29/06/2021 09:33 GMT+7 Email Print Like 0

Quand les arts passent à la numérisation

ransition numérique oblige, bibliothèques, musées, théâtres… se mettent à dématérialiser leurs patrimoines, pour mieux les répertorier, les conserver et les faire connaître au grand public. Qu’en est-il au Vietnam?

Les professionnels sont motivés. Pour eux, l’archivage numérique est une véritable aubaine, comme l’explique Bùi Hoài Son, directeur de l’Institut national de culture et d’art du Vietnam.

«Notre société étant appelée à devenir une société numérique, les lettres et les arts ne peuvent pas se tenir à l’écart», affirme-t-il. «Numérisées, les données culturelles et artistiques pourront devenir des biens économiques accessibles à toute la population».

La pandémie de Covid-19 a accéléré ce processus, constate le peintre Nguyên Thê Son.

«Nombreux sont les musées et les théâtres dans le monde qui ont ouvert des sites web et des chaînes youtube permettant à tous ceux qui le souhaitent d’admirer leurs œuvres, de visionner leurs pièces de théâtre ou leurs spectacles de tous genres», rappele-t-il.

Mais attention! Numérisation ne signifie pas forcément «tout en ligne» ni n’exclut une présence physique d’objets et de personnes. Depuis juillet 2020, le site historique de la Maison centrale de Hoa Lo, à Hanoï, propose aux visiteurs des visites nocturnes au cours desquelles sont reconstituées des scènes de prison, telles qu’elles existaient à l’époque coloniale.

«Nous mettons à disposition des visiteurs un système de guide audio qui leur raconte 35 histoires sur les objets exposés et sur les combattants révolutionnaires qui ont péri dans cette prison», ajoute Lai Thi Minh Thu, une responsable du site.

Depuis 1997, l’Institut national de culture et d’art a numérisé 480 documentaires scientifiques, 10.000 photos et mille enregistrements audio. Son travail a contribué pour une part importante à l’élaboration de dossiers sur des valeurs culturelles nationales que le Vietnam a soumis à l’UNESCO en vue d’un classement au patrimoine de l’Humanité. Parmi ces dossiers, ceux concernant le culte des rois Hùng dans la province de Phu Tho, le culte des déesses-mères dans la province de Nam Dinh, les chants vi et giam des provinces de Nghê An et de Hà Tinh… ont obtenu gain de cause.

Le musée des Beaux-Arts du Vietnam vient de mettre à disposition des visiteurs une application de guide multimedia intitulée Imuseum VFA, fruit d’un projet de coopération de deux ans avec la société de logiciels Vinmas.

«Nous nous sommes inspirés du dispositif utilisé par des grands musées du monde, tels que The Met aux États-Unis, le Louvre en France, le Rijksmuseum aux Pays-Bas ou encore le Musée national de Singapour», indique Cai Thai Hoàng Yên, responsable du projet. «Imuseum VFA présente les cent œuvres représentatives du musée des Beaux-Arts du Vietnam. Chaque œuvre dispose d’un code QR et d’un numéro d’identité que vous pouvez consulter autant en direct qu’en ligne. Les internautes peuvent en plus, grâce à des mots-clés, trouver des informations sur tel ou tel auteur, telle ou telle œuvre».

En août 2020, le gouvernement vietnamien a approuvé un programme national qui consiste à créer des bases de données et à publier des œuvres littéraires et artistiques vietnamiennes sur les plateformes numériques. L’opportunité pour le public d’avoir un plus large accès au patrimoine culturel national et pour les artistes, de mieux se faire connaître à l’international.-VOV/VNA/VI