27/07/2017 09:32 GMT+7 Email Print Like 0

Roumanie, nouveau marché pour la main-d’œuvre vietnamienne

 Le chantier naval Var, dans la ville de Tulcea, au Sud-Est de la Roumanie, au bord de la mer Noire, est l’un des plus grands acteurs dans la construction navale de ce pays.

Il a signé un contrat avec la Compagnie générale d'import-export et de construction du Vietnam (Vinaconex) pour embaucher 300 soudeurs et serruriers vietnamiens afin de combler la pénurie de main-d'œuvre dans ce domaine, tandis que le chantier fonctionne à pleine capacité en recevant un grand nombre de commandes.

«Nous confions au partenaire vietnamien la mission d’embaucher des ouvriers. Dans la première étape, 300 soudeurs et serruriers seront envoyés sur notre site. Nous avons besoin de main-d’œuvre. Il y a beaucoup de commandes de construction de navires, et nous n’avons plus de soudeurs locaux», a souligné Tudorel Topa, directeur général du chantier naval.

Actuellement, la plupart des soudeurs expérimentés roumains sont partis travailler en Allemagne, en Finlande et en Grande-Bretagne, où chacun gagne en moyenne entre 2.000 et 3.000 euros par mois. En Roumanie, un soudeur qualifié ne touche que 670 euros par mois.

La Roumanie est l’un des deux pays les plus pauvres de l’Union européenne. Ce qui n’empêche pas à ses industries pétrolière et navale d’être fortes.

Depuis début juillet, une dizaine d’ouvriers vietnamiens travaillent sur le chantier naval Var. -CVN/VNA/VI