28/01/2018 15:05 GMT+7 Email Print Like 0

Les Vietnamiens préparent leurs bonsaïs pour la fête du Têt

Les Vietnamiens se préparent à accueillir le Têt, le nouvel an lunaire qui approche à grand pas puisque nous ne sommes plus qu’à 17 jours du jour J. A Hanoi, les clients commencent à affluer vers les pépinières de Tu Liên et de Nhât Tân. Ils y viennent pour acheter soit des kumquats, soit des fleurs de pêchers qui serviront à décorer les maisons. 


Cette année, les pépiniéristes du quartier de Tu Liên proposent aux clients des kumquats d’un genre nouveau dont le prix s’élève parfois à plusieurs dizaines de millions de dôngs. Certains kumquats peuvent atteindre jusqu’à 3m de haut et 1,2m de diamètre et porter à la fois des fruits jaunes, des fleurs et des bourgeons. Ils sont vendus à 40 millions de dongs l’unité. Mais les clients peuvent choisir aussi des kumquats de petite taille plantés dans des vases de type bonsaï. Il faut alors compter de 8 et 12 millions de dongs. 

"Il faut répondre aux besoins des consommateurs de Hanoï, estime Hoàng Xuân Truong, le président de l’association des pépiniéristes de Tu Liên. Si l’on tient compte du fait que la ville compte de plus en plus d’immeubles résidentiels dans lesquels on trouve des appartements de petite taille, il va de soi qu’on a tout intérêt à proposer des kumquats de petite taille, de même qu’on a intérêt à diversifier les formes… Par rapport aux années précédentes, le prix des kumquats a baissé de 30%, en tout cas." 

Les pépiniéristes de Nhât Tân commencent aussi à vendre des fleurs de pêcher. Eu égard à un temps clément, la floraison s’annonce bien, parait-il, sans que cela ne fasse partir les prix à la hausse, comme nous l’indique le propriétaire de la pépinière Vinh Tiên: "Cette année, le temps est meilleur que l’an passé, constate-t-il. Il fait froid et il y a du soleil. Ce sont les conditions idéales pour le développement des pêchers. Les prix sont les mêmes que l’an dernier, par contre: entre 1 et 40 millions de dongs selon la taille et la forme. Mais je dois dire que pour le Têt de cette année, les pêchers sauvages fleurissent très tôt." 

"J’achète des pêchers et des kumquats pour décorer ma maison depuis plusieurs années, nous raconte Nguyên Van Hùng, un habitant de Hanoï. Je visite actuellement les pépinières pour choisir les meilleurs bonsaïs et verser des acomptes le cas échéant. J’ai l’impression que cette année, les kumquats ont la côte. Je compte d’ailleurs en prendre un qui aille bien à mon appartement. Ce qui est bien, en tout cas, c’est que les prix restent stables."        

Les pépiniéristes conseillent souvent aux acheteurs de brûler les pieds des branches de pêchers pour garder les fleurs le plus longtemps possible dans les vases. Pour les kumquats, il faut bien observer l’état de la terre pour décider de la quantité d’eau à donner. 

Chaque vase de kumquat et de pêcher est une véritable oeuvre d’art, prémices d’une nouvelle année qui commence sous le signe de la grâce et du raffinement. – VOV/VNA/VI