21/02/2017 22:28 GMT+7 Email Print Like 0

La danse «bông» - une danse de charme avec tambours cylindriques

La commune de Triêu Khuc dans le district de Thanh Tri de Hanoi est largement connue dans tout le pays non seulement comme «terre sacrée avec beaucoup de gens talentueux», mais aussi comme une performance artistique traditionnelle - la danse «Con di danh bông» ou la danse «bông» avec des tambours cylindriques. Lors de la fête du village tenue au début du printemps, les jeunes villageois se déguisent en femmes en portant une robe de femme et un beau maquillage pour danser avec des tambours cylindriques. La danse est très attrayante et charmante et divertit beaucoup de visiteurs.
Selon les anciens de Triêu Khuc, la danse «bông» n'était pas encore défini quand elle a été exécutée pour la première fois dans la région, mais les documents historiques locaux ont montré qu'elle était liée à la légende de la victoire du Grand Roi Phùng Hung qui a battu les troupes chinoises à Tông Binh, aujourd'hui la commune de Triêu Khuc.

La danse «bông» figure parmi les plus anciennes danses de Hanoi. Contrairement à d'autres danses traditionnelles, elle est jouée au service des rituels de culte lors de la fête du village de Triêu Khuc qui a lieu deux fois par an, au premier et au huitième mois lunaire, en l'honneur du Roi Phùng Hung, adoré par les villageois comme génie.

En raison de la performance spéciale de la danse concernant les rituels d'adoration tenus à la maison communale du village, lieu sacré du village, les membres de l'équipe de danse sont soigneusement sélectionnés. Il y a de huit à douze jeunes gens qui se déguisent en femmes en portant des robes, des soutiens-gorge et des fanchons, et portant chacun sur leur ventre un tambour cylindrique. Ce genre de tambour, appelé le tambour «bông», a les valeurs uniques de l'ancien peuple Cham. Les interprètes utilisent leurs mains pour battre sur les deux extrémités du tambour tout en dansant pour divertir les visiteurs avec leurs mouvements humoristiques.



Maquillage sur le danseur Bùi Van Hop, 26 ans, avant le spectacle. Photo: Công Dat 


Un danseur aide Cao Anh, qui fait partie de l'équipe de danse du village de Triêu Khuc depuis plus de 10 ans
à ceindre la tête d’un fanchon. Photo: Công Dat 



Les danseurs qui se déguisent en femmes en portant des robes colorées de femmes
et un beau maquillage, un fanchon sur la tête. Photo: Công Dat 



Ils portent sur leur ventre chacun un tambour cylindrique appelé tambour «bông». Photo: Công Dat.  


La beauté et la féminité des garçons se déguisant en femme de l’équipe de danse «bông». Photo: Công Dat.  

Selon les artisans de la commune de Triêu Khuc, les danseurs doivent effectuer habilement et en grande harmonie. Les danses et leurs battements de tambour doivent correspondre aux services de culte. A l'intérieur de la maison communale, au moment du rituel d'offrande, les artistes danseront à l’extérieurs de la maison communale au rythme des tambours. Pour chacun des trois mouvements du vin, il y aura trois performances de danse et de tambour. À ce jour, la danse «bông» dans la commune de Triêu Khuc est parmi les rares qui sont conservés comme son origine.
La danse «bông» est l'événement le plus attendu pendant la fête du village dans la commune de Triêu Khuc. Elle a été restaurée pour la préservation par l'Association des danseurs du Vietnam et l'Association des danseurs de Hanoi à travers le projet «Les danses anciennes de Thang Long-Hanoi».

 
Triêu Dinh Hông, un artisan de 65 ans, dans la commune de Triêu Khuc, a déclaré que bien que de nombreuses autres formes artistiques traditionnelles aient disparu ou aient été modernisées, la danse «bông» a été conservée dans sa performance originale.

La danse a donc des valeurs artistiques avec des empreintes uniques de la culture traditionnelle du pays en général, et de la capitale Thang Long-Hanoi en particulier./.



La danse «bông» se produit lors d'un festival du village, qui a lieu du 9 au 12 du premier mois lunaire.
Photo: Công Dat 



Les danseurs qui se déguisent en femmes en portant des robes colorées de femmes
et un beau maquillage, un fanchon sur la tête se bousculent et flirtent avec les spectateurs
pour s'amuser avec eux. Photo: Công Dat. 



 D’où vient l’adage des Hanoïens : «Affriolante comme les danseuses de «bông». Photo: Công Dat.  


Les danseurs doivent effectuer habilement et en grande harmonie entre
la danse et leurs battements de tambour. Photo: Công Dat. 



Les danseurs et leurs battements de tambour doivent correspondre aux services de culte
qui se déroulent en même temps à l'intérieur de la maison communale. Photo: Công Dat. 



L'équipe de danse du village Triêu Khuc attire de nombreux spectateurs. Photo: Trân Thanh Giang 


Les danseurs exécutent sur une route dans le village de Triêu Khuc. Photo: Thông Thiên 


Le trait unique de cette danse est que les jeunes villageois se déguisent en femmes 
pour danser avec des tambours cylindriques. Photo: Công Dat.  



 Une performance de danse «bông»Photo: Giang Huy.


 La danse «bông» a des valeurs artistiques avec des empreintes uniques de la culture traditionnelle
du pays en général, et de la capitale Thang Long-Hanoi en particulier. Photo: Giang Huy.



Bien que de nombreuses autres formes artistiques traditionnelles aient disparu 
ou aient été modernisées, la danse «bông» du village de Triêu Khuc
a été conservée dans sa performance originale. Photo: Công Dat.  

Texte: Công Dat - Photos: Công Dat, Thanh Giang, Thông Thiên et Giang Huy