28/07/2016 14:59 GMT+7 Email Print Like 0

La sentence de la CPA «servira de base» aux pourparlers avec la Chine

Le président philippin Rodrigo Duterte a affirmé mercredi 27 juillet que son pays se servira de la décision de la Cour permanente d’arbitrage (CPA) de La Haye comme base pour des pourparlers directs avec Pékin.

Le président Rodrigo Duterte a dit au secrétaire d’Etat américain John Kerry à Manille que les pourparlers avec la Chine vont «commencer par cette décision», a fait savoir son porte-parole Ernesto Abella.

Saisie par Manille en 2013, la Cour permanente d’arbitrage de La Haye (Pays-Bas) a estimé le 12 juillet que la Chine n’avait pas de «droits historiques» sur la majorité des eaux stratégiques de la mer de Chine méridionale et qu’elle avait «violé les droits souverains» des Philippines.

Les Philippines ont salué la décision d’arbitrage rendue mais ont appelé aussitôt les parties concernées à faire preuve de retenue et de sobriété, tandis que Pékin a déclaré que «la décision était nulle et non avenue » et ne serait ni acceptée ni reconnue par la Chine.

Mais pour le chef de la diplomatie américaine, Pékin et Manille doivent engager le dialogue. «La décision en elle-même est contraignante mais nous ne cherchons pas à créer la confrontation. Nous tentons de trouver une solution en tenant compte du droit des populations établi par la loi», a indiqué John Kerry.

Washington voit dans cette décision «l’opportunité» pour les pays ayant des revendications sur la zone de régler leurs différends de manière pacifique, a dit le chef de la diplomatie américaine.

«Nous espérons assister à un processus qui réduira la portée géographique des disputes maritimes, instaurera un code de conduite dans les zones contestées, conduira à des solutions mutuellement acceptables, peut-être même à une série de mesures susceptibles d’établir la confiance».– VNA/VI
Articles Déjà publiés