28/04/2020 10:11 GMT+7 Email Print Like 0

L’Espace vs. COVID-19

La distanciation sociale n’est plus en vigueur dans presque toutes les localitès vietnamiennes depuis le 23 avril. Toutefois, l’Espace reste fermé depuis le 1er avril. Si la nouvelle n’est pas surprenante en cette période où tous les lieux de divertissement et centres d’apprentissages sont à l’arrêt, elle a de quoi attrister les francophiles de la capitale. Non content de proposer l’accès gratuit à douze films français sous-titrés en vietnamien sur différentes plateformes de streaming vietnamiennes jusqu’à la fin de ce mois, l’Institut français planche sur différents projets virtuels, que détaille son directeur, Thierry Vergon, lors d’une interview donnée à la VOV.

Thierry Vergon : Nous espérons tous une reprise de la vie normale dès que possible. Mais il faut être réaliste. Même si la situation au Vietnam est bien maîtrisée, les conséquences sur la vie sociale et sur notre capacité à reprendre un accueil sans restriction n’ont pas fini de se faire sentir. La reprise, lorsqu’elle sera décidée, sera graduelle.

Pour accompagner notre public, qui est très demandeur, nous développons progressivement plusieurs offres disponibles via internet.

C’est tout d’abord l’offre Culturethèque, qui était déjà disponible avant la crise, et qui permet à tous nos adhérents d’accéder à un très riche catalogue de ressources numériques en ligne. Magazines, livres, musique… C’est une véritable médiathèque numérique, qui est animée par nos équipes avec notamment des offres spécifiques pour les jeunes, comme des lectures de contes.

Vous connaissez également l’offre de films français, je ne m’attarde pas sur ce sujet, sauf pour me réjouir de l’immense succès public qu’il a reçu.

Toute l’équipe pédagogique de l’Institut français du Vietnam s’est mobilisée pour travailler à une nouvelle offre de cours en ligne. Plusieurs tests ont eu lieu au cours des dernières semaines avec des apprenants volontaires, et une offre structurée va être commercialisée dans les jours qui viennent. Cela correspondant ici encore à une attente importante de notre public, et nos enseignants natifs ont travaillé d’arrache-pied pour développer ces nouveaux cours.

Enfin, nos pages Facebook proposent toutes sortes d’animations et d’informations qui permettent de se tenir informé des nouvelles propositions en ligne, d’accéder à des liens vers des contenus culturels (comme des visites de musées, de conférences ou des spectacles en ligne) mais aussi de découvrir certains artistes que nous programmerons à l’Espace lorsque la réouverture de l’auditorium sera possible, sans doute au deuxième semestre : retrouvez-y des clips vidéo de The Rodeo ou de Fergessen en attendant de pouvoir en profiter sur scène !

VOV : Merci beaucoup pour ces offres généreuses et diversifiées. À cause de la pandémie de COVID-19, beaucoup d’activités de l’Espace ont été reportées, annulées ou réorganisées?

Thierry Vergon : Comme tous les établissements recevant du public, l’Espace a été fortement affecté par la crise épidémique liée au COVID-19. Pas directement, bien heureusement, puisqu’aucun cas n’a été déclaré parmi nos personnels et que notre établissement n’a jamais été concerné par des suspicions de transmission à nos publics. Mais nous avons dès les premières alertes transmises par les autorités, décidé d’appliquer des principes de précaution, avec une montée graduelle des mesures de protection. En effet, notre priorité est et sera toujours le bien-être et la sécurité de nos visiteurs et clients, ainsi que de notre personnel. On pourra revenir plus tard sur la mise en œuvre de ces mesures.

Toujours est-il que les activités ont été très touchées : ce sont d’abord les activités à destination des enfants, des jeunes publics, que nous avons suspendues dès le mois de février : les cours de français, mais également les ateliers organisés chaque samedi à la médiathèque.

Sans rentrer dans une liste fastidieuse, en plus d’une quinzaine de spectacles nous avons été contraints de renoncer à plus de 50 séances de cinéma, à plus de 20 conférences et débats, et de repousser deux grandes expositions.

VOV : Comment l’Espace a-t-il réagi à cette crise et quelles sont les mesures qui ont été prises pour s’adapter à la situation?

Thierry Vergon : Dès le départ, nous avons été à l’écoute des autorités vietnamiennes et de l’Ambassade de France afin de coordonner nos réponses à la crise. Ainsi, des mesures sont entrées en vigueur graduellement, décidées sous l’autorité de l’Ambassadeur de France au Vietnam et en parfaite concertation avec les services des ministères concernés ainsi que ceux du comité populaire.

Les premières mesures, prises dès le mois de février, et qui se poursuivront probablement longtemps, ont été de mettre à disposition des visiteurs et du personnel des masques et des solutions hydroalcooliques, ainsi que de faire des communications sur les gestes barrières qui permettent de freiner la diffusion de l’épidémie. Les équipes de ménage et d’entretien ont été renforcées afin de désinfecter plusieurs fois par jour toutes les surfaces à risque, comme les poignées de porte par exemple. La gravité de la situation a progressivement marqué tous les esprits, et la suspension des activités culturelles, puis des cours et enfin la fermeture totale au public ont finalement été décidées. Nos équipes ont été placées en travail à domicile. Un plan de continuité des activités a été activé, prévoyant la séparation en deux équipes étanches de nos personnels, autorisés à se rendre sur le lieu de travail, en cas de besoin, une semaine sur deux, alternativement, afin d’éviter au maximum les risques de contamination.

VOV : Qu’en pensez-vous de l’intervention du gouvernement vietnamien pour contenir la pandémie?

Thierry Vergon: Il suffit de regarder les statistiques pour comprendre que la réponse des autorités a été à la hauteur des enjeux. Le Vietnam est régulièrement cité en exemple de bonne gestion de cette crise par ses autorités. Nous avons maintenu un dialogue régulier avec les différentes autorités vietnamiennes, ministères ou gouvernement local. Cela nous a permis d’adapter notre réponse et aussi de bien montrer notre sérieux dans la prise en compte des recommandations officielles. C’était d’ailleurs important pour nous de rassurer nos interlocuteurs de leur confirmer que nous prenions nos responsabilités et avions bien perçu leurs attentes.

C’est ainsi que l’Institut français de Hanoï-L’Espace et l’Ambassade de France se sont engagés dès les premiers jours de la crise, aux côtés des autorités vietnamiennes, à soutenir les efforts et à mettre en œuvre les mesures prises dans la lutte contre la propagation de l’épidémie de COVID-19.-VOV/VNA/VI