02/11/2018 15:07 GMT+7 Email Print Like 0

Rétrospective de 30 années d’attraction des IDE

Trente années après le lancement de la politique de  Renouveau (dôi moi), le Vietnam est devenu un eldorado pour les investissements directs étrangers (IDE).  
Nguyên Mai, président de l’association des entreprises d’IDE au Vietnam (VAFIE), a retracé l’itinéraire d’attraction des IDE au Vietnam, depuis la promulgation de la loi sur l’investissement étrangers au Vietnam en 1987.

« La loi sur l’investissement étranger a été rédigé en profitant des expériences des lois similaires de 18 autres pays, d’où son attractivité »,  a précisé Nguyên Mai.

Cependant, les premières années après l’entrée en vigueur de la loi et l’œuvre du Renouveau  était à peine lancée, le montant des investissements des entreprises d’IDE au Vietnam restait modeste. Entre 1988 et mai 1990, on n’a en effet recensé que 213 permis d’investissement délivrés, d’un capital prescrit de près de 1,8 milliard de dollars. 



La zone industrielle (ZI) de Phu Nghia. Photo: VI 


La production des parcs industriels high-tech au Vietnam est graduellement mécanisée. Photo: VI 


Chaînes de production dans la ZI Phu Nghia, district de Chuong My (Hanoi). Photo: VI 


La province de Binh Duong, une des destinations préférées des sociétés industrielles high-tech. Photo: AVI 


Recherche dans la zone industrielle et technologique de Ho Chi Minh-Ville. Photo: VI 


Chaîne de production de Vespa dans la province de Vinh Phuc. Photo: VI


Chaîne de voitures Hyundai Thanh  Công dans la province de Ninh Binh. Photo:VI


Grâce aux IDE, le secteur du cuir et de la chaussure a pu s’équiper des machines modernes et de grande capacité.Photo:VI


Chaîne de traitement des produits aquatiques dans le delta du Mékong. Photo:VI 

Mais au début de 1991, le pays a connu un afflux d’investissements étrangers avec, en sept années, plus de 2.200 projets d’un capital  prescrit de plus de 16 milliards de dollars, dont plus de 12 milliards décaissés. Rien qu’en 1997, plus de 3 milliards de dollars d’IDE étaient décaissés, soit 9,5 fois plus qu’en 1991.

Les IDE se concentrent pour plus d’une moitié (58%) dans l’industrie manufacturière, la production et produisent la moitié de la valeur de production industrielle. Ils ont entrainé l’envol d’industries telles celles du pétrole et du gaz, de l’électronique, des télécommunications…

Les entreprises d’IDE ont en effet contribué ainsi à transférer des compétences de gestion aux Vietnamiens, à moderniser les technologies des entreprises locales. 


Entre 1988 et août 2018, les 63 villes et provinces vietnamiennes ont accueilli plus de 2600 projets d’IDE,  de 129 pays et territoires, d’un capital  prescrit de plus de 333 milliards de dollars. Les fonds décaissés sont estimés à plus de 183 milliards de dollars, soit 55% du capital prescrit en vigueur. 
Pour les localités accueillant un grand nombre  d’IDE telles que Hanoi, Hô Chi Minh-Ville, les provinces de Thai Nguyên, Vinh Phuc, Hai Phong, Binh Duong, Dong Thap,  ces  projets  ont apporté une part importante au changement de la structure économique et au développement des entreprises.

Kuniharu Nakamura, coprésident du Comité économique Japon-Vietnam de la Fédération des organisations économiques japonaises (Keidanren), a hautement apprécié l’environnement d’investissement au Vietnam, lors d’une récente visite de travail avec des partenaires vietnamiens. « Le Vietnam est un marché attrayant pour les sociétés nippones en raison de sa situation sociopolitique stable et de sa population nombreuse. Et il sert de porte d’entrée des marchés des pays de l’ASEAN. Pas étonnant donc qu'un nombre croissant de sociétés japonaises souhaitent investir au Vietnam », a souligné Kuniharu Nakamura.

Alors que plusieurs pays dans le monde modifient toujours leurs politiques d’investissement, le Vietnam persiste dans sa politique d’ouverture pour l’attraction des investissements. « Cela devient un avantage clé du pays pour attirer des investisseurs étrangers », a estimé Do Nhat Hoang, chef du Département de  l’investissement étranger du ministère du Plan et de l’Investissement.

« Le Vietnam doit  concentrer toutes ses forces pour attirer des projets high-tech de multinationales  dans l'industrie manufacturière, l’agriculture high-tech, les technologies de l’information et les services tertiaires, des secteurs où le Vietnam  a des avantages »,  a souligné le ministère du Plan et de l’Investissement, Nguyên Chi Dung.

Grâce aux réformes du gouvernement, à l’hospitalité des Vietnamiens et  à la politique d’ouverture dans l’attraction de l’investissement, le ministre Nguyên Chi Dung espère voir de nouveaux autres projets d’investisseurs étrangers affluer au Vietnam. Avec le souhait que ces projets soient rentables et contribuent ainsi au développement socio-économique du pays./.
Texte réuni par la VI – Photos: AVI, VI 
Articles Déjà publiés