28/09/2017 09:20 GMT+7 Email Print Like 0

Un exercice américano-philippin de libération d’otages au nord de Manille

Les Etats-Unis et les Philippines ont terminé mardi 26 septembre un vaste exercice de libération de passagers pris en otages par des pirates de l’air au nord de la capitale philippine Manille.

Environ 1.200 personnes ont été mobilisées dans le cadre de cet exercice grandeur nature conduit cinq jours durant par les forces spéciales philippines et des conseillers américains.

Cet exercice conjoint, le premier de ce genre, consiste à libérer les passagers d’un avion sur un vol Sydney – Honolulu contraint par 8 hommes armés de l’Etat islamique  (EI) d’atterrir en urgence à l’aéroport international de Clark, sur l’île de Luçon.

Il s’est déroulé dans le contexte où les forces spéciales américaines offraient leur assistance à l’armée philippine pour libérer Marawi, ville du sud de l’archipel en partie occupée par des combattants liés à l’EI.

En mai 2000, un Airbus A330 de la compagnie Philippine Airlines (PAL), qui assurait la liaison entre Davao (sud) et Manille, avait atterri sans incident à Manille après une tentative de détournement par un pirate de l’air.

Le pirate de l’air armé d’un pistolet et d’une grenade, a pris le contrôle de l’appareil peu avant qu’il ne se pose à Manille en réclamant qu’il fasse demi-tour sur Davao.

Lorsqu’il lui a été expliqué que l’avion ne disposait pas de suffisamment de carburant pour ce vol, il a demandé de l’argent aux passagers avant de réclamer de pouvoir sauter en parachute.

L’appareil a alors été dépressurisé pour lui permettre d’ouvrir la porte et de sauter en parachute au-dessus de Marikina, un faubourg de Manille, sans dommage pour les 278 passagers et 11 membres d’équipage. – VNA/VI