06/05/2020 09:20 GMT+7 Email Print Like 0

Un magazine américain loue "la force du vélo" pendant la guerre au Vietnam

Avec la topographie du Vietnam montagneuse et forestière, les vélos furent un outil formidable et d’ailleurs surnommés les "chevaux d'acier de l'Armée vietnamienne".

C’est ce qu’a écrit Arnold Blumberg dans son article Pedal Power - Bicycles in Wartime Vietnam, publié récemment sur le magazine américain Historynet.com.

Selon l'article, le Vietnam a vaincu la France et les États-Unis dans sa lutte pour l'indépendance et la défense nationale grâce à la "volonté de fer" et à l'endurance de millions de Vietnamiens, qui utilisèrent des moyens de transport rudimentaires contre des technologies de combat modernes.

Bien que les véhicules rudimentaires comme les vélos aient été négligés par leurs adversaires, ils se sont révélés être des outils indispensables pendant la guerre de résistance contre les colonialistes français, puis les impérialistes américains. Au cours de la bataille de Dien Bien Phu, l'armée vietnamienne  combina de nombreux modes de transport différents et possédait le plus grand nombre de vélos militaires de l'histoire. Selon Historynet.com, à cette époque, 60.000 personnes utilisèrent un vélo pour cette campagne historique.

Le maintien de la piste de ravitaillement par vélos a complexifié la situation pour l'armée coloniale française. Non seulement il n'était  pas possible d'avoir suffisamment d'avions pour détruire cette piste, mais les colonialistes français eurent  aussi du mal pour identifier les cibles car le vélo se déplace de façon invisible dans la jungle.

Dans la lutte contre le colonialisme français et l'impérialisme américain, l'armée vietnamienne utilisa  souvent des vélos Peugeot (France) puis Favorit (R. tchèque). Le magazine Historynet a rapporté qu'au cours de la période 1961-1962, l'un des vélos Favorit de l'armée vietnamienne  transporta 100 tonnes.

Avec sa grande capacité de chargement, le vélo fonctionna très efficacement sur les pistes étroites pendant la saison sèche et était particulièrement facile à réparer et à entretenir. Au cadre étaient ajoutées des tiges de bambou, des morceaux de bois et de métal pour augmenter la résistance. En outre, le guidon fut équipé d'un bâton en bois ou en bambou pour être plus  facilement conduit.

Un vélo de l'armée vietnamienne, une fois chargé, pouvait porter 440 pounds (soit 199,58 kg), un maximum de 600 pounds (272,15 kg).

Le record est de 724 pounds (328 kg), enregistré pendant la bataille de Dien Bien Phu. En 1964,  un vélo   pouvait charger 924 pounds (419 kg) le long de la piste Ho Chi Minh. Ces vélos sont appelés "steel horses" par Historynet.com.

En plus de transporter des personnes et du matériel militaire, les vélos répondirent également aux besoins de transport de soldats blessés. Selon Historynet, en 1968, un fournisseur de vélos Peugeot a produit un modèle spécial pour l'armée vietnamienne, comprenant boîte d’instruments médicaux et chirurgicaux, et deux phares pour éclairer une petite zone de soins.

Pendant la guerre contre l'impérialisme américain, l'armée vietnamienne utilisa des centaines de milliers de vélos. Ces deux-roues furent également appelés "pickup trucks" par les Américains.

Bien que l'armée vietnamienne ait utilisé beaucoup de camions sur les champs  de bataille du Sud, les vélos ont continué à servir de moyen de transport pour l'armée. Le magazine américain Historynet a résumé que, dans la jungle, les vélos  devinrent un contrepoids dans la confrontation avec la meilleure technologie de guerre du XXe siècle que les empires occidentaux possédaient. -CPV/VNA/VI