14/12/2020 10:25 GMT+7 Email Print Like 0

Un serpent irisé aux écailles réfléchissantes découvert au Vietnam

 Le Musée national d’histoire naturelle du Smithsonian de l’Institution du Smithsonian a annoncé la découverte plus tôt cette semaine, en accord avec un article scientifique publié dans la revue Copei qui la décrit. 
 
Un serpent irise aux ecailles reflechissantes decouvert au Vietnam hinh anh 1La nouvelle espèce de serpent appelée Achalinus zugorum récemment trouvée à Hà Giang. Photo : smithsonianmag.com.

Une équipe internationale de chercheurs a trouvé un seul spécimen de ce serpent sur une route dans une forêt karstique de la province de Hà Giang (au Nord du Vietnam) en 2019.

Le serpent irisé appartient à l’un des types de reptiles les moins étudiés au monde. Il est nommé nommé Achalinus zugorum en l’honneur du conservateur retraité de reptiles et d’amphibiens du Smithsonian, George Zug et de son épouse, Patricia Zug.

L’Achalinus zugorum appartient à un genre de serpents endémiques d’Asie connus sous le nom d’Achalinus, également connu sous le nom de "serpents à écailles étranges" en anglais parce que leurs écailles s’étalent au lieu de se chevaucher comme la plupart des serpents.
Ils sont également uniques du fait de leur absence de photorécepteurs de lumière vive dans leurs yeux, ce qui suggère qu’ils s’enfouissent sous les feuilles ou le sol. Ces différences peuvent s’expliquer par le fait que la nouvelle espèce est issue de l’arbre évolutionnaire du serpent plus tôt que la plupart de ses pairs.

La découverte a eu lieu lors d’une enquête plus large sur la biodiversité des reptiles et des amphibiens dans le Nord du Vietnam, financée par l’Initiative mondiale sur le génome de l’Institution du Smithsonian.

Les scientifiques avaient déjà découvert une espèce différente de serpent à écailles étranges dans la province voisine de Quang Ninh et avaient annoncé que des recherches continues étaient nécessaires pour comprendre et découvrir de nouvelles espèces de reptiles et d’amphibiens et les écosystèmes dont ils font partie. 

«L’objectif est de trouver éventuellement des moyens pour que l’environnement et les gens coexistent », a déclaré Aryeh Miller, l’un des chercheurs et membre du Musée national d’histoire naturelle du Smithsonian.

Le spécimen d’Achalinus zugorum a été amené au Smithsonian afin que son ADN puisse être séquencé et ajouté au biorepository. Il sera ensuite renvoyé au Vietnam pour être catalogué. – NDEL/VNA/VI