16/10/2019 15:41 GMT+7 Email Print Like 0

EVFTA: le Vietnam face aux exigences sur l'origine des marchandises

L’Accord de libre-échange Vietnam - Union européenne  (EVFTA)  est le  premier accord intégral de l’UE signé avec un pays asiatique en développement concernant l’ouverture du marché.
Au-delà des engagements sur le commerce, les services et les investissements, l’EVFTA inclut également des questions concernant les institutions et les cadres réglementaires dans divers domaines clés comme l’environnement, l’emploi, les entreprises étatiques, la propriété intellectuelle, les achats du gouvernement et les investissements publics, etc.

Cet accord éliminera plus de 99% des tarifs douaniers sur une période de sept ans. L’accord supprimera également les barrières non tarifaires dans l’industrie automobile, et assurera la protection des indications géographiques pour 169 produits de l’Union européenne. Les entreprises européennes bénéficieront de droits égaux avec celles du Vietnam en ce qui concerne les contrats d’investissement public du gouvernement vietnamien.

L’Accord de libre-échange Vietnam - Union européenne  (EVFTA) présente pour le Vietnam à la fois des avantages et des défis. Le processus de production, l’origine des produits et le contrôle de la qualité appliqués à   plusieurs secteurs seront des défis pour le Vietnam, qui devra répondre à des critères stricts d’importation sur le marché de l’Union européenne (UE). 

 

Chaîne de production de mangues pour l’exportation. Photo : AVI


Bonbons au coco de la marque Hoang Yen, exportés vers l’Europe et les Etats-Unis, fabriqués à partir de cocotiers cultivés dans la province de Ben Tre. Photo : VI


Chaîne de traitement des poissons tra pour l’exportation  dans le delta du Mékong. Photo : AVI


Selon les statistiques du département général des Douanes, le chiffre d’affaires des exportations de bois et  produis de bois du Vietnam a atteint en 2018, 8.909 milliards d’USD, soit une hausse de 15,7% par rapport à 2017. Photo : VI


Le chocolat Kimmy’s Chocolate est fabriqué à partir de cacao extrait des cacaoyers cultivés dans le delta du Mékong. Photo : VI


“K’Ho Coffee” est une marque commerciale du café typique du Haut Plateaux du Centre, créée par Joshua, un Américain, et sa femme Liêng Rolan, d’ethnie K’ho, province de Lâm Dong . Photo : VI

Par exemple, pour les produits en bois vietnamiens, il faudra prêter attention à l’origine du bois, et fournir un certificat montrant que le bois est exploité dans des forêts autorisées.

Un autre exemple: en novembre 2017 le Vietnam a reçu un avertissement (« carton jaune ») de la Commission européenne (CE) pour ses activités d’exploitation illégales de produits halieutiques. Si le pays n’améliore la situation, ses exportations de produits aquatiques vers l’UE seront totalement interdites.

L’Accord EVFTA stipule des règles strictes en termes d’origine des produits. En se basant sur l’accord et la règlementation sur l’origine, le ministère de l’Industrie et du Commerce  a récemment rédigé un projet portant sur l’origine des produits, comprenant 4 chapitres et 16 articles.

Pour affirmer l’origine des marchandises vietnamiennes, la règlementation stipule de choisir  un des ces groupes de mots : « produits du  Vietnam »ou « produit vietnamien », « marchandise du Vietnam » ou « marchandise vietnamienne », « fabriqué au Vietnam » ou « fabriqué par le Vietnam »….

S’exprimant à la conférence récapitulative en ligne du 1er semestre du secteur des  Finances, tenue mi-juillet dernier, le vice-Premier ministre Vuong Dinh Hue a demandé au ministère des Finances, au département général de la Douane et  aux organes compétents de renforcer la supervision, de contrôler les fraudes commerciales  et la fausse origine des marchandises vietnamiennes. Le dirigeant a affirmé ne pas tolérer les investissements illégaux dont les sociétés à fonds étranger (FDI) qui importent des produits non originaires du pays  et puis les commercialise comme  produits vietnamiens./.

 
Texte:  Phong Thu – Photos: VI, AVI
Articles Déjà publiés