24/06/2016 09:49 GMT+7 Email Print Like 0

Une maison ancienne du Nord dans un pot à bonsaï

Lors du 1er  Festival des arbres et animaux d’agrément de la capitale, tenu au printemps 2016 dans la zone urbaine du village Vinhomes, district de Long Biên, les visiteurs ont été enchantés par un délicat travail intitulé «La maison natale de mon père», installé dans un pot à bonsaï de 4 m², dont l’élément le plus remarquable était, outre ces fameux bonsaïs, une maison ancienne à l’architecture typique du Nord.
Le propriétaire est Nguyên Ngoc Quy, membre du Club de bonsaïs Hoa Phuong (Fleurs de flamboyant) à Hai Phong. Tous les détails de la maison ont été faits à la main minutieusement, dont tuiles, briques… et même les meubles à l'intérieur de la maison.

Nguyên Ngoc Quy a confié qu'il a été très chanceux d’acquérir cette œuvre, travail remarquable d’un enseignant. «J’aime les souvenirs du temps passé et je suis intéressé par des œuvres artistiques traditionnelles et les bonsaïs. Quand j’ai vu l'œuvre, j’ai tout de suite voulu l’acheter.», a ajouté Quy.



Panorama «La maison natale de mon père» avec arbres, embarcadère, étang à poissons ...
dans un pot à bonsaï de 4m2.



Détails de la maison.


Une maison à trois travées avec des briques, des piliers portant les caractéristiques d’une maison traditionnelle du Nord.  


... Et les murs de briques avec des rangées d’arbres verdoyants...


... Ou le chemin vicinal en face.


Jarre, réservoir d'eau de pluie et 
tuyau de conduite d'eau de pluie...


L'espace de la grande cour est ombragé par un arbre séculaire et à côté gauche une étable de volailles et de bétail.


Le côté droit de la maison est la cuisine et le lieu pour le décorticage du riz.


Ponceau servant de lavoir devant la maison, une image familière des villages du Nord.


Meule de paille dans un coin de la cour, détail indispensable de la maison à la campagne du Nord.


Une autre caractéristique du complexe architectural traditionnel est que les aréquiers sont plantés
au devant de la maison et les bananiers au derrière.



Tous les détails (la véranda, des murs de briques de mousse, la cour, les arbres ... créent des sentiments familiers.


Selon le propriétaire de ce travail, chaque détail a été fait manuellement.


L’oeuvre «La maison natale de mon père» a reçu un grand intérêt des amateurs de bonsaï,
un espace qui rappelle le village du Nord pour les visiteurs.



L’oeuvre «La maison natale de mon père» de Nguyên Ngoc Quy membre du Club de bonsaïs Hoa Phuong, Hai Phong a
attiré l'attention des amateurs de bonsaï et des visiteurs au 1er 
Festival des arbres et animaux d’agrément de Hanoi 2016.

Selon lui, il a fallu plus de trois ans à  l'enseignant pour  achever cette maison qui « me rappelle le village natal de mon père » a confié Quy, d’où le nom de l’œuvre. L'enseignant a créé chaque tuile, chaque brique… pour construire la miniature. Nguyên Ngoc Quy a ensuite ajouté des plantes et un étang...  pour magnifier la scène.

En raison de l'urbanisation galopante, les maisons au style architectural traditionnel avec jardin, étang et murs de briques sont progressivement remplacées par des bâtiments modernes à étages. A tel point qu’il est de plus en plus difficile pour la jeune génération de savoir ce que veut dire « maison traditionnelle ». L’harmonieuse œuvre «La maison natale de mon père» rappelle aux visiteurs de belles images du passé et montre au jeunes citadins un patrimoine bâti qu'ils ont peu l'occasion de rencontrer.

Le Festival des arbres et animaux d’agrément de Hanoi vise à renforcer les liens entre recherche, production et vente de plantes ornementales, contribuant au programme de développement rural et à la restructuration du secteur agricole./.



 

Devant cette œuvre d'art, on peut reconnaître la méticulosité et le souci du détail de l’artisan dans l'organisation des tuiles et des briques qui se chevauchent régulièrement, dans l’installation de l’étable à buffle ou de l’endroit de décorticage du riz.


Texte & photos: Công Dat