à d'énormes difficultés dues à la pénurie d'eau propre. Dans de nombreuses régions, les habitants doivent forer des puits, de 90m de profondeur parfois, pour obtenir de l'eau douce.

Dans la province de Bên Tre, 160 des 164 communes manquent d'eau douce. Les habitants doivent économiser l'eau de différentes façons. Jamais auparavant, les habitants du delta n’avaient connu une telle situation.

Des solutions à court et long termes:

Selon le vice-ministre des Ressources naturelles et de l'Environnement Trân Hông Hà, la principale raison de cette grave période de sécheresse et d'intrusion saline dans le delta du Mékong est la construction de nombreux barrages sur le Haut-Mékong.

« En effet, les barrages chinois sur le Mékong sont capables de contenir 23 milliards de m3 d'eau, et ceux sur les branches du fleuve, 20 milliards de m3. La capacité de ces réservoirs a un grand impact sur la régulation de l'eau et le débit en aval.

Pendant le Têt, en Chine, la demande d'énergie a diminué, entraînant une mise en réserve de l'eau des barrages, avec des conséquences en aval. Je suis sûr que c’est la raison fondamentale
»
(Source: Journal Tuôi Tre)
Il est prévu que la situation sera pire fin mai et devrait probablement durer jusqu’à début de juin.

En mars, le secrétaire général du Parti Nguyên Phu Trong s’est rendu dans les provinces du delta du Mékong pour inspecter, encourager les gens et chercher des solutions. Le Premier ministre a donné des directives aux ministères, secteurs et localités pour mettre en œuvre un certain nombre de mesures.

À court terme, pour faire face à la sécheresse et à la salinisation dans le delta du Mékong, et à la sécheresse sévère aussi dans le Centre méridional et le Tây Nguyên, le ministère de l'Agriculture et du Développement rural a appelé les organisations internationales à  offrir une aide humanitaire d'urgence aux habitants des zones touchées, à soutenir la construction d’infrastructures pour assurer un approvisionnement en eau pour la production et l'utilisation quotidienne


Le 17 mars 2016, le secrétaire général du Parti Nguyên Phu Trong a rencontré les agriculteurs de la
commune de Tân Thanh, district de Giông Trôm, province de Bên Tre. Photo: Tri Dung / VNA



Un aqueduc pour la prévention de l’eau salée est rapidement construit dans la commune de Nam Thai A,
district d’An Biên, province de Kiên Giang. Photo: Nguyên Luân/VNP



La ville de Rach Gia, province de Kiên Giang, se hâte d’achever le réseau d'aqueducs de la rivière Kiên.
Photo: Nguyên Luân/VNP



Poteaux de bois servant à endiguer les vagues et à protéger contre l'érosion dans le district côtier d’An Minh,
province de Kiên Giang. Photo: Nguyên Luân/VNP



Un garde-forestier de la Forêt nationale d’U Minh Thuong mesure la quantité d'eau souterraine pour
la prévention des incendies de forêt. Photo: Nguyên Luân/VNP



Un agriculteur du district de Mo Cày Nam, province de Bên Tre, creuse un puits profond.
Nguyên Luân/VNP



Des pompes utilisées pour ajuster la quantité d'eau dans la Forêt nationale d’U Minh Thuong afin de protéger
la forêt contre les incendies. Photo: Nguyên Luân/VNP



Certaines familles du district de Mo Cày Nam ont investi dans des systèmes de filtration d'eau.
Photo: Nguyên Luân/VNP



Sur l’île de Tân Phu Dông, province de Tiên Giang, la culture de la citronnelle a remplacé la riziculture.
Photo: Nguyên Luân/VNP



Les agriculteurs doivent récolter le riz précocement en raison des graves intrusions d'eau salée.
Photo: Nguyên Luân/VNP

Le ministère de l'Agriculture et du Développement rural a appelé les organisations internationales à  offrir une aide humanitaire d'urgence aux habitants des zones touchées, à soutenir la construction d’infrastructures pour assurer un approvisionnement en eau pour la production et l'utilisation quotidienne…
A long terme, le gouvernement a décidé de passer à des cultures plus appropriées, de développer des plantes résistantes à la sécheresse et à l’intrusion saline, de poursuivre les recherches pour créer de nouvelles variétés, de renforcer les infrastructures techniques. Il a également appelé les pays riverains du Mékong à bien gérer les ressources en eau et les organisations internationales à financer des projets d'APD.

A long terme, l'Institut de recherche sur le riz du delta du Mékong a mis l'accent sur la recherche de variétés supportant la sécheresse et la salinité. L'institut a réussi à créer des variétés résistant à un taux de salinité de 3-4%, déjà cultivées de façon expérimentale.

En outre, les localités s’orientent vers des plantes capables de s'adapter à la sécheresse et à la salinité. Ainsi, les agriculteurs de l’île de Tân Phu Dông, dans la province de Tiên Giang, ont cultivent avec succès de la citronnelle à la place du riz.

Espérons qu’avec ces mesures à court et long termes, le delta du Mékong  surmontera ses difficultés pour rester le plus grand « grenier à riz, à fruits et à produits aquatiques » du pays./.



Face à la sécheresse et à l’intrusion d'eau salée qui sévissent dans le delta du Mékong, le Dr Nguyên Huu Thiên, un expert, a conseillé aux habitants de passer à d'autres cultures appropriées. Il a déclaré: «La riziculture dans les conditions sévères de la zone côtière est inadaptée et encore plus inadaptée à la saison sèche». 
(Source: VNExpress)


 
Texte: Son Nghia - Photos: Nguyên Luân