25/09/2020 18:01 GMT+7 Email Print Like 0

La culture de l’artichaut gagne du terrain à Lào Cai

De plus en plus de familles paysannes à Sa Pa ont remplacé leurs cultures du riz ou du maïs par celle de l’artichaut en vue d’une meilleure valeur économique.
 
La culture de l’artichaut gagne du terrain a Lao Cai hinh anh 1Un champ d’artichaut à Lào Cai. Photo : CVN

La famille de Ma A Chu se dote de la plus grande superficie d’artichauts parmi les foyers paysans du quartier de Hàm Rông à Sa Pa, dans la province de Lào Cai (Nord). Sur 5.000 m², elle obtient de 60 à 70 millions de dôngs de recettes par récolte, tandis que l’investissement des semis et des engrais ne s’élève qu’à 15 millions. Ce qui est encore plus intéressant, c’est que l’artichaut permet trois récoltes par an.

L’exemple de cette famille n’est pas un cas isolé. Nombreuses sont celles à Sa Pa qui ont pu sortir de la pauvreté grâce à l’artichaut. C’est la Compagnie des produits pharmaceutiques Traphaco qui a pris l’initiative de développer cette culture dans cette région montagneuse. Elle s’engage également à la fourniture des semis de qualité, à l’assistance aux paysans dans les techniques culturales ainsi qu’à l’achat des produits récoltés.

Plante médicinale

Dô Tiên Si est le directeur de la filiale de Traphaco à Sa Pa. Son aventure a commencé en 2010. Alors qu’il était responsable du Service recherche et développement au sein de la société mère à Hanoi, il a été muté dans la province de Lào Cai pour développer, dans les districts de Sa Pa et Bac Hà, la culture de l’artichaut en tant que plante médicinale.

Le premier défi qu’il a dû relever a été de convaincre les communautés ethniques locales d’abandonner les cultures du riz et du maïs, peu rentables, pour se lancer dans celle de l’artichaut, une plante qu’elles ne connaissaient pas et qui jusque-là n’était cultivée qu’à Dà Lat, province de Lâm Dông, sur les Hauts Plateaux du Centre.

"Le plus difficile a été de gagner leur confiance. J’ai frappé à toutes les portes. Les premières familles qui ont accepté de participer au projet ont bénéficié d’un suivi particulier. Nous leur avons fourni des plants, une assistance technique et avancé des fonds pour qu’elles appliquent nos normes de production. Leur succès a inspiré de nombreux autres foyers", a-t-il raconté.

L’artichaut est le principal composant de Boganic, un médicament aux vertus protectrices pour le foie créé par Dô Tiên Si et ses collègues, deux fois reconnu comme faisant partie des dix meilleurs produits vietnamiens. – CVN/VNA/VI