10/01/2018 09:08 GMT+7 Email Print Like 0

Trinh Xuân Thanh refuse de prendre la responsabilité

 L’accusé Trinh Xuân Thanh a refusé de prendre la responsabilité concernant la demande d’une avance sur le contrat du projet de centrale thermique Thai Binh 2, mardi 9 janvier lors du 2e jour du procès de l’affaire survenue à PetroVietnam et à PetroVietnam Construction Joint Stock Corporation (PVC). 


L’ancien président du Conseil des membres de PetroVietnam, Dinh La Thang, a désigné PVC pour exécuter l’enveloppe EPC (ingénierie, approvisionnement et construction) dudit projet contrairement aux réglementations de l’Etat, selon l’accusation. 

L’ancien président du Conseil d’administration de PVC Trinh Xuân Thanh a dit que la sollicitation d’une avance de trésorerie ne lui concernait pas car elle relevait de la compétence du directeur général de PVC, et que le conseil d’administration est habilité à décider de la dépense. 

Trinh Xuân Thanh est poursuivi pour "actes volontaires contraires aux réglementations de l’Etat relatives à la gestion économique, causant de graves conséquences" et "détournement de biens", et Dinh La Thang, pour "actes volontaires contraires aux réglementations de l’Etat relatives à la gestion économique, causant de graves conséquences". 

Devant les juges, l’accusé Nguyên Manh Tiên, ancien directeur général adjoint PVC, a dit avoir signé les documents pour demander à PetroVietnam de verser une avance, sur instruction de Trinh Xuân Thanh et sur la base de l’accord EPC N°33. 

L’accusé Dinh La Thang a dit que la désignation par PetroVietnam de PVC comme entrepreneur principal pour le projet de centrale thermique Thai Binh 2 découlait de la préconisation de réaliser la stratégie de faire de PetroVietnam en un groupe économique puissant, multisectoriel, et d’accroître rapidement son chiffre d’affaires. 

En février 2009, le Premier ministre avait acquiescé à la préconisation d’autoriser PetroVietnam à désigner ses unités membres pour mettre en œuvre ses projets. PetroVietnam a donc construit certaines compagnies filiales, dont PVC, versées dans divers secteurs d’activité. 

Le gouvernement avait donné instruction de lancer dans les meilleurs délais le projet de centrale thermique Thai Binh 2, et les travaux coûteraient plus de temps avec un consortium qu’avec un entrepreneur principal selon l’accusé Dinh La Thang qui a dit avoir sollicité l’aval gouvernemental pour que PVC soit l’entrepreneur général. 

Le projet de centrale thermique Thai Binh 2 a conduit le groupe PetroVietnam à signer avec PVC le contrat EPC N°33 et à lui avancer 6.607.500 dollars et plus de 1.312 milliards de dôngs. 

Mais une fois l’argent décaissé, 1.115 milliards de dôngs ont été utilisés à d’autres fins que celles prévues. Le Parquet populaire suprême a déclaré que les actes commis par Dinh La Thang et les autres coaccusés ont causé des préjudices de près de 120 milliards de dôngs à l’Etat. - VNA/VI