29/11/2017 09:42 GMT+7 Email Print Like 0

L’Inde et le delta du Mékong veulent booster leur coopération agricole

 L’Inde et le delta du Mékong disposent des potentialités pour développer leur coopération dans l’agriculture et l’aquaculture, a-t-on appris d’une conférence organisée mardi 28 novembre à Tiên Giang (Sud).


L’agriculture est un domaine clé dans les programmes de coopération de l’Inde avec le Vietnam, en particulier avec les provinces du delta du Mékong, a fait savoir l’ambassadeur d’Inde au Vietnam, Parvathaneni Harish.

Les produits agricoles et les aliments transformés continuent d’occuper une part importante du commerce bilatéral, a-t-il précisé, ajoutant que les entreprises indiennes ont considérablement investi dans des filières telles que le sucre, le thé, le café, le poivre, les semences et les équipements agricoles au Vietnam.

Le delta du Mékong qui représente 13% du territoire national, est l’une des plus grandes et des plus fertiles zones agricoles du Vietnam, mais aussi de l’Asie du Sud-Est, et donc naturellement la plus grande région de production et d’export de produits alimentaires du Vietnam.

Avec ses quelque 18 millions d’habitants, le delta du Mékong contribue à hauteur de 18% du PIB national. Les produits aquatiques, les fruits et le riz produits dans la région représentent respectivement 60%, 70% et 90% des exportations nationales.

Le directeur de la Chambre de commerce et d’industrie du Vietnam (VCCI) affiliée à Cân Tho, Vo Hung Dung, a estimé que les atouts du delta serviraient de tremplin à son intégration économique et à sa coopération internationale pour le développement durable avec des partenaires importants, y compris l’Inde.

Pour le vice-ministre vietnamien de l’Agriculture et du Développement rural, Lê Quôc Doanh, cette conférence devrait aider à établir des liens entre les établissements et entreprises indiens et leurs partenaires du delta du Mékong en particulier et le reste du pays en général.

Forts des potentialités et des atouts des deux pays, notamment du delta du Mékong, il appartient aux deux parties de développer des filons prometteurs comme l’horticulture, l’agriculture de haute technologie, a indiqué l’ambassadeur Parvathaneni Harish.

Il faudrait également, selon le diplomate, prêter attention à la promotion du commerce des fruits, des légumes, des fruits de mer transformés, aux techniques de récolte et de post-récolte, à la coopération dans la formation des ressources humaines et la recherche sur les variétés ainsi que les techniques de culture avancées. – VNA/VI