08/11/2017 17:48 GMT+7 Email Print Like 0

APEC 2017 : Le modèle de zone économique spéciale en débat

 Le modèle de zone économique spéciale peut créer une percée dans le développement économique, ont estimé les économistes et officiels réunis lors d’un séminaire tenu mardi 7 novembre à Dà Nang dans le cadre du Sommet des affaires du Vietnam.

Ce modèle est censé devenir un nouveau moteur de la croissance, a déclaré Vu Thành Tu Anh, directeur de recherche au Programme d’enseignement économique Fulbright à Hô Chi Minh-Ville et membre du groupe de conseillers économiques du Premier ministre.

Au Vietnam, où ce modèle est appelé unité économique spéciale, il devrait opérer une nouvelle percée dans le développement économique, non seulement pour les provinces qui l’adoptent mais aussi pour le Vietnam, a-t-il poursuivi.

Les zones économiques spéciales et zones de libre-échange sont le fruit du processus de la mondialisation. Leur fonction est d’exploiter les ressources internationales en matière de technologies avancées, de capitaux, de ressources humaines de haut niveau, mais aussi les initiatives de développement afin de soutenir l’économie locale comme nationale.

Le vice-ministre du Plan et de l’Investissement Nguyên Van Trung a fait remarquer que la mise en place des moyens par nombre de pays pour construire des zones économiques spéciales n’était pas aussi simple que l’on pourrait le croire.

Le plus grand gain qui en résulte, c’est qu’on attire des capitaux étrangers pour apprendre des technologies, des compétences d’administration, des modalités d'organisation de la société, de l’environnement, et de là, s’intégrer plus profondément dans l’économie mondiale, a-t-il indiqué.

L’initiative de créer des zones économiques spéciales a été avancée, en décembre 1997, lors du 4e plénum du comité central du Parti communiste du Vietnam (VIIIe mandat). En 2002, le pays a décidé d’expérimenter le modèle de zone économique ouverte, celle de Chu Lai dans la province de Quang Nam (Centre), mais aussi plusieurs zones économiques sur le littoral.

Jusqu’à présent, le Vietnam compte 18 zones économiques, mais aucune zone économique spéciale où les lois économiques sont plus libérales, donc plus avantageuses pour les investisseurs, que celles pratiquées dans le reste du pays.

Dans la résolution de sa réunion périodique de novembre 2016, le gouvernement vietnamien a autorisé la création de trois zones économiques spéciales que sont Vân Dôn (province de Quang Ninh), Bac Vân Phong (province de Khanh Hoa) et Phu Quôc (province de Kiên Giang).

Le ministre du Plan et de l’Investissement, Nguyên Chi Dung, a récemment déclaré que les trois facteurs clés qui rendent ces zones plus attrayantes aux yeux des investisseurs sont des procédures administratives simplifiées, des incitations fiscales (taxes peu élevées), et un emplacement géographique stratégique. - VNA/VI