22/08/2021 11:37 GMT+7 Email Print Like 0

Traduction : la civilisation matérielle d’Oc Eo à pleins volumes

Une soixantaine d’années après la publication de ''L’archéologie du delta du Mékong'' de Louis Malleret, une œuvre monumentale en quatre tomes, la maison d’édition "Tông hop'' de Hô Chi Minh-Ville vient de publier le deuxième tome traduit en vietnamien et intitulé ''Van minh vât chât Oc Eo''.

Louis Malleret (1901-1970), archéologue et ancien directeur de l’École française d’Extrême Orient, est l’auteur du livre " L’archéologie du delta du Mékong ", fruit de nombreuses années de fouilles, notamment dans la province d’An Giang. C’est lui qui a découvert et donné son nom à la ville portuaire d'Oc Eo, la plus importante du royaume Fou-nan entre le Ier et le VIIe siècle.

La maison d’édition "Tông hop" de Hô Chi Minh-Ville a présenté au public le deuxième tome de l’ouvrage, du nom "Van minh vât chât Oc Eo" (La civilisation matérielle d’Oc Eo), traduit par Nguyên Huu Giêng, Nguyên Thi Hiêp et Olivier Tessier.

Proposition de l’inscription à la liste du patrimoine mondial

Les résultats de recherche de Louis Malleret font encore autorité aujourd’hui et la traduction de cet ouvrage permettra aux étudiants et aux chercheurs de découvrir la culture et la vie d’Oc Eo à l’époque où elle était une ville importante.

Cette traduction s’inscrit aussi dans le projet de faire reconnaître par l’UNESCO le site de fouilles archéologiques d’Oc Eo – Ba Thê comme patrimoine culturel de l’humanité.

Vu Thi Yên, représentant de la maison d’éditions Tông hop de Hô Chi Minh-Ville, explique que le deuxième tome "La civilisation matérielle d’Oc Eo" est réparti en deux livres (le principal et l’annexe). Alors que le principal porte sur le processus du travail archéologique, la description des objets découverts, l’annexe, elle, donne à voir des images des objets et outils retrouvés lors des fouilles.

Plus précisément, le principal livre se compose de trois parties. La première aborde les outils de production et objets utilisés dans la vie quotidienne, fabriqués de pierres ou d’os d’animaux. La deuxième présente des outils et objets en terre cuite utilisés dans le cadre de la production de la céramique et de métal. La dernière porte sur les études sur les techniques de la production de bronze et de fer, les objets en métal comme des statues de Bouddha et de génies, instruments de musiques, bijoux et autres objets originaires de l’étranger découverts dans le site de fouilles archéologiques d’Oc Eo - Ba Thê.

L’archéologie du delta du Mékong est riche non pas seulement de ses résultats mais aussi de sa méthodologie. C’est pour cela que la traduction en vietnamien pourra aussi servir d’un très bon manuel aux futurs étudiants en archéologie.

Tout ce travail a permis d’identifier d’anciens objets, des manières de production, les processus techniques ainsi que les types d’échanges qu’effectuaient les habitants d’Oc Eo avec ceux d’autres cités voisines. – CVN/VNA/VI